Arts

Banc d'essai

Des étudiants au baccalauréat en arts plastiques présentent leurs travaux à la Galerie des arts visuels

Jusqu’au 10 décembre, une dizaine d’étudiants au baccalauréat en arts plastiques présentent leurs travaux à la Galerie des arts visuels pour la seconde édition de Banc d’essai. Sélectionnées essentiellement pour leur qualité et leur créativité, les créations exposées se démarquent par leur originalité puisque leurs concepteurs n’avaient pas à se conformer à un thème unique. Malgré tout, pourtant, certaines tendances communes se dessinent comme celle de peindre sur bois en laissant le support devenir un des éléments de la composition. Ainsi, Julie Lajoie peint un tigre presque blanc dans Cinq, en laissant leur place aux veines du bois, et en collant une mosaïque juste à côté. Une paire de souliers gravés complète cette composition hybride et originale. À quelques pas de là, Louis-Pier Dupuis-Kingsbury laisse aussi la texture de son support de bois transparaître à travers ses lignes peintes, tandis qu’Anne-Marie Aubé donne un aspect presque vivant à ses créations. En effet, l’étudiante utilise notamment du café et du bicarbonate de soude pour faire naître des moisissures ou des compositions de bactéries sur les supports de bois qu’elle peint.

Certaines pièces exposées se distinguent également par l’excellence de leur réalisation, et pourraient facilement avoir été exécutées par des artisans, à l’image de la créature mythologique d’Alexandre St-Pierre. Réalisée en bois et métal, sa sculpture ailée en impose par sa taille et sa beauté. Tout comme le grand conduit auditif de Valérie Potvin, à la fois doux à l’extérieur avec sa collerette piquante, et piquant à l’intérieur puisque garni de clous. Il vous faudra pourtant glisser votre tête dans ce grand cornet pour bien entendre les bruits qui en sortent… L’immense dessin au crayon et à la sanguine d’Édouard Champoux impressionne également par la virtuosité du trait d’exécution. Tricoté, détricoté s’intéresse aux fils de laine dans la trame du tricot puis à leur retour en pelote. L’humour a également toute sa place dans cette exposition, grâce notamment au castor stylisé de Marylou Fortier, fagot de bois en guise de maison compris, et aux sérigraphies de bonhommes bondissants de Cynthia Tremblay. Pour sa part, Guillaume Clermont réfléchissait encore il y a quelques jours à la forme définitive de son installation mariant tissu, cartons de bouteilles et bâche, le tout suspendu avec des lanières déchirées.
 
La Galerie des arts visuels, 295 boulevard Charest Est, est ouverte du mercredi au vendredi de 11 h 30 à 16 h 30, le samedi et le dimanche de 13 h  à 17 h.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!