Arts

Le barde de Stratford, toujours vivant

La Bibliothèque propose une incursion dans l'univers fascinant de William Shakespeare

Par : Yvon Larose
Le portrait Chandos. Une image tirée de Shakespeare Rare Print Collection, édité par Seymour Eaton, R.G. Kennedy & Co., Philadelphie, 1900, Collections de la Bibliothèque de l'Université Laval
Le portrait Chandos. Une image tirée de Shakespeare Rare Print Collection, édité par Seymour Eaton, R.G. Kennedy & Co., Philadelphie, 1900, Collections de la Bibliothèque de l'Université Laval
L'Angleterre vient de célébrer le 400e anniversaire de la mort de l'un de ses fils les plus illustres, le dramaturge et poète William Shakespeare. À la Bibliothèque de l'Université, cet anniversaire n'est pas passé inaperçu. Depuis le 22 avril, au quatrième étage du pavillon Jean-Charles-Bonenfant, se tient une exposition de grande qualité, à la fois sobre et documentée, sur «le barde de Stratford».

L'exposition William Shakespeare (1564-1616) – Une vie en scène se tiendra jusqu'au 21 octobre 2016. On y trouve trois présentoirs vitrés mettant en valeur une douzaine de livres anciens tirés des collections de la Bibliothèque. Les caissons montrent aussi une vingtaine de facsimilés rares de gravures. Réalisées pour la plupart il y a plus d'un siècle, ces images illustrent plusieurs pièces de Shakespeare. Cinq grands panneaux d'information dominent l'ensemble. Leur contenu aborde les questions relatives aux origines du dramaturge et à l'édition de ses textes. Encore aujourd'hui, l'identité de l'écrivain ne fait pas l'unanimité. Il n'existe par ailleurs aucun manuscrit connu de ses pièces. Un panneau commente quatre de ses oeuvres parmi les plus célèbres. Il s'agit de Roméo et Juliette, Hamlet, Macbeth et La tempête. Dans un petit meuble, les étagères sont garnies d'une vingtaine de livres portant la mention «Pour consultation sur place». Enfin, une armoire vitrée contient quelques programmes et photos du prestigieux festival de Stratford, en Ontario, qui se consacre au théâtre shakespearien. Une des photos, datant de 1957, montre l'acteur canadien Christopher Plummer interprétant le personnage d'Hamlet.

«On ne pouvait passer à côté du 400e de la mort de Shakespeare», indique la responsable de la médiation culturelle à la Bibliothèque et conceptrice de l'exposition, Stéphanie Bois-Houde. Selon elle, «le Grand Will» traverse les époques. «Il est à juste titre, dit-elle, l'un des grands auteurs de la littérature universelle.»

Pour la rédaction des textes, Stéphanie Bois-Houde a pu compter sur la collaboration d'un professeur retraité du Département des littératures et spécialiste de l'oeuvre shakespearienne, Antoine Raspa. Les quatre oeuvres, quant à elles, ont été choisies pour leur aspect «grand public». «Nous sommes allés vers les pièces les plus connues, de façon à attirer les visiteurs, explique-t-elle. Nous souhaitons que les gens découvrent Shakespeare, l'explorent, ou se le réapproprient.» Elle rappelle que l'écrivain est encore aujourd'hui l'un des plus joués et adaptés au théâtre, ainsi qu'au cinéma. L'an dernier, une adaptation cinématographique de Macbeth réunissait Michael Fassbender et Marion Cotillard dans les rôles principaux. «Macbeth, soutient Stéphanie Bois-Houde, nous plonge au coeur de l'imaginaire shakespearien.»

Dans la comédie La tempête, le magicien Prospero et sa fille Miranda vivent en exil sur une île habitée par des esprits surnaturels. Puis, survient un naufrage… L'action se passe en Italie. Ce même pays sert de toile de fond au drame sentimental et tragique bien connu Roméo et Juliette, dans lequel deux adolescents trouvent la mort devant l'impossibilité de vivre leur amour. Hamlet, prince danois, incarne l'indécision et n'agit pas pour venger la mort de son père. Enfin, le général écossais Macbeth, dévoré par l'ambition et poussé par Lady Macbeth, en vient à tuer son roi.

Les personnages féminins sont déterminants dans le théâtre shakespearien. On peut d'ailleurs lire, sur l'un des panneaux de l'exposition, que «le dramaturge et poète confond ses pairs par sa compréhension aiguë des sentiments féminins».

Hamlet est la première des quatre grandes tragédies shakespeariennes. On y trouve la fameuse réplique «Être ou ne pas être, telle est la question». Dans cette histoire, l'indécision de Hamlet provoque une tragédie familiale. La pièce Macbeth est montée comme divertissement pour la cour de l'Écossais Jacques 1er d'Angleterre. Dans cette oeuvre, Lady Macbeth et son mari sombrent dans la folie, par culpabilité, après le meurtre du roi Duncan. L'amour sous-tend des oeuvres comme Roméo et Juliette et La tempête. Dans l'une comme dans l'autre, des adolescents vivent un amour interdit par leurs familles ennemies. Chez l'écrivain, le sentiment amoureux triomphe toujours, au ciel ou sur terre.

William Shakespeare a écrit 36 pièces de théâtre, des tragédies comme des comédies. Il écrivait pour être compris de tous. Il puise plusieurs de ses thèmes dans l'histoire de son pays. «Sans difficulté, est-il écrit sur un panneau, il sonde le fond des coeurs et des têtes, distingue l'amour et la haine, cerne le conscient et l'inconscient, et dévoile les idéaux secrets, les jalousies profondes, les trahisons et les fidélités, les croyances et les doutes. Shakespeare décode l'âme humaine avec une aisance déconcertante.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!