Recherche

Une molécule du Nord contre la malaria

Des chercheurs réalisent la synthèse de molécules antimalaria découvertes chez un champignon du Nunavut

Le parasite Plasmodium falciparum est responsable de la moitié des cas de malaria. Trois des quatre molécules synthétisées par les chercheurs se sont révélées efficaces contre ce parasite.
La solution au problème de résistance aux médicaments qui se répand chez le parasite causant la malaria pourrait venir du Nord. C'est ce que suggère une étude publiée dans la revue Chemical Communications par une équipe de l'Université Laval. Ces chercheurs ont réussi la synthèse totale de molécules découvertes chez un champignon microscopique du Nuvavut et ils en ont démontré l'efficacité in vitro contre Plasmodium, le parasite de la malaria.

Cette percée fait suite à la découverte, en 2017, d'une nouvelle espèce de Mortierella dans les sédiments de la baie de Frobisher. Les chercheurs de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard qui ont décrit ce champignon microscopique ont constaté qu'il produisait quatre molécules qu'ils ont nommées mortiamides. «Elles n'avaient pas d'activité biologique connue, mais nous avons constaté que leur structure présentait des similarités avec celle de composés ayant une activité antimalaria», explique Normand Voyer, du Département de chimie.

Les mortiamides sont présentes en très petites quantités dans les champignons. «Pour en étudier l'efficacité contre Plasmodium, il en fallait davantage et il fallait être certains de leur pureté, poursuit le chercheur. La seule façon d'y arriver était de réaliser la synthèse de ces molécules. C'est ce que nous avons réussi à faire grâce à une approche inédite développée dans notre laboratoire. Nos analyses spectroscopiques ont révélé une conformité parfaite entre les molécules que nous avons produites et les molécules naturelles.»

Les chercheurs ont ainsi pu évaluer l'activité de ces mortiamides contre Plasmodium falciparum, le parasite responsable d'environ 50% de tous les cas de malaria. «Notre prémisse était que le parasite ne pouvait être résistant à ces molécules du Nord parce qu'il n'y avait jamais été exposé», souligne le professeur Voyer. Les tests réalisés à l'aide d'une souche courante du parasite et à l'aide d'une souche résistante à trois médicaments leur ont donné raison. En moins de 72 heures, trois des quatre mortiamides ont stoppé la croissance des deux souches du parasite.

«Pour le moment, l'efficacité antimalaria de ces molécules est modérée, mais nos résultats suggèrent qu'il est possible de créer des analogues qui, à doses plus faibles, seraient plus efficaces contre le parasite, résume le professeur Voyer. De plus, comme on peut maintenant synthétiser ces molécules, il sera plus facile d'élucider leur mode d'action. Lorsqu'on saura pourquoi elles sont toxiques pour le parasite, on pourra développer des médicaments mieux ciblés.»

Cette étude, issue d'une collaboration démarrée grâce au projet Sentinelle Nord, est signée par Christopher Bérubé, Alexandre Borgia et Normand Voyer, du Département de chimie, et Dominic Gagnon et Dave Richard, de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!