Recherche

Une nouvelle génération?

Le personnage de Michelle Béliveau, entraîneure dans la série Lance et compte, a marqué un but dans le monde de la télésérie québécoise

Par : Renée Larochelle
Que se passerait-il si, demain matin, une femme était nommée au poste d’entraîneure des Canadiens de Montréal? Son approche auprès des joueurs serait-elle différente de celle d’un homme? Comment ferait-elle sa place dans l’univers exclusivement masculin du hockey? La chose a peu de chance de se produire dans la réalité, mais elle a eu lieu dans la fiction, plus précisément dans la télésérie Lance et compte: Nouvelle génération, diffusée en 2002, où on a pu voir évoluer Michelle Béliveau, incarnée par la comédienne Maxim Roy, à titre d’entraîneure du National de Québec, aux côtés de Jacques Mercier, interprété par Yvan Ponton. Dans son mémoire de maîtrise en communication publique, Sophie Émond s’est intéressée à la manière dont était représentée une femme occupant une fonction traditionnellement masculine dans cette télésérie. Aux fins de sa recherche, elle a analysé des séquences tirées de 13 épisodes de la première saison de Lance et compte 1 (1986) et de 8 épisodes de Lance et compte: Nouvelle Génération dans lesquels apparaissaient ces deux entraîneurs.

Des styles différents
«Le style de gestion de Michelle Béliveau et de Jacques Mercier est tout à fait différent, résume Sophie Émond. Jacques Mercier privilégie un style très direct et il envisage très vite l’échange de joueurs comme solution s’il n’obtient pas le rendement attendu, sans chercher à comprendre plus en profondeur ce qui cause les mauvaises performances des joueurs. Au contraire, Michelle Béliveau estime qu’il faut prendre le temps nécessaire pour tenter de régler ce qui nuit à leur rendement.» Par ailleurs, les deux entraîneurs n’exercent pas leur mentorat de la même façon. Si Jacques Mercier prodigue le plus souvent ses conseils en présence de toute l’équipe au vestiaire, Michelle Béliveau mise plutôt sur une approche individuelle. Ainsi, elle rencontre au restaurant le capitaine de l’équipe aux prises avec des difficultés sur le plan personnel et n’hésite pas à se rendre à la résidence d’un joueur faussement accusé de possession de drogue afin de lui apporter son soutien.  

«L’écoute de Michelle Béliveau, son bon jugement et ses conseils avisés nous sont présentés comme des caractéristiques facilitant le contact et la collaboration des joueurs, explique Sophie Émond. Si la représentation proposée par Réjean Tremblay avec le personnage de Michelle Béliveau n’est pas atypique de l’œuvre globale de l’auteur - qu’on pense à un autre personnage de femme forte comme la journaliste sportive Linda Hébert créée dans la même série -, elle l’est toutefois en regard de la tradition du téléroman québécois. Certains diront que des personnages comme Émile Bordeleau dans Les Filles de Caleb ou Blanche Pronovost dans Blanche ont défié les barrières du genre et de la société, mais il s’agit là de représentations d’un autre temps et d’un contexte social différent. En ce sens, Michelle Béliveau est un personnage qui a fait sa marque dans notre univers télévisuel. Sa présence reflète également le contexte social québécois où l’homme et la femme peuvent de plus en plus occuper des postes d’autorité et travailler dans les mêmes milieux, de même que l’accessibilité des femmes à de nouvelles professions.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!