Vie universitaire

De la soie d'araignée à la première guerre juive

Quelque 3 000 personnes ont assisté, à Place Laurier, aux présentations des 26 finalistes du Lab-oratoire public de l’AELIÉS

Par : Yvon Larose
«La soie d’araignée possède des propriétés mécaniques extraordinaires et elle peut ainsi servir à de nombreuses applications potentielles», explique Jérémie Leclerc, étudiant inscrit à la maîtrise en chimie. Les 18 et 19 octobre, dans le mail central de Place Laurier, lui et Isabelle Cloutier, une étudiante inscrite au doctorat en chimie, ont participé, à l’instar de 24 autres étudiants-chercheurs, à la quatrième édition du Lab-oratoire public de l’Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS). «Notre projet de recherche, poursuit-il, consiste à élucider le mystère du processus de filage de l’araignée, afin de pouvoir reproduire celui-ci en laboratoire.» Les deux étudiants se sont vus attribuer le premier prix de la catégorie Sciences et génie pour leurs qualités de communicateurs et de vulgarisateurs. Ils avaient apporté des araignées avec eux. «Nous avons présenté le filage d’une araignée pour que le public puisse voir de quelle façon nous recueillons nos échantillons de soie, indique Jérémie Leclerc. Nous avions aussi préparé un échantillon de soie naturelle pour que les gens puissent en tester la résistance avec leurs doigts.»

Ce concours de vulgarisation scientifique du savoir, par lequel des étudiants-chercheurs font connaître leurs travaux de recherche au grand public, a attiré environ 3 000 visiteurs en deux jours. L’ensemble des finalistes se sont partagé plus de 9 000 $ en prix.

Hypersensibilité auditive et numérisation 3D
Dans la catégorie Science et vie, le premier prix est allé à Isabelle Gaudet pour sa présentation sur l’autisme. Inscrite à la maîtrise en médecine expérimentale, cette dernière s’intéresse particulièrement à l’hypersensibilité auditive que l’on observe fréquemment chez les enfants qui présentent un trouble envahissant du développement. Pour faire comprendre son sujet de recherche, l’étudiante faisait d’abord porter aux visiteurs un casque anti-bruits de construction, ensuite ils mettaient des bouchons avec filtre. «En classe, dit-elle, les enfants autistes dérangés par les bruits portent souvent des casques anti-bruits. Ces protecteurs auditifs réduisent les bruits mais atténuent également la voix du professeur et des amis. Pour palier cette problématique, mon projet de recherche vise à explorer l’effet du port d’un bouchon avec filtre qui laisse passer la voix, tout en atténuant les sons de l’environnement de 15 décibels. Ce type de bouchons est déjà utilisé par les musiciens afin d’entendre leur propre instrument à travers un orchestre.»

Marie Chantal, inscrite à la maîtrise en études anciennes, a mérité le premier prix de la catégorie Sciences sociales/Arts et lettres pour sa présentation sur la première guerre juive. «Cette révolte populaire a opposé les Romains et les juifs sur le territoire de Judée, de 66 à 70 après Jésus-Christ», rappelle-t-elle. Selon l’étudiante, les symboles les plus importants de cette guerre, la forteresse de Massada et la figure du zélote, sont encore présents aujourd’hui dans l’idéologie militaire israélienne. «À Massada, souligne-t-elle, un millier d’hommes avec leur femme et leurs enfants ont trouvé la mort dans un suicide collectif pour échapper à la domination romaine. Paradoxalement, Massada est devenue le symbole moderne du survivant juif.»

Enfin, le prix du public a été remporté par Samuel Bouchard (doctorat en génie mécanique) et Philippe Lambert (doctorat en génie électrique). Pendant leur démonstration, ils ont utilisé un appareil-photo et un robot pour numériser l’apparence en trois dimensions d’objets de grande taille.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!