ULaval Nouvelles
Arts

Samuel Corbeil: l'entrepreneuriat et la sociologie au service des arts

Nouveau coordonnateur artistique du théâtre Périscope, le comédien et étudiant en sociologie ne manque pas d'idées pour dynamiser la création et la diffusion d'œuvres

Par : Matthieu Dessureault
Samuel Corbeil
Samuel Corbeil

Depuis deux ans, les théâtres naviguent entre confinements et déconfinements successifs, une situation qui n'est pas sans effet sur la création. «Avec tous les projets qui sont reportés à cause de la pandémie, il y a un phénomène d'entonnoir ou de bouchon dans les programmations. Pour les artistes, le chemin semble plus long entre l'idée d'un nouveau projet et sa diffusion. C'est pourquoi il faut réfléchir à différentes activités entourant les programmations et à d'autres façons de rejoindre le public afin de continuer à mobiliser les artistes», soutient Samuel Corbeil.

Le comédien et metteur en scène est le nouveau coordonnateur artistique du Périscope. Ou plutôt cocoordonnateur, puisqu'il occupe ce poste avec sa collègue Gabrielle Ferron. Ensemble, ils sont responsables d'élaborer la programmation, créer des initiatives pour fidéliser la clientèle et toutes autres tâches connexes.

«Une cocoordination, c'est une première au Périscope, dit-il. En tant que diffuseur, l'institution a comme mission de donner la parole à tout plein de milieux. À deux, on double l'écoute et on multiplie les points de vue. Il y a aussi l'idée de parité qui est importante pour nous. On souhaite que le théâtre s'ouvre le plus possible à la communauté artistique, mais aussi à d'autres secteurs. On veut que les gens s'approprient le Périscope, s'y sentent chez eux et voient ce théâtre comme un lieu où il est possible d'imaginer plein de choses.»

Samuel Corbeil et Gabrielle Ferron

« Plusieurs études le démontrent: la fréquentation des arts vivants fait face à de nombreux enjeux qui datent d'avant la pandémie. Proposer de nouveaux formats et réfléchir à d'autres façons de rejoindre les publics, c'est non seulement stimulant, mais nécessaire. »
Samuel Corbeil

On le devine, Samuel Corbeil n'est pas un novice dans le monde des arts de la scène. Après des études en interprétation au Conservatoire d'art dramatique de Québec, il a participé à des productions à Premier Acte, au Trident et à La Bordée, ainsi qu'à plusieurs événements comme Où tu vas quand tu dors en marchant?, Jamais Lu et le Mois de la poésie.

Avec le Collectif du Vestiaire, une compagnie qu'il a fondée, il compte cinq créations à son actif. Ses œuvres, résolument multidisciplinaires, font appel autant à la danse contemporaine qu'à la poésie, la vidéo ou la musique. «Dans ma pratique, je veux travailler avec des artistes qui ont d'autres démarches de la mienne. Quand différents langages se rencontrent, de nouvelles idées apparaissent. C'est quelque chose qui m'allume beaucoup de la création.»

Pour <em>Majorité 2070</em>, Samuel Corbeil a interviewé de jeunes adultes sur leur vision du monde dans le futur. À partir de ces entretiens, il a écrit cinq courtes pièces de science-fiction qui étaient présentées à La Bordée avant les productions principales. Sur la photo, le comédien Matieu Gaumont.
Présentée dans la vitrine de La Bordée, l'installation vidéo <em>COPIE-CARBONE</em> était en quelque sorte le prolongement de <em>Majorité 2070</em>. Ce dispositif abordait la difficulté de se projeter dans le futur alors que le monde est traversé par des crises profondes.

D'artiste à étudiant

Si Samuel Corbeil aime tant le travail artistique, c'est parce qu'il lui permet d'explorer des sujets en périphérie de ses connaissances. C'est pourquoi il a obtenu en 2018 un MBA en gestion d'entreprise à l'Université Laval. «En terminant le Conservatoire en 2014, je n'étais pas outillé pour faire face au monde des affaires. Je me suis inscrit au MBA pour comprendre ce pan de la société. Les affaires, tout comme les arts, sont un langage. La création au Québec passe beaucoup par l'entrepreneuriat; pour rejoindre leur public, les jeunes n'ont pas le choix de former des compagnies ou de créer leurs propres occasions de jouer.»

Dans ses cours, Samuel Corbeil a développé un fort intérêt pour l'entrepreneuriat social, lui qui siège sur le conseil d'administration de la Corporation de développement économique communautaire de Québec. C'est pourquoi, MBA en poche, il s'est tourné vers un baccalauréat en sociologie.

«Je trouve important de prendre acte du contexte dans lequel la création se fait. Ce serait se fermer les yeux d'imaginer que ce contexte n'influence pas le produit fini. La sociologie permet de réfléchir aux conditions de travail des artistes et aux mécanismes de la création. Comme l'entrepreneuriat et le milieu des affaires, elle est imbriquée dans le monde artistique. Il est important et super intéressant de creuser ces questions», conclut l'étudiant.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!