ULaval Nouvelles
Recherche

Quarante plantes envahissantes sous surveillance

Dans son deuxième ouvrage sur les plantes envahissantes, Claude Lavoie présente 40 espèces dont le potentiel tentaculaire risque d'éclore au cours des prochaines décennies

Par : Jean Hamann
Le lupin polyphylle a été introduit à des fins ornementales au Québec. Il figure dès 1834 dans un catalogue de pépiniériste montréalais. On le trouve maintenant sur les talus routiers, dans les friches et en milieu riverain. Il produit un grand nombre de graines dont la viabilité est très élevée, deux caractéristiques des espèces envahissantes.
Le lupin polyphylle a été introduit à des fins ornementales au Québec. Il figure dès 1834 dans un catalogue de pépiniériste montréalais. On le trouve maintenant sur les talus routiers, dans les friches et en milieu riverain. Il produit un grand nombre de graines dont la viabilité est très élevée, deux caractéristiques des espèces envahissantes.

Dans son premier ouvrage, 50 plantes envahissantes, protéger la nature et l'agriculture, Claude Lavoie avait choisi de présenter des espèces comme le roseau commun, la renouée du Japon et la berce du Caucase, des plantes dont le caractère envahissant et nuisible ne faisait aucun doute. Il avait mis en réserve, au fond de ses tiroirs, un autre groupe de plantes – des envahisseurs doux – qui n'ont pas encore accédé aux ligues majeures des invasions végétales, mais qui montrent un beau potentiel pour faire le grand saut, surtout si les conditions propices à leur développement sont réunies.

Dans son deuxième ouvrage, 40 autres plantes envahissantes, protéger la nature aujourd'hui et demain, paru chez Les Publications du Québec, le professeur de l'École supérieure d'aménagement et de développement régional nous présente ces prospects, leur provenance, leur répartition actuelle dans l'Est du Canada ainsi que les dommages que ces espèces causent à la biodiversité, à la santé, à l'agriculture, à la foresterie, à l'horticulture, aux loisirs, à la valeur des propriétés ou à l'intégrité des infrastructures.  

De plus, grâce à une analyse reposant sur des publications scientifiques, sur l'avis d'experts et sur deux indices liés aux impacts environnementaux des plantes envahissantes, le professeur Lavoie évalue le risque que chacune de ces plantes devienne envahissante et nuisible d'ici 2050 dans l'est du Canada. Cet horizon n'a pas été choisi au hasard: le réchauffement prévu d'ici là par les modèles climatiques pourrait favoriser l'explosion de ces plantes qui, pour la plupart, n'ont pas encore exprimé leur plein potentiel d'envahisseur.

La petite pervenche fait partie des nombreuses plantes ornementales qui pourraient devenir envahissantes au cours des prochaines décennies. Ce couvre-sol très populaire au Québec peut se retrouver dans des boisés urbains où il forme un tapis continu qui laisse peu de place aux plantes indigènes.

Cet ouvrage de nature encyclopédique – le style vif et efficace ainsi que les sujets abordés dans la section «Une autre perspective» en font toutefois une encyclopédie décoincée – veut donner l'heure juste sur l'impact réel de ces envahisseurs. En cette matière, il faut se méfier des apparences, rappelle Claude Lavoie. «Tout n'est pas noir avec ces espèces, aussi nuisibles soient-elles pour l'environnement.»

Les invasions végétales sont spectaculaires et il est facile de leur attribuer toutes sortes de conséquences négatives, poursuit-il. «Il n'y a pas plus convaincu que moi que le phénomène des invasions biologiques constitue un problème sérieux, autant pour l'environnement que pour l'économie et la société. Sauf qu'attribuer à toutes les plantes exotiques le statut de calamité, tendance que l'on observe en particulier chez les végétaux aquatiques, ne contribue pas à une meilleure protection de l'environnement.»


« Attribuer à toutes les plantes exotiques le statut de calamité, tendance que l'on observe en particulier chez les végétaux aquatiques, ne contribue pas à une meilleure protection de l'environnement »
Claude Lavoie

Selon le professeur Lavoie, ce manque de nuances conduit à une dispersion contreproductive des efforts de lutte. «Il faut se concentrer en priorité sur les plantes les plus nuisibles. J'espère que ce livre aidera les gestionnaires de l'environnement à faire des choix éclairés lorsqu'ils feront face à de multiples envahisseurs.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!