Société

Les droits de la personne bafoués en Chine

Le rapport d’un collectif étudiant apporte un complément d’information crédible sur cet enjeu à la veille des Jeux olympiques de Beijing

Par : Yvon Larose
Les Jeux olympiques qui se tiendront cet été à Beijing seront-ils une occasion de faire progresser les droits de la personne en Chine? Ou bien, est-ce qu’ils célébreront un régime reconnu comme répressif et autoritaire? Quant aux pays démocratiques, quelle attitude doivent-ils adopter face à la tenue, en Chine, d’un événement sportif planétaire véhiculant des idéaux de fraternité, de paix et de dignité humaine? La base théorique des réponses à ces questions fondamentales se trouve dans un rapport de recherche de quelque 80 pages intitulé Les droits humains en Chine à l’approche des Jeux de 2008 que viennent de publier huit étudiantes et étudiants. Les auteurs de cette étude neutre, multidisciplinaire et documentée sont membres d’Amnistie internationale – Université Laval, d’Avocats sans frontières – Université Laval et de la Délégation Droits et Démocratie de l’Université Laval. Pour l’occasion, ils étaient regroupés au sein du Collectif étudiant pour les droits humains en Chine de l’Université Laval (CEDCUL).

«Des organisations comme Human Rights Watch croient que la tribune mondiale offerte par les Jeux peut être une opportunité à saisir pour promouvoir la démocratie en Chine», indique Catherine Berger, étudiante à la maîtrise en études internationales et coordonnatrice en chef du CEDCUL. Dans le chapitre du rapport qu’elle consacre aux liens «indissociables» entre le sport et la politique, elle rappelle que les Jeux de Séoul en 1988 ont entraîné d’importants progrès vers le multipartisme et la démocratie électorale. Il lui apparaît cependant «fort improbable» de voir la même chose se produire en Chine. «Les opposants au monopole politique du Parti communiste chinois (PCC), écrit Catherine Berger, ne semblent toujours pas à l’heure actuelle être en mesure de profiter des faiblesses du régime pour le mettre en pièces et instaurer un tel bouleversement.» Cette dernière croit toutefois «inconcevable» que le régime ferme les yeux sur les enjeux relatifs aux droits de la personne et au développement démocratique, compte tenu notamment des engagements de Beijing, lors de l’obtention des Jeux, à mettre en place des réformes en ces domaines.

Une répression tous azimuts
Les atteintes aux droits de la personne en Chine sont fréquentes. Les cas de répression concernent la liberté d’expression et d’association, la liberté de presse, les mouvements des paysans et des petits travailleurs, les minorités ethniques et le mouvement spirituel Falun Gong. Le rapport du CEDCUL révèle, entre autres, l’impossibilité de former un groupe politique dont l’idéologie serait distincte de celle du PCC. En Chine, une trentaine de journalistes chinois croupissent actuellement en prison. Le journal hebdomadaire The Economist avance le chiffre de 87 000 «incidents de masse» à s’être produits en 2005 qui impliquaient des paysans chinois. Parmi les minorités ethniques, le plus grand nombre de violations aux droits de la personne s’observe chez les Tibétains et les Ouïgours, des musulmans. La répression vise l’effacement progressif de l’identité culturelle de ces minorités.

Dans son chapitre sur le PCC, Maude Boulanger, étudiante à la maîtrise en études internationales, souligne que des facteurs culturels anciens expliquent la difficulté, pour le gouvernement chinois, de respecter les droits de la personne. Dans ce pays, «le sens des responsabilités, la cohésion et la stabilité sociale sont davantage importants que les droits individuels», écrit-elle. Dès l’époque de la Chine impériale prédominait l’objectif d’unité sur le respect des droits de la personne. Le régime chinois s’appuie sur une hiérarchie des droits dans laquelle les droits civils et politiques viennent après le droit à la subsistance et au développement économique.

Le CEDCUL tiendra une assemblée consultative sur les Jeux olympiques et les droits de la personne en Chine le mardi 1er avril, à compter de 11 h 30, au local 2419 du pavillon Charles-De Koninck. Pour information: Catherine Berger, cedcul@gmail.com. Quant au rapport de recherche du Collectif, il est en ligne à l’adresse suivante: www.aedlaval.qc.ca/cedcul.pdf

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!