Recherche

Le secret de son succès

Le chanteur de charme Michel Louvain demeure un modèle masculin important dans la culture populaire québécoise 

Par : Renée Larochelle
Ses admiratrices, en majorité des femmes âgées entre 50 et 80 ans, ne tarissent pas d’éloges sur lui: il est beau, charmant, gentil, toujours tiré à quatre épingles. Surtout, il leur chante des chansons qu’elles veulent entendre et qui les font se pâmer d’aise sur leur fauteuil. Même les conjoints qui accompagnent parfois ces dames au spectacle concèdent que l’homme impose le respect, ayant le grand mérite d’être resté lui-même au milieu de toute cette agitation qui secoue le monde. Venant tout juste d’entreprendre une tournée de spectacles à travers le Québec pour fêter ses cinquante ans de carrière, Michel Louvain récolte déjà d’excellentes critiques. Journaliste au quotidien Le Devoir, Sylvain Cormier, qui a assisté au concert que le crooner donnait à guichets fermés au Théâtre Saint-Denis le 20 septembre, avoue avoir craqué face à l’interprète d’Un certain sourire. «À la fin du spectacle, j’étais plus heureux qu’en arrivant», écrit-il dans sa chronique du 22 septembre. Même son de cloche du côté de Marie-Christine Blais, journaliste à La Presse, qui n’a pas manqué de vanter «l’élégance folle et le professionnalisme de ce gentleman-chanteur de 70 ans» dans son compte rendu du spectacle. Pourquoi donc Michel Louvain dure-t-il encore? Chantal Savoie, aujourd’hui professeure au Département des littératures, s’est penchée sur les raisons de cet engouement pour le chanteur dans son mémoire de maîtrise réalisé il y a une dizaine d’années à l’UQÀM.

«En analysant les paroles des chansons comme Louise, Linda ou Pourquoi donc as-tu brisé mon cœur qui ont lancé la carrière de Michel Louvain à la fin des années 1950, dit Chantal Savoie, on remarque que le rôle traditionnel entre les hommes et les femmes y est inversé, l’homme étant en position de dominé par rapport à la femme. Pour que son amoureuse ne le quitte pas, il s’agenouille à ses pieds, pleure, la supplie de rester. Cette attitude avait tout pour plaire aux jeunes filles. Michel Louvain s’inscrit également dans l’affiliation des crooners, très populaires aux États-Unis à cette époque, où des chanteurs ne possédant pas trop de voix se sont mis à murmurer des mots d’amour à l’oreille des femmes par le truchement du micro.»

Le fils adoré
Son image lisse et son parcours sans faute d’où sont exclus scandales et coups de théâtre donnent du lustre au personnage. Il n’est pas non plus menaçant, encore moins négatif, lui qui s’obstine à chanter l’amour depuis un demi-siècle. C’est l’image du bon gars, du fils adoré, celui que toutes les mères du Québec (du moins ses admiratrices aux cheveux blancs) rêvent d’avoir à leur table le dimanche midi. «On a déjà traité Michel Louvain d’artiste quétaine et on le fait encore aujourd’hui, mais il n’en demeure pas moins qu’il se dégage de lui  une espèce de fragilité et de vulnérabilité qui empêche la confrontation sur la place publique», souligne Chantal Savoie, qui établit un parallèle avec René Simard, autre artiste dont la conduite irréprochable cloue le bec de ceux qui auraient par hasard l’intention de parler en mal de lui.
   
«Les chanteurs de charme continueront à plaire tant que les femmes auront besoin de rêver à des hommes doux et bons qui compensent un peu l’image traditionnelle du mâle dominateur plein d’assurance, souligne Chantal Savoie. Les femmes ont besoin de savoir que des modèles masculins comme Michel Louvain existent encore.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!