Arts

Temps musical

L'album Tempus Fugit du pianiste Marc-André Pépin est en nomination au prochain gala de l'ADISQ

Par : Matthieu Dessureault
Marc-André Pépin, employé de la Direction des technologies de l'information, et Serge Lacasse, professeur à la Faculté de musique, dans le studio du LARC, où a été enregistré l'album.
Marc-André Pépin, employé de la Direction des technologies de l'information, et Serge Lacasse, professeur à la Faculté de musique, dans le studio du LARC, où a été enregistré l'album.
La bonne nouvelle est tombée au début du mois de septembre. Marc-André Pépin revenait d'un voyage lorsqu'il a pris connaissance d'un message sur sa boîte vocale l'invitant à se présenter à une conférence de presse de l'ADISQ. Quelques jours plus tard, c'était confirmé: Tempus Fugit, sa plus récente œuvre, était en nomination au titre d'album instrumental de l'année. «Quand j'ai vu mon nom dans la liste, même si je m'y attendais un peu à cause de l'appel, j'ai été agréablement surpris. Ce fut un très beau moment!», raconte-t-il, encore ému.

Il s'agit d'une deuxième nomination à l'ADISQ pour cet analyste de l'informatique à la Direction des technologies de l'information. Cette fois, son album est en lice aux côtés de ceux de Martin Lizotte (Ubiquité), de Julien Mineau (Game of Death) et de Julie Thériault (Subduction). Le nom du gagnant sera connu lors du gala du 24 octobre, qui sera diffusé sur les ondes de Télé-Québec.

Tempus Fugit est le quatrième album de Marc-André Pépin. Il réunit 12 pièces qui ont pour fil conducteur le temps, un thème ayant une résonance particulière chez lui. «L'an dernier, j'ai eu 59 ans. Ce fut un choc pour moi de voir à quel point le temps passe vite. J'ai donc composé des pièces autour de cette notion. Chaque pièce fait référence au temps: le temps qui fuit, qui se rallonge, qui se raccourcit ou qui varie selon l'intensité des moments vécus», dit celui qui joue du piano depuis l'âge de 8 ans.

Lorsqu'il compose, Marc-André Pépin laisse libre cours à l'improvisation. Devant son piano, il teste ses idées, qu'il enregistre et qu'il retravaille par la suite. Ses sources d'inspiration sont Beethoven, Bach, André Gagnon, Michel Legrand, Ennio Morricone et Ludovico Einaudi, pour ne nommer que celles-là.

L'enregistrement de l'album, son plus abouti en carrière, a eu lieu dans les studios du LARC, le Laboratoire audionumérique de recherche et de création de la Faculté de musique. Le professeur Serge Lacasse a assumé le rôle de réalisateur. Le pianiste a aussi reçu l'appui de l'ingénieur de son Serges Samson. «Le LARC comprend un magnifique piano à queue et des équipements à la fine pointe de la technologie, dit-il. L'enregistrement s'est fait dans de superbes conditions, avec une équipe très talentueuse.»

De son propre aveu, Serge Lacasse a réalisé cet album avec une minutie quasi maladive. «Le projet a été l'occasion d'une belle collaboration. Je pense avoir donné quelques sueurs à Marc-André pendant les séances d'enregistrement, mais cela a donné de bons résultats! Nous sommes très fiers.»

Ce projet derrière lui, le pianiste pense déjà à sa prochaine œuvre. Il s'agit d'un album de Noël, qui sera lancé en novembre. Il a aussi comme projet de faire un album avec un orchestre symphonique.

 

Tempus_fugit_album_marc_andre_pepin_credit_aucun

 

L'album Tempus Fugit réunit 12 pièces qui ont pour fil conducteur le thème du temps.

 

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!