Vie universitaire

Formation continue

Marie-Pascale Gobeil mène de front des études en médecine et en musique

Par : Renée Larochelle
«Il existe sûrement un lien entre l’étude de la médecine et de la musique, mais je ne saurais pas vraiment dire lequel. Les deux domaines exigent de la mémoire et de la discipline. À bien y penser, ce qui les unit, c’est peut-être qu’on ne finit jamais d’apprendre.» Étudiante en troisième année de médecine, Marie-Pascale Gobeil joue du violon depuis l’âge de 11 ans. Au moment où elle a été acceptée en médecine, il n’était pas question pour elle de délaisser l’archet pour le stéthoscope. Tant qu’à faire un choix, la jeune femme s’est dit qu’elle n’en ferait pas. Depuis lors, elle mène tambour battant ses études de violon au Conservatoire de musique de Québec. Cela dit, entre une carrière de médecin et de musicienne, elle soutient avoir choisi la voie la moins difficile. «La musique, c’était partir aux États-Unis, passer des auditions et toujours se battre, souligne-t-elle. Je ne suis pas certaine que j’avais envie de ça.»

Une énergie débordante
Native de Chicoutimi, Marie-Pascale Gobeil a grandi entre une mère professeure de chimie et un père ingénieur mécanique. Études de piano puis de violon au Conservatoire de musique de Saguenay, programme sports-études au secondaire, enfance choyée où les samedis après-midi se passaient à répéter à l’Orchestre des jeunes du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Après des études collégiales au cours desquelles s’affirme son intérêt pour tout ce qui touche aux sciences de la santé, elle fait une demande d’admission en physiothérapie et en médecine. Sa candidature sera acceptée dans les deux domaines. «L’étape la plus difficile, c’est le collégial, où il faut étudier fort afin d’obtenir de bonnes notes, affirme Marie-Pascale Gobeil. Après, à l’Université, cela va tout seul. On assiste aux cours et on étudie.»

Une journée dans la vie de Marie-Pascale Gobeil ressemble à une course perpétuelle entre l’Université et le Conservatoire de musique, situé dans l’enceinte du Grand Théâtre. De 9 h à midi, cours de violon au Conservatoire. Dîner. De 13 h 30 à 15 h 30, cours à la Faculté de médecine puis retour au Conservatoire pour quelques heures de pratique, suivies d’un cours avec l’Orchestre du Conservatoire à 17 h. Cet emploi du temps plutôt chargé ne l’empêche pas de conserver une excellente moyenne dans ses cours, de jouer lors de divers concerts et de nombreux mariages et réceptions. «Il faut doser ses activités, c’est un jour à la fois», répond-elle tranquillement quand on lui demande le secret de son énergie débordante.

L’été prochain, Marie-Pascale Gobeil entreprendra son externat en médecine. Consciente que le temps manquera pour jouer du violon, cette grande admiratrice de Brahms, Tchaïkovski et Dvorak soutient que ce n’est là que partie remise. Une fois qu'elle sera installée en région, comme elle le souhaite, son cher violon ne sera jamais bien loin de sa table d’examen et de ce stéthoscope qui fait tant battre son cœur.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!