ULaval Nouvelles
Recherche

Pour en finir avec la stigmatisation en santé mentale

Luc Vigneault, pair aidant et patient partenaire à l'Université Laval, a codirigé un ouvrage collectif qui marie le savoir expérientiel et les connaissances scientifiques en santé mentale

Par : Jean Hamann
Luc Vigneault, codirecteur de l'ouvrage <em>Préjugés, discrimination et exclusion en santé mentale</em>
Luc Vigneault, codirecteur de l'ouvrage <em>Préjugés, discrimination et exclusion en santé mentale</em>

Même en 2022, les personnes qui ont un trouble de santé mentale sont souvent victimes de préjugés, de discrimination et de stigmatisation. Et les attaques viennent de partout. De la société en général, des organismes gouvernementaux, des médias, des employeurs. «Mais, les plus grands discriminateurs sont les soignants. Même certains psychiatres, qui sont pourtant censés nous aider, stigmatisent leurs patients. C'est souvent involontaire, parfois par ignorance et souvent en raison de l'héritage asilaire qui associe trouble mental et diagnostic à vie, sans possibilité de rémission.»

Ces paroles peuvent sembler dures à l'égard des soignants, mais elles viennent d'une personne qui s'y connaît en matière de santé mentale. Luc Vigneault a reçu un diagnostic de schizophrénie à l'âge de 17 ans. Un médecin lui avait alors annoncé qu'il ne pourrait jamais travailler ou mener une vie normale. Il a été interné à plusieurs reprises au cours de sa vie. C'est dire à quel point le chemin qu'il a emprunté vers le rétablissement n'a pas été facile.

Luc Vigneault a aujourd'hui 62 ans, son trouble de santé mentale est contrôlé et il mène une vie heureuse et productive. Il a écrit trois ouvrages, il donne des formations et des conférences et, depuis 2010, il utilise son savoir expérientiel de la schizophrénie dans ses activités professionnelles de chargé de cours, de pair aidant dans des équipes de soins et de patient partenaire dans des équipes de recherche. Il fait partie des équipes du Centre de recherche en santé durable VITAM et du Groupe CAP-Rétablissement de l'Université Laval. «Malgré tout cela et malgré tout ce qu'on entend sur l'importance de parler de santé mentale, je suis encore stigmatisé», constate-t-il.


« C’est souvent involontaire, parfois par ignorance et souvent en raison de l’héritage asilaire qui associe trouble mental et diagnostic à vie, sans possibilité de rémission. »
Luc Vigneault, au sujet des comportements discriminatoires de certains soignants à l'égard des personnes vivant avec un trouble de santé mentale

C'est dans l'espoir de changer les choses qu'il s'est associé à la professeure Tania Lecomte, de l'Université de Montréal, pour coordonner un ouvrage collectif sur les problèmes que vivent les personnes ayant un trouble de santé mentale. Ensemble, ils ont lancé un appel dans leurs réseaux pour solliciter la collaboration de personnes vivant avec un trouble de santé mentale ainsi que celle de chercheurs qui étudient le phénomène de la stigmatisation. Trente-cinq personnes ont répondu à l'invitation.

Le fruit de cette collaboration métissée, qui s'intitule Préjugés, discrimination et exclusion en santé mentale, vient de paraître chez Performance Édition. Le résultat est un ouvrage qui marie connaissances scientifiques et savoir expérientiel, qui souligne en quoi la stigmatisation est le principal frein au rétablissement des personnes vivant avec un trouble de santé mentale et qui propose un ordre du jour pour une véritable conversation sociale sur la maladie mentale.

Le mot de la fin appartient au psychiatre Nicolas Franck, l'un des collaborateurs de l'ouvrage. «La lutte contre la stigmatisation des troubles mentaux est un combat de tous les instants dont on ne peut entrevoir l'issue définitive. Elle est essentielle, non seulement pour les personnes qui en sont victimes, mais aussi pour la société qui s'y consacre et renforce ainsi sa dignité. Puisse ce livre y contribuer largement.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!