Recherche

Au palmarès de Québec Science

Les travaux du professeur Patrick Lajeunesse figurent parmi les découvertes de l’année 2008 du magazine de vulgarisation scientifique

Par : Jean Hamann
Une publication scientifique reconstituant en détail le déroulement d’un événement géologique survenu il y a plusieurs millénaires figure dans la liste des dix découvertes de l’année 2008 du magazine Québec Science. Publiée dans Nature Geoscience par Patrick Lajeunesse, professeur au Département de géographie et chercheur au Centre d’études nordiques, et par son collègue de l’UQAR, Guillaume St-Onge, cette publication lève le voile sur la façon par laquelle le lac Agassiz-Ojibway, qui contenait 15 fois le volume d’eau aujourd’hui présent dans le lac Supérieur, s’est soudainement déversé dans la baie d’Hudson.
   
Le retrait du glacier qui recouvrait le nord des États-Unis et le Canada a donné naissance, il y a environ 12 000 ans, au lac Agassiz-Ojibway. Les eaux de ce lac, retenues par le glacier, recouvraient un territoire immense allant du Québec jusqu’à la Saskatchewan. Des recherches antérieures ont révélé que ce lac s’est vidé il y a environ 8500 ans, mais la façon dont la chose s’est produite faisait l’objet de spéculations. Une hypothèse courante voulait qu’à la faveur d’un réchauffement climatique, une brèche se soit formée dans le barrage de glace, permettant aux eaux du lac Agassiz-Ojibway de se déverser dans la baie d’Hudson. Le drainage complet du lac aurait ainsi exigé quelques centaines d’années. Les données recueillies par le tandem Lajeunesse-St-Onge plaident plutôt en faveur d’une vidange soudaine des eaux du lac, ce qui aurait eu une incidence majeure sur la déglaciation du continent américain ainsi que sur le refroidissement de l’Europe survenu à la même époque (pour plus de détails, voir www.aufil.ulaval.ca/articles/grande-debacle-6212.html).

C’est un groupe composé de scientifiques et de journalistes qui a eu la difficile tâche de choisir les découvertes les plus marquantes de l’année 2008 au Québec parmi les quelque 80 dossiers soumis par les universités et les centres de recherche. Les découvertes devaient avoir un impact suffisant pour ouvrir de nouvelles perspectives et susciter de nouveaux espoirs dans leur domaine respectif en plus d'avoir fait l'objet d'une publication dans une revue scientifique reconnue entre le 1er octobre 2007 et le 31 octobre 2008. La direction du magazine reconnaît la relative subjectivité de ce périlleux exercice, auquel elle se livre depuis 1994, mais elle y voit une occasion de saluer la qualité, la vitalité et l’originalité de la recherche faite au Québec.
   
Cette année encore, Québec Science invite le public à choisir la découverte qu’il juge la plus importante parmi les dix qui figurent à son palmarès. Le chercheur dont la découverte récoltera le plus de votes recevra le «Prix du public Québec Science - Découverte de l’année 2008». Pour prendre connaissance des dix découvertes et pour voter, rendez-vous d’ici le 26 février à www.cybersciences.com.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!