Vie universitaire

À l'heure de l'entrepreneuriat responsable

Le campus vibrera au rythme de nombreuses activités durant la Semaine mondiale de l'entrepreneuriat

Par : Yvon Larose
Quatre activités se dérouleront à La Centrale, le lieu de convergence de la communauté entrepreneuriale de l'Université Laval. L'endroit permet aux étudiants d'échanger entre eux ainsi qu'avec les ressources de l'écosystème entrepreneurial de l'Université.
Quatre activités se dérouleront à La Centrale, le lieu de convergence de la communauté entrepreneuriale de l'Université Laval. L'endroit permet aux étudiants d'échanger entre eux ainsi qu'avec les ressources de l'écosystème entrepreneurial de l'Université.
«L'entrepreneuriat responsable est une notion importante pour moi. Veux, veux pas, un entrepreneur, comme leader, est ancré dans sa communauté comme acteur de changement. Fonder une entreprise vient avec des responsabilités. Diminuer l'impact de ses activités sur l'environnement en est une. Redonner à la société par des gestes philanthropiques en est une autre.»

C'est là une partie du message que livrera la diplômée de l'Université Laval et cofondatrice du Groupe Sub Rosa, Lara Emond, le mardi 13 novembre à La Centrale – espace entrepreneurial du pavillon Maurice-Pollack, durant la conférence d'ouverture qu'elle prononcera comme présidente d'honneur de la Semaine mondiale de l'entrepreneuriat à l'Université Laval. La jeune entrepreneure parlera de son parcours et du volet responsable de son projet d'entreprise. En 2015, Lara Emond figurait parmi 25 leaders «qui feront bouger le Québec», selon le journal Les Affaires. En mars dernier, elle recevait le prix Reconnaissance jeunesse – axe entrepreneuriat du gouvernement du Québec.

«La philanthropie, poursuit-elle, peut prendre plusieurs formes. Le mécène Pierre Lassonde identifie le temps, les talents et les trésors comme types de dons. Il n'y a pas de raison pour qu'un entrepreneur ne redonne pas au moins sous l'une de ces formes. D'ailleurs, je suggère aux entreprises de prévoir un poste budgétaire qui serait consacré à la philanthropie. Mon associé et moi sommes très impliqués dans la philanthropie. Nous donnons du temps et des talents. Je siège au conseil d'administration du Musée national des beaux-arts du Québec, car je crois beaucoup au pouvoir des arts comme liant social. Je siège aussi au conseil de Centraide Québec et Chaudière-Appalaches.»

Du 12 au 16 novembre, la cité universitaire vibrera au rythme d'une série d'activités à caractère entrepreneurial. La programmation est le fruit d'une étroite collaboration entre les membres du circuit entrepreneurial de l'Université, lequel comprend notamment Entrepreneuriat Laval, SOVAR, Eggenius, l'Institut Technologies de l'information et Sociétés, le Regroupement des étudiants entrepreneurs de l'Université Laval et Enactus Université Laval, ainsi que des intervenants régionaux du domaine, comme la Ville de Québec.

Le lundi 12 novembre, deux présentations ont donné le coup d'envoi. La première activité s'intitulait «Intégrer le volet responsable à la création d'un modèle d'affaires». La Chaire de leadership sur le développement de l'esprit d'entreprendre et de l'entrepreneuriat a présenté le Flourishing Business Canvas, un outil de design entrepreneurial intégrant la question de la durabilité à la création du modèle d'affaires. En après-midi, l'atelier offert par Entrepreneuriat Laval a fait connaître l'importance du réseautage en affaires.

