Société

La femme de 15 ans

Les jeunes filles savent se montrer critiques à l’égard des articles qui traitent de sexualité dans les magazines pour adolescentes

Par : Renée Larochelle
Avez-vous feuilleté un magazine pour adolescentes dernièrement? Si la réponse est oui, vous aurez remarqué que certains articles présentés dans ces publications abordent crûment les questions reliées à la sexualité. Des meilleurs trucs pour atteindre l’orgasme en passant par les 1 001 façons de faire jouir son petit ami, les magazines pour adolescentes n’ont pas la langue dans leur poche. Comment les adolescentes reçoivent-elles ces textes? Dans quelle mesure s’y intéressent-elles et pourquoi? C’est ce qu’a cherché à savoir Marie-Ève Lang dans son mémoire de maîtrise en communication publique supervisé par la professeure Estelle Lebel. «Au cours des dernières années, de nombreux chercheurs ont tenté de relier le phénomène de l’hypersexualisation à certains contenus médiatiques nord-américains, particulièrement en ce qui concerne les magazines pour adolescentes, explique Marie-Ève Lang. Beaucoup d’études sur le contenu de ces revues ont été réalisées, dont quelques-unes au Québec, mais peu l’ont été sur la réception de ce contenu, et surtout très peu portant explicitement sur les textes à caractère sexuel.»

En prendre et en laisser
Aux fins de son étude qui s’est déroulée en 2007, Marie-Ève Lang a demandé à 14 adolescentes franco-canadiennes âgées de 15 à 17 ans de lire trois numéros du magazine québécois Adorable (aujourd’hui publié sous un autre nom) et de noter leur indice d’intérêt. Des discussions de groupe et des entrevues individuelles complétaient la démarche. Premier résultat: la sexualité a la cote auprès des jeunes filles. En effet, les articles sur le sexe l’emportent haut la main sur d’autres sujets comme la décoration, l’actualité et la technologie. La mode et la beauté suivent de près. En second lieu, plus les participantes sont âgées, plus leur intérêt pour les textes à caractère sexuel augmente. Cet intérêt est également plus élevé lorsque les parents découragent la sexualité chez leurs jeunes. Invitées à s’exprimer sur leur type d’images préférées, les répondantes ont désigné celles symbolisant à leurs yeux l’amour véritable, comme cette photo montrant un couple élégamment habillé échangeant un baiser: on y voit un homme agenouillé offrant sa longue cuisse comme siège à la femme. «Ils semblent s’aimer vraiment et être fidèles l’un à l’autre», résume d’ailleurs l’une des adolescentes. Ce qui n’empêche pas le fait que la photo d’un bel homme torse nu attire leur attention et que les nouvelles érotiques les amusent.

Les jeunes filles affirment lire les textes sur la sexualité principalement pour apprendre et se tenir au courant des dernières tendances, en quelque sorte comme elles le font pour ceux traitant de mode et de beauté. Elles les lisent également pour le plaisir que cette lecture leur procure et pour se rassurer sur leur propre corps et sur certains aspects de la sexualité féminine, entre autres. Mais l’une des conclusions à laquelle en arrive Marie-Ève Lang dans son mémoire est que les jeunes filles ne gobent pas tout ce qui est écrit dans ces textes. «Elles savent qu’il faut en prendre et en laisser dans ces articles, explique l’étudiante. Elles trouvent même que certains journalistes vont trop loin dans les détails, qu’ils avancent des idées dégradantes pour les femmes. Je pense à un texte intitulé “Caresses 101” où l’image dégradante de la femme projetée dans ces textes a été reçue de façon très négative par les répondantes.» 

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!