ULaval news logo

3 décembre 2014

Des vêtements sans fil

Des chercheurs ont mis au point une fibre qui sera intégrée à des vêtements qui captent et transmettent des informations biomédicales sur les personnes qui les portent

Par : Jean Hamann
Partager : facebook twitter linked in email
<p>À peine visible, la fibre mise au point par les chercheurs est assez malléable pour être tissée avec du coton ou de la laine.</p>

À peine visible, la fibre mise au point par les chercheurs est assez malléable pour être tissée avec du coton ou de la laine.

— Stepan Gorgusta

Des vêtements très branchés pourraient faire leur apparition au cours des prochaines années. Cette collection vestimentaire devrait intéresser les personnes souffrant de diabète, de problèmes cardiaques, d'épilepsie ou d'Alzheimer, les personnes âgées vivant seules ou même les pompiers ou les soldats en service. La particularité de ces vêtements? Ils seront faits d'un textile intelligent qui capte des informations biomédicales sur la personne qui les porte et les transmet, par WiFi ou cellulaire, à une centrale d'urgence ou à un répondant. Science-fiction tout ça? Pas si on en juge par un article que viennent de publier des chercheurs de la Faculté de sciences et de génie dans la revue Sensors.

Dans cette étude, l'équipe pilotée par Younès Messaddeq du Centre d'optique, photonique et laser montre qu'elle est parvenue à produire une telle fibre et à l'intégrer à un textile. «La fibre que nous avons développée agit à la fois comme capteur et comme antenne, explique le chercheur. En théorie, nous pouvons modifier la surface de la fibre pour qu'elle capte des informations sur le taux de glucose, le rythme cardiaque, l'activité cérébrale, les mouvements, les coordonnées spatiales ou autre chose. Chaque fibre aurait une fonction qui lui est propre.»

Cette fibre résulte de la superposition de plusieurs couches de matériaux: du cuivre, un polymère (polyimide), du verre et de l'argent. «Elle est à la fois résistante et malléable et on peut la tisser avec de la laine ou du coton, précise-t-il. De plus, la qualité du signal qu'elle produit est comparable à celle d'antennes commerciales.»

Cette preuve de concept a permis aux chercheurs d'enclencher une demande de brevet pour cette innovation. Il reste toutefois quelques aspects à régler avant d'envisager sa commercialisation. «Il faudra relier cette fibre à un réseau sans fil et régler la question de l'alimentation électrique, reconnaît le professeur Messaddeq. Nous avons déjà testé des solutions et les résultats sont encourageants.» Dernier point, très pratico-pratique, il faudra s'assurer que le textile est lavable et qu'il résiste aux produits contenus dans les détergents!

«Il y a un an, personne ne croyait qu'on arriverait à produire cette fibre. Depuis, nous avons fait beaucoup de progrès et notre innovation intéresse maintenant des entreprises. D'ailleurs, CorActive, une firme québécoise spécialisée dans la fibre optique, participe au développement de ce textile intelligent.»

L'étude parue dans Sensors est signée par Stepan Gorgutsa, Victor Bélanger-Garnier, Jeff Viens, Younès Messaddeq, du Département de physique, de génie physique et d'optique, Benoit Gosselin et Sophie Larochelle, du Département de génie électrique et de génie informatique, et Bora Ung, de l'École de technologie supérieure.