Arts

Quand la musique traverse les siècles

Le 29 février, le guitariste David Jacques donnera un spectacle unique en son genre axé sur 16 guitares anciennes

David Jacques sur scène pour son concert <em>Histoires de guitares</em>
David Jacques sur scène pour son concert <em>Histoires de guitares</em>

Les spectateurs qui se rendront à la salle L’Anglicane, à Lévis, le samedi 29 février, vivront une expérience musicale inédite. Véritable voyage dans le temps, le concert donné par David Jacques, guitariste spécialisé en interprétation de la musique ancienne et chargé de cours à la Faculté de musique de l’Université Laval, couvrira trois siècles de compositions musicales au moyen de 16 guitares anciennes, rarissimes et dignes des plus grands musées.

«Je propose un répertoire qui est directement lié à l’instrument, explique l’enseignant qui est également le propriétaire de ces guitares. Par exemple, sur la Voboam fabriquée en 1665, je jouerai du répertoire écrit autour de 1665. Sur la Torres 1887, je jouerai de la musique espagnole de cette époque.»

David Jacques éprouve une affection particulière pour sa Voboam et sa Torres. Avec la première, il interprétera La Muzette Rondeau de Robert de Visée et une musique de danse du 17e siècle intitulée Canaries. Avec sa Torres, il jouera les pièces Boléro de Julian Arcas et Plainte moresque de Jacques Bosch.

«Les guitares Voboam sont extrêmement rares, dit-il. Elles sont l’équivalent des Stradivarius. Il y en aurait une trentaine sur la planète, dans des collections privées ou dans des musées. J’ai acquis la mienne l’an dernier. Quant à Antonio de Torres, il est considéré comme l’inventeur de la guitare moderne à six cordes. Au tournant du 19e siècle, toutes les guitares avaient 10 cordes, soit 5 cordes doubles. Il existerait actuellement environ 90 guitares Torres dans le monde.»

La Voboam que possède David Jacques a été confectionnée avec des bois assez riches, l’ébène, l’if et l’épicéa. «Une analyse dendrochronologique a été effectuée sur le bois d’épicéa dont est faite la table d’harmonie de la guitare, souligne-t-il. L’arbre a commencé à pousser en 1522. Il a été coupé en 1657.»

L’idée derrière le concert Histoires de guitares remonte à un an et demi. Depuis, le programme a été bonifié. Le spectacle a été donné environ 75 fois au Québec. «Je voyage habituellement avec deux instruments, ce qui est improbable, indique-t-il. Chaque guitare est tellement rare que c’est déjà un exploit que d’en avoir seulement une sur scène. Les plus grands luthiers de l’histoire ont fabriqué mes guitares. En formule concert, je crois qu’il n’y a pas d’équivalent dans le monde.»

Des instruments parfaitement conçus qui ont remarquablement bien résisté à l’usure du temps, des œuvres musicales de très grande qualité capables de plaire véritablement à un auditoire moderne, et un interprète virtuose qui donne magnifiquement vie à tout cela, c’est le rendez-vous auquel David Jacques convie les amateurs de musique lors de ses spectacles.

«Je joue avec un égal bonheur d’une guitare rare à une autre guitare rare», soutient-il.

Un collectionneur dans l’âme

Ce dernier a toujours été un collectionneur dans l’âme. «Avoir un objet d’une autre époque dans mes mains me donne l’impression de tenir un morceau d’histoire, explique-t-il. Mes guitares anciennes m’inspirent cela, elles me transportent par leur sonorité. D’ailleurs, la guitare est un instrument assez doux qui permet de dire des choses différemment, par exemple, de la trompette. Le son est délicat. Il faut tendre l’oreille. Cet instrument rejoint ma personnalité. J’aime plutôt le silence.»

Plusieurs questions viennent à l’esprit lorsqu’on pense à ces beaux objets provenant d’époques très lointaines. Par exemple, sont-ils fragiles vu leur âge? «Ils sont effectivement fragiles, répond David Jacques. Ils doivent normalement être conservés à un taux d’humidité idéal autour de 45 à 50%. Mais évidemment, le fait de les sortir pour offrir ces concerts les placent plus à risque. C’est le risque que j’accepte de prendre pour les faire connaître et entendre au public.»

Selon lui, chaque instrument a ses propres techniques de jeu. Quant aux sonorités de chacun, il faut, dit-il, les aimer telles qu’elles sont, avec leur histoire et parfois leurs imperfections dues à l’usage et à l’âge. «Mais, poursuit-il, je trouve toujours des aspects très intéressants chez chacune de mes guitares et j’essaie d’exploiter ces aspects dans le choix de mon répertoire.»

Musicien, pédagogue et entrepreneur, David Jacques a donné quelque 4000 concerts, notamment avec différents ensembles, dans plus de 40 pays. Il a collaboré à plus de 50 enregistrements. Certains ont été nommés à l’ADISQ, aux Junos ou aux prix OPUS.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!