Société

Virage santé sur la côte Ouest

La Colombie-Britannique entend devenir le chef de file nord-américain en matière de vie saine

Par : Yvon Larose
Réduire de 10 % l’usage du tabac et de 20 % le pourcentage d’adultes qui ont un problème d’embonpoint ou d’obésité d’ici 2010, ce sont là deux des très ambitieuses cibles que s’est donné le gouvernement de la Colombie-Britannique en mars 2005 avec le lancement du projet ActNow BC (Agir maintenant). Deux autres cibles portent sur l’augmentation de 20 % du pourcentage de personnes qui font de l’activité physique et de 20 % du pourcentage de ceux et celles qui consomment chaque jour un minimum de cinq portions de fruits et de légumes.

«À cause des Jeux olympiques d’hiver qui auront lieu en Colombie-Britannique en 2010, le gouvernement a défini un plan de santé pour la population afin que celle-ci soit l’une des plus en santé à avoir accueilli les Jeux», a expliqué le Dr John Millar, directeur exécutif de la santé publique à la Provincial Health Services Authority de Colombie-Britannique. La conférence qu’il a donnée le mercredi 18 octobre au pavillon Charles-Eugène-Marchand avait été organisée, entre autres, par le Département de médecine sociale et préventive de l’Université et la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale. «ActNow BC, a-t-il ajouté, représente une opportunité extraordinaire pour la santé publique. C’est un projet sans doute unique au monde de par son leadership politique et son envergure. C’est comme une grosse vague d’enthousiasme sur laquelle nous surfons. Et des gestes sont posés. Des fruits frais entrent dans les écoles et davantage d’équipements de loisir sont mis à la disposition de la population.»

Cela dit, John Millar considère que l’activité physique, la consommation de fruits et de légumes, et les problèmes d’embonpoint et d’obésité représentent tous des cibles «presque certainement inatteignables» pour l’horizon 2010. «Toutes nos données indiquent que l’embonpoint continue à augmenter, a-t-il dit. Par contre, faire en sorte que 8,5 citoyens sur 10 soient non-fumeurs est un objectif qui peut être atteint. La province a déjà le pourcentage de fumeurs le plus faible au pays. Et si au moins une personne qui vit dans une famille de cinq où il ne se fait pas d’activité physique comme telle faisait de la marche rapide à raison de 30 minutes par jour, la cible d’ActNow serait atteinte.»

L’urgence d’agir
Dans cette province, les problèmes de santé qui découlent d’un manque d’activité physique coûtent plus de 570 millions de dollars par an à l’État. En 2004-2005, le ministère de la Santé accaparait 41,6 % du budget du gouvernement. «Le budget du Ministère augmente de 8 % par an et on estime qu’il atteindra 71,3 % en 2017-2018, et ce, malgré une croissance des revenus de 3 % par an», a précisé John Millar. La conférence de John Millar a eu lieu quelques jours seulement avant l’annonce, par le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Philippe Couillard, d’un plan d’action contre l’obésité et la sédentarité. Doté d’un budget annuel de 96 millions de dollars, ce plan vise, d’ici six ans, à réduire le taux d’embonpoint de 5 % et le taux d’obésité de 2 % chez les jeunes et les adultes. «ActNow BC n’a pas de budget déterminé, a indiqué John Millar. Mais le gouvernement a accordé jusqu’à présent près de 60 millions de dollars à ce projet coordonné par le ministre d’État à la santé et axé sur des programmes et des services en partenariat. Et de nouveaux montants sont accordés régulièrement.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!