Vie universitaire

Filmer la planète

En sciences de l’administration, les étudiants qui participent au programme Managers sans frontières sont allés sur le terrain se rendre compte de l’état du monde

Par : Renée Larochelle
De retour d’une mission qui les a menés dans 15 pays à travers 4 continents, des étudiants en sciences de l’administration, développement international et action communautaire et stagiaires de l’organisme Managers sans frontières ont présenté le 16 octobre au pavillon Palasis-Prince un aperçu de ce qu’ils ont vécu cet été durant les trois mois qu’a duré cette expérience hors du commun. «Le plus difficile a été de trouver des contacts et de planifier mes entrevues, mais pour le reste, tout s’est bien déroulé et j’ai beaucoup appris», souligne Timur Ridjanovic qui a sillonné les routes du Cambodge, du Laos et de la Thaïlande. L’étudiant faisait partie de l’équipe de reporters de «Sur les traces de Managers sans frontières», qui, grâce à un partenariat avec l’Industrielle Alliance et l’Association canadienne de développement international (ACDI), a présenté de courts reportages diffusés chaque semaine cet été sur les ondes de TVA.

À l’instar des quatre autres participants, le mandat de Timur Ridjanovic consistait à visiter les acteurs canadiens de développement qui œuvrent dans ces pays pour l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Parmi ces objectifs figurent l’éradication de la faim et de la pauvreté, la réduction de la mortalité infantile, la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes de même que l’éducation primaire pour tous. «On vit un gros choc culturel en visitant ces pays, mais on en ressort en même temps grandi, fait valoir Timur Ridjanovic. J’ai vu beaucoup d’enfants laissés à eux-mêmes dans la rue et qui ne savaient même pas ce qu’était une vraie famille. Avec deux dollars, j’ai réussi à nourrir six enfants. Ce sont des choses qui font réfléchir.»

Conquis et reconquis
Chef de projets pour Managers sans frontières à l’Université Laval, Mélissa Laporte a pour sa part effectué un stage en Croatie, en Bosnie et en Serbie. «Le fait que certains territoires des Balkans aient été conquis, perdus et reconquis donne un paysage multiculturel unique avec des mosquées qui côtoient des églises orthodoxes et catholiques, note l’étudiante. J’ai aussi été abasourdie par le nombre de cimetières qu’on trouve dans des villes comme Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine.» 
Le doyen de la Faculté des sciences de l’administration, Robert W. Mantha, estime que les stages de Managers sans frontières sont extrêmement importants pour la formation des gestionnaires. «De plus en plus, les diplômés auront à travailler dans des situations de mondialisation et de multiculturalisme où le savoir-faire en gestion sera nécessaire et où le savoir-être sera primordial, affirme-t-il, C’est entre autres cette compétence que vont chercher nos stagiaires dans ce programme. Ainsi, l’Université Laval a la volonté d’inscrire Managers sans frontières dans ses activités d’internationalisation et d’ouverture sur le monde.»

Rappelons que 56 étudiants aux 3 cycles d’enseignement universitaire font partie du programme de développement et d’action humanitaire à l’Université. Le rôle de Managers sans frontières est de faciliter et d’appuyer la participation de ces étudiants formés en administration à des projets de coopération et d’aide humanitaire dans des pays en voie de développement lors de stages de moyenne ou de longue durée.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!