Recherche

Des installations pour accélérer la production de vaccins

Des chercheurs obtiennent 4,8M$ pour une plateforme qui permettra la production de nouveaux vaccins selon des procédés conformes aux bonnes pratiques de l'industrie

Par : Jean Hamann
Les procédés de fabrication de vaccins qui seront conçus grâce à ces installations seront conformes aux bonnes pratiques de l'industrie. Il sera donc possible d'obtenir des autorisations de Santé Canada pour fabriquer des vaccins qui pourront être testés dans des études cliniques, croit Denis Leclerc.
Les procédés de fabrication de vaccins qui seront conçus grâce à ces installations seront conformes aux bonnes pratiques de l'industrie. Il sera donc possible d'obtenir des autorisations de Santé Canada pour fabriquer des vaccins qui pourront être testés dans des études cliniques, croit Denis Leclerc.

La pandémie de COVID-19 nous a rappelé à quel point il est important que les nouveaux vaccins créés dans les laboratoires de recherche trouvent rapidement leur chemin jusqu'aux bras des citoyens. Pour l'instant, il n'existe au Québec aucune installation universitaire qui permette de produire en volume important des vaccins candidats, selon les normes de bonnes pratiques de l'industrie. Cette situation pourrait changer grâce à un projet auquel s'attaquent Denis Leclerc, Sachiko Sato et leurs collaborateurs.

Les deux professeurs de la Faculté de médecine et huit de leurs collègues du Centre de recherche du CHU de Québec – Université Laval viennent d'obtenir un financement de 4,8M$ de la Fondation canadienne pour l'innovation, du gouvernement du Québec et de leurs partenaires. Cette somme servira à l'achat d'équipement et à l'aménagement d'installations qui permettront d'optimiser et d'accélérer la fabrication de vaccins.

«Nous allons être en mesure de produire des lots de vaccins en quantités suffisantes pour en évaluer l'efficacité et l'innocuité. Nous allons aussi rendre les procédés de fabrication conformes aux bonnes pratiques de l'industrie. Cela nous permettra d'obtenir les autorisations de Santé Canada pour fabriquer des vaccins qui pourront être testés dans des études cliniques», précise Denis Leclerc.


« Nous allons être en mesure de produire des lots de vaccins en quantités suffisantes pour en évaluer l'efficacité et l'innocuité. »
Denis Leclerc

Les trois prochaines années serviront à optimiser les protocoles de production et à fabriquer les prototypes de vaccins qui seront testés. Par la suite, quatre vaccins sur lesquels travaillent des chercheurs associés au projet seront produits dans ces installations. Il s'agit d'un vaccin universel contre l'influenza, d'un vaccin contre le VIH, d'un vaccin contre la candidose et d'un vaccin thérapeutique contre certains cancers.

Une fois que ces activités auront atteint leur vitesse de croisière, le professeur Leclerc entend pousser l'idée encore plus loin. «Nous désirons augmenter la capacité de production et mettre en place une structure gouvernementale capable de fabriquer des vaccins pour protéger les Québécois d'autres pandémies. Ainsi, nous n'aurons plus jamais à revivre une situation comme celle que nous devons affronter depuis quelques mois et qui nous exaspère tous.»

Lisez l'article présentant les quatre projets d'infrastructures majeures dirigés par des équipes de l'Université Laval qui viennent de recevoir un financement de la FCI, du gouvernement du Québec et de partenaires.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!