La professeure Maripier Tremblay, du Département de management, a coanimé la première présentation avec son collègue Luc Audebrand. Selon elle, le concept d'entrepreneuriat responsable traverse la programmation de la Semaine. «L'Université Laval a un positionnement très fort en entrepreneuriat responsable, affirme-t-elle. On entend beaucoup parler d'entrepreneuriat durable et d'entrepreneuriat social. L'entrepreneuriat responsable, lui, se situe au carrefour de ces deux tendances. À l'Université, le plan stratégique institutionnel aborde la notion d'entrepreneuriat responsable. Nous visons à former des entrepreneurs conscients de leur impact, à la fois sur leur entreprise, l'environnement et la société. Nous voulons que les futurs entrepreneurs développent leurs compétences en ce sens. Cette réflexion, nous voulons l'amener dès la définition du modèle d'affaires. Cette vision introduit également la santé et le bien-être de l'entrepreneur et de son personnel.»

Deux autres activités sont au programme du mardi 13 novembre. Un atelier, offert par Entrepreneuriat Laval, se déroulera sur le thème «Savoir gérer les relations contractuelles avec sa clientèle». Pour sa part, le Regroupement des étudiants entrepreneurs de l'Université Laval, en collaboration avec la Jeune Chambre de commerce de Québec, présentera un cocktail entrepreneurial innovation. Mercredi, un atelier sur le thème «Yoga et méditation pleine conscience sur chaise» invitera les participants à élargir leur perspective sur la pleine conscience et l'entrepreneuriat, afin de mieux consolider responsabilité, implication et mieux-être.

Trois activités seront à l'horaire jeudi. D'abord, un atelier permettra de survoler les principales questions relatives aux démarches et tâches administratives nécessaires lorsqu'on démarre une entreprise. Ensuite, une présentation portera sur la façon de communiquer efficacement un projet scientifique ou technologique. Enfin, l'Alliance santé Québec présentera une journée sur l'entrepreneuriat et l'innovation en santé durable. Plusieurs entreprises ou projets innovants et créatifs seront présentés, notamment la Clinique des plaies complexes de l'Hôtel-Dieu de Lévis, AgroCité, agriculture urbaine, par les étudiants de l'Université Laval, le projet DEPPI sur les personnes ayant des incapacités sur le marché du travail ainsi que OxyNov, l'oxygénothérapie optimisée à toutes les étapes du parcours de soins.

Vendredi, le jeune entrepreneur Mathieu Champagne parlera de son parcours comme cofondateur de Bliq Photonique. Cette entreprise est spécialisée dans la conception de solutions avancées de microscopie pour les chercheurs en sciences de la vie. Jean-François Haince, directeur science et innovation chez SOVAR, expliquera les étapes franchies avant d'en arriver aux premières ventes.

Toute la programmation

Addendum

Le mardi 13 novembre, le vice-recteur aux affaires externes, internationales et à la santé, Rénald Bergeron, a pris la parole à La Centrale avant le discours de la présidente d’honneur Lara Émond. Il a d’abord annoncé la mise en place d’une escouade entrepreneuriale formée d’étudiants ambassadeurs. Ceux-ci sillonneront le campus à compter de la session d’hiver 2019 afin de stimuler l’éveil entrepreneurial des étudiants. Il a ensuite procédé au lancement de l’appel à projets du Fonds Claude-Lessard. «Ce fonds vise à soutenir financièrement un ou des entrepreneurs à hauts potentiels et porteurs de projets d’entreprises stratégiques, a expliqué le vice-recteur. La sélection des candidats se fera selon les valeurs qui ont marqué le parcours de Claude Lessard chez Cossette, soit l’ouverture, le respect et la loyauté. Ainsi, c’est avant tout l’humain qui sera considéré: son esprit visionnaire, son leadership, mais surtout sa capacité à développer son organisation dans une économie en mutation. Le montant maximum du financement pouvant être octroyé annuellement est de 50 000$.» Rénald Bergeron a profité de l’occasion pour annoncer la nomination de la professeure Maripier Tremblay, du Département de management, à titre de directrice scientifique de la démarche institutionnelle d’entrepreneuriat responsable, à compter du 1er janvier 2019.

lara-emond-fsa

Lara Émond: «Fonder une entreprise vient avec des responsabilités. Diminuer l'impact de ses activités sur l'environnement en est une. Redonner à la société par des gestes philanthropiques en est une autre.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!