Arts

Bing, Bouing, Bouing

Les œuvres ludiques de Mathieu Valade et de François Simard à la Galerie des arts visuels

Par : Pascale Guéricolas
Jusqu’au 21 décembre, plongée décoiffante dans la création contemporaine avec l’exposition Bing Bouing Bouing, à la Galerie des arts visuels. Pour cette exposition dont ils partagent l’espace, Mathieu Valade et François Simard ont décidé de mettre temporairement leur production respective entre parenthèses. L’occasion pour ces deux complices de longue date, titulaires d’une maîtrise en arts visuels, de se lancer dans un mode de création ludique et de remettre en question les conventions de l’art. En commençant par ce mot chargé de sens, avec la sculpture conçue par Mathieu Valade. L’artiste a construit une énorme caisse faite de planches en contre-plaqué, en découpant au passage les trois lettres du mot art, et en installant deux énormes ventilateurs vis-à-vis de l’ouverture. Il suffit de se mettre en face, pour comprendre rapidement le titre de l’œuvre, «L’art c’est du vent». «Lorsqu’on est devant, on est affecté par quelque chose d’invisible, de la même façon qu’une œuvre nous touche sans que cela ne se voit,» précise Mathieu Valade.
   
Un énorme cœur en mélamine rose, posé sur le sol un peu plus loin, illustre bien les glissements de sens dont l’artiste s’amuse. Il suffit de s’approcher de la sculpture et de poser sa main dessus, pour sentir la vibration qu’elle dégage. Le truc? Un moteur caché au cœur de l’œuvre. La troisième création de Mathieu Valade joue pour sa part sur l’effet de répétition. Le sculpteur a installé au mur une dizaine de haut-parleurs, tous identiques. Pour découvrir ce qui les distingue l’un de l’autre, il faut s’approcher et tendre l’oreille. «Le rire nous caractérise chacun, il est unique, c’est pour cela que j’ai choisi de faire entendre ces enregistrements», raconte-t-il. À l’écoute des différents éclats de joie sortant du mur, plusieurs des visiteurs ne peuvent s’empêcher de sourire ou de rire à leur tour, ce qui peut contribuer à relâcher la tension de certaines personnes face à l’art contemporain.
   
Même esprit ludique dans l’immense tableau de François Simard, qui prend tout le mur du fond de la galerie. «Je l’ai conçu en fonction des dimensions de l’espace d’ici, dans un atelier où je manquais de recul», souligne l’artiste. Sa toile, construite sur trois panneaux collés, se lit comme un immense paysage doté d’une ligne d’horizon inclinée. En haut de ce long trait, un ciel symbolisé par des nuages striés de gris, en bas des objets pas tout à fait réalistes, mais tous très colorés. Sans oublier deux points de fuite qui ne tendent pas tous vers la même direction. «J’ai voulu créer une rupture avec les lignes d’architecture de la galerie», explique François Simard, Le résultat? Un paysage imaginaire qui donne envie de rentrer dans la toile pour partir en exploration.
   
La Galerie des arts visuels est située au 255, boulevard Charest Est.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!