Recherche

Un bon filon

Le Centre de recherche sur la géologie et l'ingénierie des ressources minérales (Centre E4m) met l'accent sur l'interdisciplinarité de ses quelque 180 chercheurs et étudiants collaborateurs

Le Centre E4m regroupe une trentaine de chercheurs et environ 150 étudiants aux cycles supérieurs et stagiaires postdoctoraux, issus de 7 départements de la Faculté des sciences et de génie.
Le mot multidisciplinaire dans les domaines des sciences et du génie prend tout son sens lorsqu'on parle du Centre de recherche sur la géologie et l'ingénierie des ressources minérales (Centre E4m). En effet, les forces vives de la Faculté des sciences et de génie y sont en quelque sorte rassemblées, avec une trentaine de chercheurs et environ 150 étudiants aux cycles supérieurs et stagiaires postdoctoraux. Ils sont issus de sept départements de la Faculté des sciences et de génie: Géologie et génie géologique, Génie des mines, de la métallurgie et des matériaux, Génie chimique, Génie civil et génie des eaux, Génie électrique et génie informatique, Informatique et génie logiciel, et Chimie.

Les travaux de recherche du Centre portent sur toutes les étapes qui forment la chaîne de valeur de l'industrie minérale, de l'exploration à la restauration des sites miniers. Accrédité officiellement par l'Université en juin dernier, il dispose d'un budget annuel de 9 M$.

C'est justement cette approche interdisciplinaire qui donne son caractère particulier au Centre E4m, indique son directeur, Georges Beaudoin, professeur au Département de géologie et génie géologique. «Notre objectif consiste à apporter des solutions efficaces aux défis actuels de la société dans le domaine de l'exploitation des ressources minérales, affirme Georges Beaudoin. La création du Centre arrive à un moment charnière qui coïncide avec la volonté politique des gouvernements de favoriser la création des richesses collectives et le développement durable de l'industrie minérale en minimisant les effets négatifs sur l'environnement et la population.»

La question environnementale ressurgit inévitablement quand il est question d'industrie minérale. À ce sujet, Georges Beaudoin souligne que la manière dont on exploite les minerais a bien changé depuis 20 ans. «Par exemple, dit-il, on s'est aperçu que les résidus miniers riches en minéraux sulfurés, comme la pyrite, s'oxydaient à l'air en présence d'eau. En conséquence, l'eau de drainage devient acide et son pH bas permet la mise en solution de métaux lourds qui contaminent l'environnement. On a donc développé des méthodes pour réduire la vitesse à laquelle les sulfures sont oxydés pour empêcher la génération d'acides et sa contamination en métaux lourds. Pour résumer, nous avons appris à être capables d'anticiper les impacts environnementaux de nos actions.»

La programmation scientifique du Centre s'appuie sur quatre axes de recherche: la géologie et l'exploration minérale (pour découvrir les ressources requises par la société), la conception des ouvrages et des exploitations minières (pour une exploitation efficace), le traitement du minerai (pour une extraction optimisée des substances minérales) et enfin, le développement environnemental responsable (pour une réduction des effets négatifs de l'exploitation des ressources minérales).

Le Centre E4m (pour exploration, exploitation, extraction, environnement et minéral) en sera à son deuxième colloque ce vendredi 28 octobre, à l'amphithéâtre Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins. Une dizaine de spécialistes des ressources minérales y présenteront les résultats de leurs plus récentes recherches dans des domaines allant du potentiel de l'énergie éolienne dans le fonctionnement des mines du Grand Nord aux méthodes alternatives de gestion des résidus miniers. Une mine d'informations, donc, pour ceux et celles qui s'intéressent à l'industrie minérale.

Consultez la programmation

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!