Vie universitaire

Campus express

Le commerce agricole dans les Amériques
Quelles sont les répercussions des accords de libre-échange pour des pays comme le Canada, les États-Unis ou le Mexique? Le Brésil, devenu un important exportateur de produits agricoles, doit-il être considéré comme une menace? La libéralisation de l’agriculture a-t-elle une incidence sur l’environnement? Un Colloque sur le commerce agricole dans les Amériques se penchera sur les questions de volatilité des prix des aliments, la libéralisation du commerce et la souveraineté alimentaire le samedi 16 mai au Cercle situé au 4e étage du pavillon Alphonse-Desjardins. Cette activité est organisée par le Centre d’études interaméricaines et le Centre de recherche en économie agroalimentaire de l’Université Laval. Des experts de plusieurs centres de recherche dans les Amériques viendront partager leur point de vue et débattre des grands enjeux avec les participants. Le colloque aura lieu en français et en anglais, sans traduction simultanée. L'inscription est obligatoire auprès d’Isabelle Bourassa, à l'adresse isabelle.bourassa@hei.ulaval.ca. Le tarif étudiant est de 10 $ et le tarif courant, de 25 $. Pour consulter le programme préliminaire, rendez-vous au www.cei.ulaval.ca/fr/cei.news.detail.php?id=XR499C78C63C243.

Les nouvelles quêtes de guérison
Bernard Ugeux, professeur en théologie des religions et théologie de la mission à la Faculté de théologie, directeur de l’Institut de sciences et de théologie de la religion et intervenant à la Faculté de médecine à Toulouse, viendra donner la conférence «Les nouvelles quêtes de guérison: quand thérapies et spiritualités se confondent» le mardi 28 avril, à 12 h, au local 1B du pavillon Charles-De Koninck. On constate en Occident une évolution importante dans les rapports de nos contemporains à la santé et à la spiritualité: cette dernière est de plus en plus associée à l’épanouissement humain. Le rapprochement entre spiritualités et thérapies se constate tant en ce qui concerne les «quêtes» personnelles que les nouvelles «propositions» spirituelles et thérapeutiques offertes. Des demandes de sens, et parfois de salut, sont adressées à des soignants peu préparés à ce type de sollicitations. Par ailleurs, des attentes élevées de guérison – intérieure, psychique, physique – habitent nombre de personnes qui cheminent spirituellement et attendent de la part des institutions religieuses ou des «maîtres» des réponses et des améliorations à ce sujet. Le professeur Ugeux proposera des éléments d’évaluation et des critères de discernement. Ce dernier a notamment publié Traverser nos fragilités (Paris, De l’Atelier-Ouvrières, 2006), Retrouver la source intérieure (Paris, De l’Atelier, 2001) et Guérir à tout prix (Paris, De l’Atelier, 2000).

Savoirs locaux et gestion des ressources naturelles au Mexique
Cinq conférences données par cinq chercheurs mexicains auront lieu le jeudi 30 avril, de 9 h à 12 h, au local 3470 du pavillon Charles-De Koninck. Il y sera question de participation, d'industries minières et de conflits socioenvironnementaux. Cet événement est organisé conjointement par l’Institut EDS et le Groupe de recherche Régions et développement au Mexique (GREDEM). Voici le sujet des cinq conférences: «LINDISSIMA: an Educational Simulation Tool for Negotiating Sustainable Natural Resource Management Strategies among Stakeholders with Conflicting Interests» (donnée, en anglais, par Luis.E. Garcia-Barrios, d'El Colegio de la Frontera, Chiapas), «L’industrie minière canadienne et les conflits socioenvironnementaux: le cas de la mine San Xavier, San Luis Potosì, México» (donnée, en espagnol, par Mauricio Genet Guzmán Chávez, d'El Colegio de San Luis, San Luis Potosí); »Les connaissances du maïs: résistance face à l’introduction du maïs transgénique» (prononcée, en français, par Elena Lazos Chavero, de l'Instituto de Investigaciones Sociales, Universidad Nacional Autonóma de México); «Participation sociale et politiques publiques pour la cogestion des bassins versants: un cas au centre de Veracruz» (prononcée, en français, par Luisa Paré, Instituto de Investigaciones Sociales); «Savoirs ancestraux pour relever de nouveaux défis: les Mayas et les ressources naturelles à l’époque coloniale» (donnée, en français, par Mario Humberto Ruz Sosa, du Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales, UNAM, Mérida, Yucatán). Marie-France Labrecque, professeure au Département d'anthropologie, agira à titre de modératrice.

