ULaval Nouvelles
Recherche

Des marqueurs pour déterminer le photovieillissement de l’œil

Des chercheurs développent une mesure fiable de l'exposition cumulative des yeux au rayonnement solaire

Par : Jean Hamann

Des chercheurs de l'Université Laval ont mis au point une méthode qui permet d'évaluer, à partir de mutations présentes dans l'ADN mitochondrial de cellules de la cornée et de l'iris, à quel point les yeux d'une personne ont été exposés au rayonnement solaire au cours de sa vie. «Ces mutations nous aideront à préciser dans quelle mesure l'exposition au soleil est un facteur de risque important pour certaines maladies de l'œil, souligne le professeur Patrick Rochette. Par exemple, ils pourraient éclairer la controverse entourant le rôle de l'exposition solaire dans l'étiologie du mélanome uvéal, le cancer de l'œil le plus fréquent chez l'adulte.»

Anne-Sophie Gary, Marie Dorr et Patrick Rochette, de la Faculté de médecine et du Centre de recherche de CHU de Québec – Université Laval, se sont intéressés à une mutation déjà signalée dans les cellules de la peau, la T414G. «Dans les cellules cutanées, la fréquence de cette mutation augmente en fonction de l'âge et de l'exposition au soleil. Nous voulions savoir si elle était aussi présente dans les structures de l'œil», précise le professeur Rochette.

La mutation T414G est localisée dans l'ADN mitochondrial. «Ce qui est intéressant pour nous est que les mutations dans ce type d'ADN ne sont pas réparées et qu'elles s'accumulent dans la cellule avec le temps. Cela en fait de bons marqueurs de l'exposition cumulative à des agents mutagènes comme le rayonnement ultraviolet du soleil.»


« Ces marqueurs nous permettront de préciser l'importance de l'exposition solaire dans le développement de différentes maladies de l'œil et de proposer des mesures préventives appropriées. »
Patrick Rochette

Les analyses qu'ils ont effectuées sur les yeux de 64 personnes décédées, et dont les conclusions viennent de paraître dans la revue Mutagenesis, montrent que la mutation T414G est présente dans l'iris et dans la cornée. «Nos travaux antérieurs avaient déjà permis de repérer deux autres mutations dans l'ADN mitochondrial de ces structures oculaires. Nous disposons maintenant de trois marqueurs qui permettent d'estimer l'exposition cumulative au rayonnement solaire de l'œil d'une personne au cours de sa vie. Deux autres marqueurs sont en cours d'évaluation dans notre laboratoire.»

Présentement, l'exposition cumulative de l'œil au rayonnement solaire est difficile à estimer. Elle dépend de nombreux facteurs, notamment le port de lunettes, de lentilles cornéennes ou de verres fumés, la forme de l'arcade sourcilière et de la paupière, le type de coiffure et les comportements par rapport à l'exposition au soleil. «Nous croyons qu'avec cinq marqueurs, nous aurons une estimation fiable de l'exposition cumulative parce qu'elle tiendra compte des variations interindividuelles, avance le professeur Rochette. Ces marqueurs nous permettront de préciser l'importance de l'exposition solaire dans le développement de différentes maladies de l'œil et de proposer des mesures préventives appropriées.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!