Arts

Objets volants bien identifiés

En mode utilitaire ou artistique, des étudiantes et étudiants en architecture matérialisent des idées audacieuses au Musée de la civilisation

Par : Yvon Larose
Un pot à fleurs cubique, une horloge transparente en plexiglas et une chaise de parterre en tapis de gazon synthétique, voilà quelques-uns des 45 objets originaux, certains utilitaires d’autres artistiques, créés par 67 étudiantes et étudiants inscrits au bac ou à la maîtrise en architecture et exposés jusqu’au dimanche 18 mars dans le grand hall du Musée de la civilisation de Québec. Un autre objet inhabituel est une lampe d’ambiance faite de nouilles percées et enfilées sur des tiges de métal attachées à une pièce de plexiglas. «Je me suis inspirée de l’art pauvre, explique Kim Pariseau, étudiante à la maîtrise. J’ai choisi un objet alimentaire comme la nouille pour la transformer en objet fonctionnel.» À l’instar d’autres étudiants qui participent à l’exposition, Kim a réalisé son projet l’automne dernier dans le cadre du cours «Pensée constructive». Elle dit avoir aimé l’expérience. «Ici, à l’École d’architecture, on apprend essentiellement à réfléchir et à conceptualiser, mais on fabrique que trop rarement des choses de nos mains, explique-t-elle. Donc ce cours permet de matérialiser nos idées, de les rendre concrètes, aussi de comprendre ce qui cloche dans l’idée et de trouver une solution.»


________________________________________________________________________________

L’exposition donnera lieu à une vente aux enchères le vendredi 16 mars à 19 h 30
   ________________________________________________________________________________



Imaginer, concevoir et réaliser
L’exposition «L’Objet 2007», événement de design étudiant, est en cours depuis le mardi 13 mars. Elle se transformera, l’espace d’une soirée, en encan. La vente aux enchères aura lieu demain, le vendredi 16 mars. Les prix de départ varieront entre 30 $ et 50 $. «L’an dernier, l’encan avait attiré environ 450 personnes et deux lampes en béton s’étaient vendues 1 300 $ ensemble», rappelle Maxime Turgeon, étudiant à la maîtrise en architecture et coordonnateur de «L’Objet 2007». «Habituellement, un objet se vend entre 100 $ et quelques centaines de dollars», poursuit-il. Les recettes de la soirée serviront à financer des activités pour les finissants à la maîtrise, dont une exposition de travaux.

Les participants à l’exposition «L’Objet 2007» ont exploré les possibilités de différents matériaux. Si certains objets reflètent une innovation matérielle, d’autres témoignent d’un souci écologique ou d’une ironie constructive. «Un des objets les plus intéressants est l’ourson et le coussin en béton, d’Olivier Jacques et Gabrielle Nadeau, souligne Maxime Turgeon. Un objet de réconfort et un objet de confort faits de béton, dont la surface est lisse et douce, l’effet est un peu paradoxal.» Selon lui, la patère faite de vieux skis de bois sablés de Véronique Richard se distingue par son côté pratique et son élégance. Quant à la lampe faite de matériaux de plomberie recyclés et soudés ensemble de Jean-François St-Onge, elle diffuse une belle qualité de lumière. «Un évier en acier inoxydable renversé tient lieu d’abat-jour, souligne Maxime Turgeon. L’objet matérialise le rapport entre l’eau et l’énergie.»

Les étudiants-concepteurs ont tous eu le souci de créer des objets inédits. En moyenne, ils ont mis plusieurs dizaines d’heures dans leur projet. Selon Maxime Turgeon, l’utilisation des matériaux n’allait pas toujours de soi. «Dans bien des cas, précise-t-il, les étudiants ont découpé du métal ou percé un bloc de béton.» Un jury composé de huit membres attribuera un prix de 1 000 $ ainsi qu’une mention de 300 $. L’entrée à l’exposition «L’Objet 2007» est libre. La vente aux enchères commencera à 19 h 30. Pour plus d’information: www.objet.arc.ulaval.ca/.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!