Arts

Voyage au bout de la nuit

Les finissants du baccalauréat en théâtre présentent La descente d’Orphée, une création collective où les vivants reviennent d’entre les morts

Par : Renée Larochelle
«L'art peut ramener l'homme à la vie et à l'amour du monde»: la création collective La descente d'Orphée est présentée au Laboratoire des nouvelles technologies de l'image, du son et de la scène.
«L'art peut ramener l'homme à la vie et à l'amour du monde»: la création collective La descente d'Orphée est présentée au Laboratoire des nouvelles technologies de l'image, du son et de la scène.
Vous aimez les belles histoires d’amour? Celles qui traversent le temps sans prendre une ride et qui touchent une corde sensible de votre être sans que vous sachiez trop pourquoi? Venez assister à La descente d’Orphée, une création collective que présentent des finissants du baccalauréat en théâtre le vendredi 9 et samedi 10 avril à 20 h, ainsi que le dimanche 11 avril à 14 h, au local 3655 du pavillon Louis-Jacques-Casault. Depuis le mois de septembre, ils sont une vingtaine à explorer en profondeur le mythe d’Orphée afin d’en tirer leur propre vision. «Le mythe a inspiré beaucoup d’artistes dans plusieurs domaines, que ce soit au théâtre, au cinéma, en musique ou en peinture», explique Jacques Lessard, chargé de cours au Département des littératures et responsable du projet. «Le mythe d’Orphée, c’est l’amour qui peut vaincre la mort et le sujet s’est avéré très inspirant pour les étudiants, dit-il. Ils ont commencé par parcourir une bibliographie de tout ce qui s’était fait sur ce mythe bien connu de la mythologie grecque. Après une phase d’improvisation, l’écriture du spectacle a commencé. Du texte à la mise en scène, en passant par les décors et l’univers sonore, les étudiants se sont occupés de tout.»  

La confiance et le doute
La descente d’Orphée est d’abord et avant tout l’histoire d’un homme, Orphée, follement amoureux de sa femme, Eurydice. Mordue au pied par un serpent le jour de son mariage, Eurydice meurt. Fou de douleur et au péril de sa vie, Orphée décide de descendre au royaume des Enfers pour aller la chercher. Grâce à son don exceptionnel de musicien, Orphée parvient à endormir Cerbère, le chien à trois têtes qui garde l’entrée des Enfers, et à s’approcher du dieu Hadès qu’il finira par convaincre de laisser repartir Eurydice dans le monde des vivants. La seule condition à ce passe-droit est qu’Orphée ne doit pas se retourner vers sa belle ni lui adresser la parole tant qu’ils ne seront pas tous sortis des Enfers. Une promesse qu’Orphée n’arrivera pas à tenir, avec comme conséquence qu’il devra renoncer pour toujours à Eurydice. La question que se pose le commun des mortels est: Pourquoi donc Orphée s’est-il retourné? «Son manque de confiance l’a peut-être puni, explique Jessika Roussy, finissante en théâtre. Et puis, il y aussi le doute. On peut en conclure que même s’il essaie de se débattre et possède de grands pouvoirs, comme c’est le cas d’Orphée, l’être humain a aussi ses limites.»

Directrice de cette production, Andréanne Houde parle d’un spectacle intemporel et d’une mise en scène poétisée où la musique et la danse occupent une large place. «Orphée étant un musicien dont la lyre enchanteresse ravit les cœurs et les esprits, nous nous sommes aussi interrogés sur la place de l’art et de l’artiste dans la société, souligne l’étudiante. L’art peut ramener l’homme à la vie et à l’amour du monde.» Présenté au Laboratoire des nouvelles technologies de l’image, du son et de la scène (LANTISS), ce spectacle promet de réjouir les amateurs de théâtre qui sort des sentiers battus. On peut réserver ses billets au coût de 6 $ à l’adresse suivante: projet.orphee.2010@gmail.com ou les acheter les soirs de spectacle à la porte de la salle.


Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!