Vie universitaire

La vie devant soi

L’Université consolide son réseau de sentinelles du suicide afin d’aider les personnes en détresse

Par : Renée Larochelle
D’ici 2010, quelque 300 membres du personnel seront sensibilisés et formés au problème du suicide sur le campus. But de l’opération: créer un réseau de sentinelles aptes à reconnaître la détresse psychologique et à diriger les personnes à risque suicidaire vers les ressources appropriées. Le programme Sentinelles sera lancé le 4 février, à 12 h, au pavillon Alphonse-Desjardins, dans le cadre de la Semaine de prévention du suicide qui aura lieu du 4 au 7 février. «Le fait d’implanter un tel réseau dans un milieu de vie augmente la probabilité que les personnes qui représentent un danger pour elles-mêmes ou pour autrui soient aidées au moment opportun», explique Véronique Mimeault, coordonnatrice du Comité de prévention du suicide à l’Université Laval, avec Louise Careau.

Depuis 1999, le Comité de prévention du suicide du Centre d’orientation et de consultation psychologique de l’Université offre, en collaboration avec le Vice-rectorat aux ressources humaines, des séances de sensibilisation sur le suicide. Jusqu’à maintenant, quelque 275 personnes ont participé à ces rencontres de trois heures. Elles proviennent d’un peu partout sur le campus: Service des résidences, Service de sécurité et de prévention, Bureau du registraire, conseillers en gestion des études, professeurs, etc. Avec l’implantation du programme Sentinelles, toutes les facultés et services de l’Université seront touchés. La durée de la formation passera à une journée et les participants bénéficieront d’un encadrement plus soutenu lors de séances de suivi, où ils pourront rafraîchir leurs connaissances et échanger sur leurs expériences.

«Les experts s’entendent sur la nécessité d’inclure des réseaux de sentinelles dans toute stratégie globale de prévention du suicide dans les organisations, souligne Véronique Mimeault. Le programme de sentinelles est également cité parmi les stratégies de prévention efficaces par la Chaire en gestion de la santé et de la sécurité du travail de l’Université. L’implantation d’un tel programme sur le campus est donc un pas de plus pour prévenir le suicide.» Rappelons qu’aucun suicide d’étudiant n’a été recensé sur le campus entre 1999 et 2003. Malheureusement, on en compte un en 2004, un en 2005, mais aucun en 2006. «Ce sont toutefois deux décès de trop», indique Véronique Mimeault.

Des rêves à l’horizon
L’inauguration du programme Sentinelles sera suivie d’une conférence du juge Michael Sheehan, dont le fils s’est suicidé en 1995. Le 5 février, à 12 h, à l’amphithéâtre Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins, l’aventurier et explorateur Frédéric Dion prononcera une conférence sur le thème «Un rêve à l’horizon. Les seuls obstacles à nos réalisations de demain sont nos doutes d’aujourd’hui». Le 6 février, de 12 h à 13 h 30, à la salle 3105 du pavillon Maurice-Pollack, le Centre de prévention du suicide, en collaboration avec le Centre d’orientation et de consultation psychologique, présente un atelier ayant pour titre «Comment aider une personne en détresse». Enfin, le 7 février, de 8 h 30 à 16 h, se tiendra la Journée conférence du Centre de prévention du suicide de Québec sur le thème «Ensemble… autrement depuis 30 ans». Parmi les invités: Brian L. Mishara, professeur au Département de psychologie à l’Université du Québec à Montréal et directeur du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE); le Regroupement en prévention du suicide des établissements d’enseignement supérieur de Québec et Lévis, Hélène Morissette, psychologue au Cégep de Sainte-Foy, sans compter divers intervenants, cliniciens et formateurs du Centre de prévention du suicide.



Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!