Chroniques

Ces profs qui changent des vies

ULaval nouvelles vous présente une série d'articles sur des enseignants inspirants qui ont influencé le parcours d'anciens étudiants. Cette semaine: deux membres du groupe The Lost Fingers, Alex Morissette et François Rioux, rendent hommage à Gabriel Hamel, professeur à la Faculté de musique.

Alex Morissette et François Rioux entourent le professeur Gabriel Hamel devant le pavillon Louis-Jacques-Casault, où ils ont fait leurs études.
Avec ses sept albums et ses multiples concerts derrière la cravate, The Lost Fingers se passe de présentation. Ses reprises de chansons à la sauce jazz manouche ont fait le tour du monde. Derrière les rythmes accrocheurs et les arrangements savamment orchestrés du groupe, un professeur de la Faculté de musique a joué un rôle important. Il s'agit de Gabriel Hamel, directeur du programme de baccalauréat en musique — interprétation jazz et musique populaire.

Pour le contrebassiste Alex Morissette, il ne fait nul doute que ce professeur lui a permis de porter son talent à un autre niveau. «C'est lui qui m'a montré que l'on peut donner une émotion ou un caractère particulier à une pièce par le choix d'un accord, d'une progression ou d'un rythme. J'ai appris à décortiquer la musique, à démonter et remonter le moteur pour voir ce qu'il y a derrière la technique», dit-il.

C'est aussi avec ce professeur que le musicien a vécu sa première expérience d'enregistrement professionnel. À l'époque, Gabriel Hamel avait réuni quelques étudiants au LARC, le Laboratoire audionumérique de recherche et de création de l'Université, pour un projet d'album collectif. Cette initiative a permis à Alex Morissette de découvrir les dessous de la réalisation d'un disque. «Gabriel est un directeur musical d'expérience qui connaît tous les paramètres nécessaires pour accomplir un enregistrement de qualité professionnelle. Les conseils qu'il m'a donnés, que ce soit sur la manière de jouer, sur l'attitude à adopter ou sur la signification d'une pièce, m'ont grandement influencé. Ils m'ont préparé à travailler avec John Jorgenson, une sommité de la musique qui a collaboré avec Elton John, Luciano Pavarotti et Johnny Cash et qui a réalisé les derniers albums des Lost Fingers.»

Comme son acolyte, le guitariste François Rioux a appris à exploiter son potentiel aux côtés de Gabriel Hamel. Après avoir fait un baccalauréat et une maîtrise, il a entamé un doctorat sous la gouverne de ce professeur pour pousser plus loin ses compétences en improvisation jazz. Aujourd'hui, il suit les traces de son mentor et enseigne la guitare comme chargé de cours.

«Gabriel est un monument à l'Université Laval, affirme François Rioux. Par ses connaissances, il a propulsé plusieurs carrières, dont la mienne. Je lui dois beaucoup. Il m'a enseigné pendant des années. Son cours Analyse et écriture jazz et pop, le meilleur que j'ai suivi à l'Université, est construit à la perfection. Il s'agit d'une synthèse extraordinaire pour les étudiants qui ont certaines connaissances en jazz et qui veulent mettre de l'ordre dans tout ça.»

À la fois arrangeur, compositeur et guitariste, Gabriel Hamel enseigne le jazz depuis plus de 35 ans. À l'époque, il n'existait pas de programme d'études consacré à ce genre musical. Il a fallu attendre jusqu'en 1998. Avec ses collègues Pierre Lessard et Élise Paré-Tousignant, le professeur a mis sur pied le baccalauréat en jazz et musique populaire. Par la suite, la maîtrise puis le doctorat ont été créés. «Quand le programme est né, les cours à option se sont intégrés au cursus, qui est devenu beaucoup plus élaboré. Des cours de théorie, d'instruments, d'ensembles et d'histoire ont fait leur apparition. Ces cours forment un tout cohérent qui amène l'étudiant à développer des connaissances et des habiletés centrées sur le jazz», souligne Gabriel Hamel.

Le professeur, qui carbure à la passion et à la curiosité de ses étudiants, voit son rôle comme celui d'un incubateur de talents. Son but est de fournir aux musiciens de la relève des outils qui leur serviront toute leur carrière. Son principal conseil? Ne pas attendre l'obtention du diplôme avant de se lancer. «L'école, c'est important, mais il faut aller au-delà de ça: il faut s'impliquer dans le milieu, essayer de se faire voir, montrer son savoir-faire. La musique tient du contact avec les autres. J'encourage aussi mes étudiants à faire preuve de polyvalence et à se tourner vers des styles autres que le jazz.»

Pour lire tous les articles de la série:




Et vous, y a-t-il un enseignant qui a changé votre vie?


Les meilleurs enseignants, ce sont ceux dont on se souvient toute sa vie durant. Dévoués, pédagogues, enthousiastes, ils nous ont transmis leur passion, ont élargi nos horizons, nous ont donné envie d'être créatifs dans un domaine. Diplômé ou étudiant, vous avez une histoire qui implique un professeur ou un chargé de cours toujours à l'emploi de l'Université? N'hésitez pas à écrire au journaliste Matthieu Dessureault pour lui faire part de votre témoignage. Votre histoire pourrait faire l'objet d'un article dans le journal!

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!