Société

Partager nos connaissances

L'Université unit ses forces à celles de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) afin d'améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition dans le monde

Par : Matthieu Dessureault
L'Université a conclu un partenariat renouvelable de trois ans avec la FAO à l'occasion du Colloque international sur la santé alimentaire et la nutrition à l'heure des changements climatiques. L'objectif? Favoriser le partage des connaissances pour faire face aux effets des changements climatiques sur la sécurité alimentaire et la nutrition. «Il faudra surmonter de nombreux défis pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition mondiales. En tête de liste figurent les conséquences des changements climatiques. Notre partenariat favorisera l'accès à un savoir d'avant-garde qui contribuera à trouver des solutions à ces problèmes», s'est réjouie la directrice générale adjointe en charge du climat et des ressources naturelles de la FAO, Maria Helena Semedo.

Selon le dernier rapport de l'organisme, la faim dans le monde touche 815 millions de personnes. La situation en matière de sécurité alimentaire a empiré notamment au Nigéria, au Soudan du Sud, en Somalie et au Yémen, où plus de 31 millions de personnes souffrent de la famine. La FAO a pour but de contribuer à éliminer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition. Elle vise aussi à réduire la pauvreté rurale et à rendre l'agriculture, la foresterie et la pêche plus productives.

L'entente avec l'Université permettra notamment de fournir aux États membres de la FAO des guides techniques, des données et des outils afin de s'adapter aux changements climatiques et d'en atténuer les répercussions. Elle vise également à lancer des projets en agroforesterie pour combattre la désertification et à promouvoir les thèmes clés de la FAO touchant la sécurité alimentaire. «Notre alliance renforcera nos capacités respectives à combattre la désertification et à faciliter l'adaptation de nos sociétés devant les changements climatiques. Mis en commun, nos savoirs conduiront à de meilleurs conseils, des solutions plus adaptées, des outils plus sophistiqués et des stratégies de sensibilisation plus efficaces», a souligné la rectrice Sophie D'Amours. «En nouant ce partenariat, a-t-elle ajouté, l'Université réitère son engagement dans la lutte pour assurer la sécurité alimentaire de tous et poursuit les efforts déployés à l'échelle locale pour réduire les répercussions des changements climatiques et aider la planète à s'y adapter, autant de conditions nécessaires à l'éradication de la faim dans le monde.»

Pour conclure son allocution, elle a souligné l'apport du professeur Alain Olivier, du Département de phytologie, dans la cause de la sécurité alimentaire. Titulaire de la Chaire de recherche en développement international, ce professeur a mis sur pied des stages en agroforesterie et a mené plusieurs projets de recherche à travers le monde.

Le Colloque international sur la santé alimentaire et la nutrition à l'heure des changements climatiques, qui se tenait à la fin septembre au Centre des congrès de Québec, a réuni près de 225 experts et représentants d'organisations. L'événement était organisé par le gouvernement du Québec, en collaboration avec la FAO.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!