Recherche

Bouche bée

Les plaquettes sanguines favoriseraient la régénération des tissus après une chirurgie buccale ou une maladie parodontale

Par : Jean Hamann
Le recours à un produit contenant un concentré de plaquettes sanguines accélérerait la guérison des tissus buccaux. Comme les plaquettes proviennent du patient lui-même, les risques de rejets sont faibles.
Le recours à un produit contenant un concentré de plaquettes sanguines accélérerait la guérison des tissus buccaux. Comme les plaquettes proviennent du patient lui-même, les risques de rejets sont faibles.
On a longtemps cru que le rôle des plaquettes se cantonnait à la coagulation et à la cicatrisation, mais ces composantes du sang ont plus d'un tour dans leur sac. Au cours des dernières années, des recherches ont révélé qu'elles interviennent aussi dans l'athérosclérose, les infarctus, les accidents vasculaires cérébraux et l'arthrite rhumatoïde. Une étude du Groupe de recherche en écologie buccale (GREB) vient ajouter un nouvel élément à cette liste: les plaquettes produisent une hormone protéique, appelée facteur de croissance épidermique, qui favorise le développement des vaisseaux sanguins. Cette découverte, publiée dans un récent numéro du Journal of Periodontal Research, apporte de l'eau au moulin de ceux qui préconisent le recours au plasma riche en plaquettes pour accélérer la guérison des tissus à la suite d'une chirurgie buccale ou d'une maladie parodontale.
  
Marie-Pierre Bertrand-Duchesne, Daniel Grenier et Guy Gagnon rapportent que l'ajout de plasma humain riche en plaquettes sanguines à un milieu de culture contenant des cellules endothéliales — des cellules qui tapissent la paroi interne des vaisseaux sanguins — stimule leur multiplication. Des tests plus poussés ont permis de préciser que cet effet était principalement attribuable au facteur de croissance épidermique produit par les plaquettes.
  
Les études réalisées précédemment sur l'efficacité du plasma riche en plaquettes pour favoriser la guérison après une chirurgie buccale avaient livré des résultats contradictoires. L'étude du GREB est de bon augure pour ceux qui croient à cette avenue thérapeutique. «Le développement de vaisseaux sanguins est une étape cruciale du processus de régénération parce que c'est grâce à eux que l'oxygène et les aliments nutritifs peuvent se rendre aux nouveaux tissus», précise Daniel Grenier, professeur à la Faculté de médecine dentaire et directeur du GREB.
   
Le plasma riche en plaquettes est produit à l'aide d'un appareil qui concentre les plaquettes à partir d'un échantillon de sang du patient. Ce concentré de plaquettes peut être incorporé à une matrice utilisée lors de greffes d'os ou de tissus mous. Comme les plaquettes proviennent du patient, les risques de rejet sont faibles.
   
Même si elles sont dépourvues de noyau et d'ADN, les plaquettes seraient d'importants réservoirs de facteurs de croissance, une famille de protéines qui régissent la multiplication cellulaire. Les protéines plaquettaires seraient produites à partir d'ARN messagers hérités des cellules dont elles sont issues.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!