La performance scolaire aux cycles supérieurs
Pour une cinquième année consécutive, le Centre de recherche sur l'adaptation des jeunes et des familles à risque (JEFAR) convie la communauté universitaire à son colloque étudiant annuel. Il s'agit d'une occasion unique pour les étudiants, professeurs et autres professionnels de partager leurs réflexions et résultats liés à leurs recherches en plus d'appréhender les enjeux liés à la performance scolaire. Cette année, le colloque portera sur la question de la performance aux cycles supérieurs et s'intitule «L'important, c'est de participer… ou de performer?». La conférencière vedette sera Louise Careau, psychologue au Centre d'orientation et de consultation psychologique de l'Université. Ce colloque se tiendra le lundi 27 avril, de 9 h à 16 h au local 3105 du pavillon Alphonse-Desjardins. L'inscription se fera sur place dès 8 h 30 et l'entrée est libre. On peut se procurer le programme de la journée à l'adresse www.jefar.ulaval.ca.

Socrate n’est pas mort inutilement
L’ancien humanisme socratique est aujourd’hui – après Nietzsche, Wittgenstein, Derrida, Foucault et tant d’autres – tombé en ruine. Néanmoins, il est encore temps de construire un autre humanisme, plus modeste, défensif plutôt, mais plus solide peut-être, un «humanisme secondaire», mais à condition de se poser la question première: où se trouve donc l’origine des erreurs anciennes qu’il faut en quelque sorte expier? Quo numine laeso quels sont donc les dieux qui, autrefois irrités par la philosophie socratique, se sont entre-temps vengés d’elle, mais aussi, semble-t-il, de l’être humain dans son intégrité? Seule la réponse à cette question nous permettrait de repartir la tête haute et de faire comprendre au monde actuel (contemporain du terrorisme de masse, de la manipulation génétique et de la vulgarité du «chat» sur le net) que Socrate, si irritant pût-il être dans ses prétentions à avoir toujours et irréfutablement raison, n’est tout de même pas mort inutilement. C'est là la réflexion d'Andrei Cornea, professeur de philosophie politique à l'Université de Bucarest, qui viendra prononcer la conférence «Lorsque Socrate a tort…» le mardi 12 mai, à 14 h, au pavillon Félix-Antoine-Savard. Andrei Cornea a publié plusieurs livres sur la philosophie ancienne et moderne, dont Philosophie et censure. Le cas Platon, Le tournoi khazare. Contre le relativisme contemporain, École d’Athènes. Sur les utopies, les réalités et la (non) différence entre elles. En collaboration avec Jean-Marc Narbonne, il travaille également au projet d’édition, de traduction et de commentaire des Œuvres complètes de Plotin aux éditions Les Belles Lettres, Collection des Presses universitaires de France.    

Patch Adams sur le campus en septembre
Patch Adams, le célébrissime médecin et clown, viendra faire son tour à l'Université pour donner deux conférences. La première, intitulée «Living in the community», aura lieu le samedi 19 septembre, à 10 h 30, au Théâtre de la cité universitaire du pavillon Palasis-Prince. Tous les membres de la communauté universitaire sont invités à y assister au coût de 25 $ (billets disponibles à l'adresse w3.fmed.ulaval.ca/gimf/patchadams). Quant à la deuxième conférence, qui porte le titre «La joie de venir en aide» (donnée elle aussi en anglais) et qui se tiendra le même jour au même endroit à 13 h 30, elle se tient à l'occasion du premier Symposium étudiant sur la médecine familiale et s'adresse exclusivement aux étudiants en médecine du Québec. Pour s'y inscrire, rendez-vous sur le site www.symposium2009medfam.ca. Dr Hunter «Patch» Adams, célèbre depuis le film éponyme inspiré de sa vie paru en 1998 et dans lequel joue Robin Williams, est médecin de famille, clown, humoriste, activiste social et directeur d’un institut de santé. Ses conférences font toujours salle comble et explorent, entre autres, les thèmes de la santé, de la communauté et de la joie comme choix de vie. Ces conférences sont l'initiative du Groupe d'intérêt en médecine familiale (GIMF).

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!