Recherche

Les émotions haut de gamme

La musique possède le pouvoir immense de nous faire sortir de nous-mêmes

Elle nous fait passer par toute la gamme des émotions et des sentiments, éveillant en nous la joie, la sérénité, l’allégresse, mais aussi la tristesse, la douleur et l’angoisse. Elle possède le pouvoir immense de nous faire sortir de nous-mêmes tout en nous plongeant dans une mer intérieure qui n’appartient qu’à nous. Telle est la musique. «Il s’agit de la première forme de beauté qu’il nous soit donné de découvrir, et ce, avant même de naître, dit le professeur de philosophie Thomas De Koninck. Dans le sein maternel, nous entendons avant de voir, à travers les battements du cœur de la mère et sa respiration. L’emprise extraordinaire de la musique tout au long de notre existence est peut-être le fait d’une sorte de réminiscence des premières révélations du beau, grâce à la musique entendue tôt dans nos vies.»

Fredonner une chanson

Pourquoi la musique nous affecte-t-elle autant? Quand peut-on dire que nous sommes en présence de grande musique? Voilà des questions figurant à la rencontre organisée par la Faculté de philosophie et la Faculté de musique de l'Université Laval, le 20 mars au Théâtre de la cité universitaire. Sur le thème «De la musique avant toute chose», elle réunissait des philosophes, musiciens et musicologues. Invité à s’exprimer sur le sujet, Thomas De Koninck a parlé de cet art comme étant l’expression naturelle de nos émotions. «Si l’art tout entier illumine notre vie affective et n’a de cesse de lui donner du sens et de porter au jour sa beauté latente, la musique se distingue des autres formes d’art en raison de son caractère existentiel, intime et immédiat, a révélé le philosophe. Elle nous fait revivre les émotions à neuf, de manière libre et gratuite.» Enfin, dans le chaos de nos vies, la musique aurait le pouvoir de remettre de l’ordre dans nos sentiments. On n’a qu’à penser à ces innombrables fois où fredonner une chanson nous apporte un certain bien-être ou nous apaise.   

Quant à savoir s’il existe une «grande musique», les avis étaient partagés lors de la table ronde qui a clos l’événement. Gérald Côté, professeur invité à la Faculté de musique, s’est dit mal à l’aise avec le concept de grande musique, puisque cela suppose le fait qu’il y a une «petite musique». «Il y a de grandes personnes qui jouent de la petite musique et des petites personnes qui jouent de la grande musique», a-t-il souligné. Le philosophe Gabor Csepregi, professeur à l’Université de Saint-Boniface à Winnipeg, estime pour sa part que la grande musique est celle qui résiste au temps. Pour Thomas De Koninck enfin, «toute bonne musique est grande».

Rappelons que cette rencontre s’inscrivait dans un projet plus vaste ayant pour thème «Performances artistiques et philosophie» qui vise à réunir des philosophes et des praticiens de diverses formes d’art contemporain pour que surgissent de nouvelles collaborations. Les organisateurs prévoient créer un événement semblable l’an prochain, cette fois en invitant des gens de théâtre.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!