Recherche

L'avertissement «Peut contenir du lait ou des œufs» surutilisé par l'industrie?

Ces allergènes sont indétectables dans la majorité des produits qui affichent cette mise en garde

Par : Jean Hamann
Les chercheurs ont testé quatre échantillons de pâtes portant la mention «Peut contenir du lait». Aucun ne contenait de protéines laitières. Des tests menés sur 111 échantillons de bonbons ont conduit au même constat.
Les chercheurs ont testé quatre échantillons de pâtes portant la mention «Peut contenir du lait». Aucun ne contenait de protéines laitières. Des tests menés sur 111 échantillons de bonbons ont conduit au même constat.

Les personnes qui ont des allergies alimentaires ne doivent pas prendre à la légère les mises en garde concernant la présence possible de certains allergènes dans les produits vendus au Canada. Par contre, une étude menée par une équipe de l'Université Laval révèle que la grande majorité des produits dont l'emballage porte un avertissement quant à la présence possible de lait ou d'œufs ne contient pas ces allergènes. «Ces avertissements réduisent l'offre alimentaire dont peuvent profiter les personnes qui ont des allergies au lait ou aux œufs», signale la première auteure de l'étude, Emilie Manny.

La doctorante fait partie de l'équipe de la Plateforme d'analyse des risques et d'excellence en réglementation des aliments qui a testé près de 2000 échantillons d'aliments dont l'emballage portait la mention «Peut contenir du lait» ou «Peut contenir des œufs». Ces aliments, tous vendus au Canada, appartenaient à neuf groupes de produits alimentaires, entre autres les mélanges à gâteau ou à biscuits, les produits de boulangerie et de pâtisserie, les bonbons, les céréales et barres tendres, les pâtes, les craquelins, le chocolat et les produits chocolatés.

Les résultats des analyses, qui viennent de paraître dans la revue Food Additives & Contaminants: Part A, ont confirmé la présence de lait dans 257 des 1 125 échantillons testés (23%). Aucun des 111 échantillons de bonbons et aucun des quatre échantillons de pâtes ne contenait de protéines laitières. À l'autre extrémité du spectre, 85% des échantillons de chocolat contenaient des protéines laitières. Ce taux atteint même 93% pour les 36 produits de chocolat noir. «Certaines entreprises peuvent utiliser les mêmes équipements pour le chocolat au lait et le chocolat noir, signale Emilie Manny. Si un système de tuyauterie est utilisé, il est difficile de nettoyer les tuyaux dans lesquels est pompé le chocolat fondu et un nettoyage humide peut entraîner des risques de contamination bactériologique.»

Du côté des œufs, 57 des 840 échantillons testés (7%) se sont révélés positifs. Les céréales et barres tendres, les bonbons, les mélanges à gâteau et à biscuits, le chocolat et les craquelins se situent tous sous la barre du 5%.

Les analyses ont aussi révélé que le libellé figurant sur l'emballage, par exemple «Peut contenir du lait», «Peut contenir des ingrédients laitiers» ou «Peut contenir des traces de lait», n'a pas de lien avec la concentration d'allergènes dans le produit. Le même constat vaut pour les œufs.


« Nous croyons être en mesure de proposer des valeurs seuils d'allergènes [...] qui permettraient aux industries de réduire l'usage de ces mises en garde lorsqu'elles ne sont pas nécessaires. »
Emilie Manny

Au Canada, aucun règlement n'oblige les industries à mentionner la présence possible d'allergènes dans leurs produits. «Elles le font sur une base volontaire, à partir d'une analyse de risque de leurs procédés de production», souligne Emilie Manny. Par contre, considérant que ces allergènes ne sont pas présents dans 77% des produits qui portent une mise en garde pour le lait et dans 93% des produits qui font une mise en garde pour les œufs, la doctorante et les cosignataires de l'étude estiment que ces avertissements sont surutilisés par l'industrie.

Évidemment, personne ne blâmera les entreprises de pécher par excès de prudence afin d'assurer la protection des consommateurs. Par contre, l'offre alimentaire à la disposition des personnes allergiques rétrécit d'autant. «Nous croyons être en mesure de proposer des valeurs seuils d'allergènes, comme celles qui existent pour la qualité bactériologique des aliments par exemple, qui permettraient aux industries de réduire l'usage de ces mises en garde lorsqu'elles ne sont pas nécessaires, avance Emilie Manny. Une partie de mon doctorat porte sur cette question et je crois que nous serons en mesure de bien conseiller l'industrie.»

Les auteurs de l'étude parue dans Food Additives & Contaminants: Part A sont Emilie Manny, Sébastien La Vieille, Virgine Barrere, Jérémie Theolier et Samuel Benrejeb Godefroy. Ces chercheurs sont rattachés au Département des sciences des aliments et à l'Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels de l'Université Laval.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!