Arts

Faire oeuvre de transparence

Par : Pascale Guéricolas
Quand des créateurs en tissage, en performance, en arts visuels, en cinéma, en théâtre, en nouvelles technologies se rencontrent, qu’est-ce qu’ils se racontent? Des histoires de création! Voilà le constat qu’a fait Bernard Paquet, professeur à l’École des arts visuels et organisateur en chef du premier colloque international «Faire œuvre, transparence et opacité», qui se déroulait du 19 au 22 mai. «C’est la première fois que l’École, en lien avec la Faculté d’architecture, d’aménagement et des arts visuels, accueille une rencontre aussi importante et pluridisciplinaire, souligne-t-il. Les conférenciers, pour l’essentiel des universitaires, venaient de France, de Belgique, du Brésil, du Portugal, et bien sûr du Québec, et ils ont pu nouer des liens avec des collègues qui vont sans doute déboucher sur de futures collaborations.» Des visites de centres d’artistes, ainsi que la Manif d’art, se greffaient également au programme formel d’une cinquantaine de conférences.
   
Les débats se déroulaient simultanément dans trois salles, ce qui a permis aux organisateurs du colloque de mettre en place des séances thématiques. Des exemples: Bernard Paquet a pu discuter de peinture et de transparence avec d’autres collègues, pour se rendre compte qu’un professeur installé à Aix-en-Provence menait un travail proche du sien, en réfléchissant sur des notions de transparence brumeuse. D’autres conférenciers ont pu échanger leurs points de vue à propos des contraintes que pose l’utilisation du verre en architecture, ou encore sur la place de l’improvisation en danse. Ces discussions ont réuni plusieurs professeurs de l’École des arts visuels comme David Naylor, Richard Baillargeon et Suzanne Leblanc, ainsi que des étudiants à la maîtrise et au doctorat, une dimension importante aux yeux de Bernard Paquet. «C’est essentiel, à une époque où les pratiques artistiques et l’enseignement sont de plus en plus multidisciplinaires, que nos étudiants puissent assister à ce type d’échanges. Il faut bien se rendre compte qu’aujourd’hui nous formons des artistes, et pas seulement des peintres, des sculpteurs ou des graveurs.» Déjà, l’organisateur du colloque, dont les actes devraient être publiés aux Presses de l’Université Laval d’ici un an, réfléchit à la suite à donner à cette rencontre. Une autre édition aura sans doute lieu d’ici deux ans.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!