Vie universitaire

Objectif: 2 000 km/l

Les conditions gagnantes pour qu’Alérion Supermileage repousse les frontières de la consommation d’essence vers des bas inégalés semblent réunies

Par : Jean Hamann
Une partie de l'équipe Alérion Supermileage, en atelier, au pavillon Pouliot: Étienne Cliche, Carl Tardif, Simon Coulombe, Charles-André Tremblay, Pierre-Yves Lafleur, David Vallée, Frédéric Laverdière-Dionne, Frederick Chan et Bruno Leduc.
Une partie de l'équipe Alérion Supermileage, en atelier, au pavillon Pouliot: Étienne Cliche, Carl Tardif, Simon Coulombe, Charles-André Tremblay, Pierre-Yves Lafleur, David Vallée, Frédéric Laverdière-Dionne, Frederick Chan et Bruno Leduc.
Pas plus vite, pas plus loin, mais avec moins d’essence. Voilà à quoi pourrait ressembler la devise de l’équipe Alérion Supermileage qui participera, du 15 au 18 avril, à la troisième édition de l’Éco Marathon Shell des Amériques, à Fontana en Californie. Cette compétition étudiante de conception de véhicules qui repoussent les frontières de la consommation d’essence vers des bas inégalés opposera 35 équipes américaines, canadiennes et mexicaines dans la catégorie «moteur à combustion». Le véhicule qui sortira gagnant de cette compétition bouclera le parcours de 18 km à une vitesse moyenne d’environ 25 km/h, mais il y parviendra en brûlant à peine une cuillerée à soupe d’essence. En fait, un véhicule de la sorte et son conducteur émettent moins de dioxyde de carbone qu’un coureur à pied.
   
L’année dernière, les porte-couleurs de l’Université avaient terminé cinquièmes à cette compétition avec une performance de 770 km/l. Cette année, ils se présenteront à la ligne de départ avec une certaine assurance; ils ont dans leur manche le record nord-américain — 1 347 km/l —, signé lors de la compétition Supermileage de la Society of Automotive Engineers (SAE) en juin 2008. La meilleure performance enregistrée à l’Éco Marathon Shell des Amériques — 1 209 km/l — semble donc à leur portée. Mais l’équipe Alérion Supermileage vise plus haut. «Notre objectif est d’atteindre le seuil des 2 000 km/l, annonce Frédéric Laverdière-Dionne, l’un des 21 membres de l’équipe. Nous voulons remporter à l’Éco Marathon Shell des Amériques et aussi le Supermileage SAE.»
   
Deux facteurs concourent à faire de 2009 une grosse année pour l’équipe d’Alérion Supermileage. Le premier: la technologie. «Nous avons un nouveau moteur en développement et notre banc d’essai permet de déterminer dans quelles conditions sa consommation d’essence est optimale, explique Frédéric Laverdière-Dionne. Nous avons aussi amélioré le système d’embrayage et nous avons réduit la friction dans les mécanismes à roulement.» Même si les étudiants sont confiants d’obtenir une meilleure performance avec ces nouvelles composantes, ils apporteront tout de même en Californie le moteur qui les a si bien servis l’année dernière, question d’avoir un plan B en cas d’imprévu.
   
Le second facteur: la maturité de l’équipe. Les vétérans représentent près de 80 % de l’écurie et leur présence en force assure la continuité du projet. De plus, leur expérience en compétition pourrait jouer à leur avantage si des ajustements de dernière minute devaient être apportés le jour de l’épreuve. Par ailleurs, Émilie Michaud sera de retour derrière le volant pour une troisième année. L’étudiante en génie mécanique possède non seulement un poids optimal — légèrement supérieur au poids minimal requis de 50 kilos, incluant l’uniforme de coureur —, mais son expérience de la piste s’avérera un atout précieux. En effet, il existe des stratégies de course pour économiser l’essence; les freinages sont évidemment à éviter et, si une section du parcours présente une pente descendante, il est permis de couper temporairement le moteur.
   
Les 4 et 5 juin, Alérion Supermileage sera de retour sur la piste de Marshall au Michigan pour y défendre son titre à l’occasion du Supermileage SAE 2009. L’équipe envisage aussi une participation à l’Éco Marathon Shell d’Europe, si ses finances le lui permettent. «Ça nous donnerait la chance de compétitionner contre les meilleurs au monde, d’échanger avec eux et de profiter de leur savoir», souligne Frédéric Laverdière-Dionne. Le record européen, établi par une équipe d’étudiants français en 2004, est de 3 410 km/l. La tradition de recherche en efficacité énergétique dans les transports est nettement mieux ancrée de l’autre côté de l’Atlantique où l’Éco Marathon est présenté depuis plus de 20 ans.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!