Vie universitaire

Soigner dans la brousse

Une vingtaine d'étudiants en médecine ont délaissé leur stéthoscope et leur tensiomètre pour s'initier à la médecine de brousse dans la région de la Côte-Nord

Par : Matthieu Dessureault
Cette formation a fait vivre aux étudiants des situations d'urgence durant lesquelles ils devaient intervenir avec du matériel restreint
Cette formation a fait vivre aux étudiants des situations d'urgence durant lesquelles ils devaient intervenir avec du matériel restreint
Sauver une victime de la noyade en pleine nuit. Transporter un blessé dans un lieu sécuritaire. S'occuper d'un homme en crise d'hystérie. Voilà le genre de défis qu'ont dû relever 21 étudiants en médecine, du 31 juillet au 9 août, à Pointe-aux-Outardes, près de Baie-Comeau. Mise sur pied par David Paré, un jeune médecin mordu d'aventure, cette formation leur a fait vivre des situations d'urgence durant lesquelles ils devaient intervenir avec du matériel restreint. Le tout était encadré par deux habitués des grands espaces, le chargé d'enseignement clinique Jean Désy et le guide de montagne Nikola Wagner. Ce stage crédité était offert pour la première fois à la Faculté de médecine.

Marie-Laurence Dionne, qui a participé à l'organisation avec trois autres étudiants, sort ravie de son expérience. «Ce fut un stage fantastique, mais aussi très exigent sur les plans mental et physique. La formation était très condensée. Du matin au soir, nous alternions les cours théoriques et les simulations sur le terrain. Celles-ci nous ont fait sortir de notre zone de confort pour apprendre des techniques que l'on n'aborde pas en milieu universitaire.»

Pour Jean Désy, qui pratique le métier en région isolée depuis plus de 30 ans, la médecine n'est pas qu'une affaire de science. «Le plus important que les étudiants ont appris, ce n'est pas la dose d'adrénaline qu'ils doivent donner à une victime de choc anaphylactique. Ce sont les apprentissages sur le jugement qu'ils ont pu faire. En contexte de brousse, il faut savoir prendre plusieurs décisions. Des aptitudes comme le leadership et le travail d'équipe dépassent alors le fait d'être médecin.»

Marie-Laurence Dionne abonde dans le même sens. «Il est important d'être un leader à certains moments, mais il faut aussi savoir quand laisser sa place à d'autres plus expérimentés. Ce stage nous a donné une bonne leçon d'humilité. Personnellement, cela m'a fait grandir et m'a fourni des connaissances qui me seront utiles dans ma vie de tous les jours.»

L'étudiante, qui envisage de poursuivre sa carrière en région, a profité de son séjour pour découvrir la Côte-Nord. Avec ses collègues, elle a notamment fait une visite de Baie-Comeau, de la centrale hydroélectrique Manic-2 et de la réserve innue de Pessamit. «Partout où nous sommes allés, les gens étaient accueillants et très dévoués. Ce stage, qui devrait revenir chaque année, est une belle façon de promouvoir différentes régions et de stimuler l'intérêt des étudiants pour la pratique en médecine familiale à l'extérieur des grands centres», conclut-elle.

À noter que le séjour a été organisé en collaboration avec plusieurs partenaires, dont le Centre Apprentiss et le Gîte plein air Camp St-Paul.

Voyez l'expérience de nos étudiants en vidéo:

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!