Arts

La tour Eiffel des Carougeois

Douze histoires et autant d'univers fascinants mettant en scène le tracel de Cap-Rouge: voilà ce que nous offre l'auteur Stéphane Ledien avec Des trains y passent encore

Auteur reconnu, le doctorant Stéphane Ledien est fasciné par le tracel de Cap-Rouge, ce viaduc ferroviaire qui franchit la vallée de la rivière du Cap Rouge.
Auteur reconnu, le doctorant Stéphane Ledien est fasciné par le tracel de Cap-Rouge, ce viaduc ferroviaire qui franchit la vallée de la rivière du Cap Rouge.
Indissociable du visage de Cap-Rouge, le tracel fait partie du quotidien de ses habitants depuis plus de cent ans. Utilisé par la compagnie Canadien National pour le transport ferroviaire, ce viaduc figure parmi les plus longs et les plus élevés au monde. Il possède une aura qui a fasciné Stéphane Ledien dès son arrivée dans le quartier. «De ma fenêtre, je voyais la voie ferrée qui menait au tracel. L'architecture et le gigantisme de la construction m'ont impressionné. L'été et le printemps, cette structure se fond un peu dans la végétation, tandis qu'elle s'impose davantage le reste de l'année. Comme écrivain, il n'en fallait pas plus pour que mon esprit s'emballe et que je me mette à imaginer toutes sortes d'histoires», lance ce Français d'origine.

Son plus récent ouvrage, Des trains y passent encore, réunit douze nouvelles qui ont pour toile de fond le géant de fer. Inspirées de faits réels pour la plupart, ces histoires entraînent le lecteur dans des ambiances tantôt fantastiques, tantôt inquiétantes ou étranges. Le doctorant en études littéraires, spécialiste du roman noir, a entamé ce projet en 2013, année où le tracel célébrait ses cent ans. À l'époque journaliste, il a mené des entrevues avec des historiens et des gens du quartier et a effectué des recherches dans les archives pour faire ressortir certains faits méconnus. Pour la rédaction, il a reçu de l'aide des professeurs Anne Peyrouse et Alain Beaulieu, dont les séminaires de création et les conseils de réécriture lui ont permis de tisser certains récits.

Avec ce livre, son quatrième après Sur ses gardes, Bleu tout-puissant et Un Parisien au pays des pingouins, l'auteur jongle aussi bien avec les codes du conte que ceux du suspense et du roman noir. Passant d'une époque à l'autre, il prend plaisir à déformer les faits historiques. Ainsi, il redonne vie à une panoplie de personnages, dont Alexis Lapointe (le célèbre Trotteur) et Franz Reichelt, connu pour s'être tué en voulant tester un costume-parachute du haut du premier étage de la tour Eiffel. «J'ai distillé dans l'ensemble du recueil des parties de légendes, de contes et de folklore avec ce qu'elles peuvent avoir de noir, de ténébreux ou d'horrifique. J'ai joué avec la réalité historique, que j'ai tordue à ma guise. Les gens qui aiment l'histoire pourront s'amuser à démêler le vrai du faux», dit Stéphane Ledien.

Son livre permettra également aux lecteurs de plonger dans un condensé d'univers qui mélangent les tons et les styles d'écriture. «Les nouvelles sont courtes, mais très chargées. Elles peuvent rejoindre un public qui n'a pas l'habitude de lire de longues histoires et qui appréciera la poésie et la brièveté des récits. Ce livre se lit facilement, tout en procurant une sensation de richesse et de satiété. Il montre aussi ce dont je suis capable en termes de stylistique et de procédés narratifs.»

Ce projet terminé, Stéphane Ledien s'attaque au second ouvrage d'une trilogie qu'il a entreprise en 2015 avec Sur ses gardes. La trilogie Les phalanges d'Eddy Barcot raconte les aventures d'un ancien champion de boxe devenu agent de sécurité. L'auteur travaille également sur un roman noir qui portera sur la corruption dans l'industrie de la construction au Québec.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!