Vie universitaire

Une industrie motrice

Dans la MRC de Bellechasse, les entreprises du secteur de la plasturgie se trouvent au cœur d’un système régional d’innovation

Par : Yvon Larose
IPL, une société leader du secteur de la plasturgie de la MRC de Bellechasse, emploie plus de 900 personnes et commercialise plus de 400 produits différents.
IPL, une société leader du secteur de la plasturgie de la MRC de Bellechasse, emploie plus de 900 personnes et commercialise plus de 400 produits différents.
La très prospère industrie des matières plastiques, ou plasturgie, occupe une place de choix dans l’économie de la municipalité régionale de comté (MRC) de Bellechasse, et plus largement dans la région Chaudière-Appalaches où quelque 90 entreprises du secteur emploient plus de 5 000 personnes. La MRC accapare le quart de ces emplois et le même pourcentage d’entreprises. Bellechasse se trouve au cœur d’un système régional d’innovation dans le secteur de la plasturgie. Ce système s’appuie sur un niveau élevé d’interactions d’apprentissage entre les entreprises. Cette synergie découle d’un ancrage marqué dans le territoire et se traduit par une sous-traitance industrielle forte. Mais pour que ce créneau très solide, qui s’est développé par l’innovation, continue à faire face à la concurrence, il lui faut augmenter le nombre d'entreprises à la fois capables de leadership en matière d’innovation et ouvertes sur les marchés internationaux grâce à des réseaux d’innovation.

Ces observations ont été faites le vendredi 30 avril au pavillon Gene-H.-Kruger par une équipe de trois étudiantes inscrites à la maîtrise en aménagement du territoire et développement régional. À l’automne 2009 et à l’hiver 2010, Suzie Audet, Marie-Pier Gingras et Mamy Dina Randrianarivelo ont mené une étude supervisée par le professeur Mario Carrier sur l’industrie du plastique dans la MRC de Bellechasse, un territoire rural sur la rive sud de Québec. Leur recherche s’est déroulée dans le cadre d’une activité de recherche appliquée terminale de l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional. Trente-deux autres étudiants, répartis en sept équipes, ont aussi présenté les résultats de recherches menées sur le territoire de la MRC.

Un échantillon de 15 entreprises
Les trois étudiantes ont réalisé une enquête par questionnaire auprès de quinze entreprises. Il est ressorti que près des deux tiers (60 %) ont moins de vingt employés. On trouve au moins un ingénieur, ou plus de deux techniciens, dans la moitié des entreprises étudiées. Dans les trois dernières années, près de la moitié (47 %) de l’échantillon a acquis au moins deux technologies. Enfin, la sous-traitance représente les trois quarts du chiffre d’affaires d’une entreprise sur deux parmi celles étudiées. Selon les étudiantes, 40 % des entreprises étudiées sont des organisations dites apprenantes. Entre autres choses, elles ont des activités de recherche et développement, et de formation continue de la main-d’œuvre.

«Il y a comme une dualité dans le système régional d’innovation, souligne Mario Carrier. À partir des résultats de l’étude, il semble y avoir, dans la MRC, plus d’entreprises conservatrices dans leur gestion, donc se limitant à un rôle d’exécutantes, que d’entreprises innovantes et apprenantes qui fonctionnent sur la réciprocité dans des partenariats et des alliances enrichissantes.» Selon lui, le développement de plus d’entreprises innovantes et apprenantes passe notamment par une meilleure coordination entre les organismes de soutien aux entreprises, par un processus d’innovation plus ouvert, par la création de partenariats entre les entreprises, et par une plus grande importance accordée à l’information stratégique. Pour plus d’information sur les projets de l’essai-laboratoire 2009-2010: www.esad.ulaval.ca.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!