Recherche

Caribous bipolaires

Des biologistes du Centre d’études nordiques tentent de mieux comprendre les hauts et les bas du caribou migrateur afin de prédire l’impact des changements climatiques sur ses effectifs

Par : Jean Hamann
«Le fait que le caribou est présentement abondant dans le Nord québécois n'est garant de rien pour l'avenir.»
«Le fait que le caribou est présentement abondant dans le Nord québécois n'est garant de rien pour l'avenir.»
En dépit du fait que le Québec abrite la plus grande population de caribous au monde, que cette espèce constitue une ressource importante sur le plan économique et culturel et que sa notoriété est enviable (surtout à l’approche de Noël!), les biologistes possèdent étonnamment peu de connaissances sur les troupeaux de ce cervidé qui ratissent de long en large le Nord québécois. Un projet mis sur pied par une équipe du Centre d’études nordiques (CEN) pourrait cependant changer la situation. Les professeurs Steeve Côté et Jean-Pierre Tremblay, du Département de biologie, leurs collaborateurs du CEN et une équipe d’étudiants-chercheurs ont entrepris un ambitieux projet qui vise à prédire l’impact des changements climatiques sur le caribou migrateur du Québec/Labrador, de même que les conséquences démographiques du phénomène sur cette espèce. «L’ultime question derrière cette recherche est de déterminer quels sont les facteurs qui contrôlent la dynamique de population des caribous», a résumé le professeur Côté, lors d’une conférence présentée le 5 décembre devant les membres du CEN.
   
Les populations de caribous sont réputées pour leur profil démographique en montagnes russes, a-t-il rappelé. Ainsi, le troupeau de la rivière George, qui comptait moins de 10 000 têtes dans les années 1950, a grimpé à près de 1 million en 1995, pour redescendre à 400 000 en 2001. Les effectifs de l’autre grand troupeau québécois de caribous migrateurs, celui de la rivière aux Feuilles, qui ne comptait que quelques centaines de têtes dans les années 1970, s’établissait à 1,2 million lors du dernier inventaire effectué en 2001. Pourtant, ces deux troupeaux sont voisins et ils se chevauchent, au propre comme au figuré, pendant une partie de l’année. Dans le reste du pays, plusieurs troupeaux, prospères jusqu’à récemment, connaissent des baisses d’effectifs de l’ordre de 20 à 40 %, atteignant même 90 % dans le pire des cas. «Le fait que le caribou est présentement abondant dans le Nord québécois n’est garant de rien pour l’avenir», a souligné le conférencier.

Des scénarios à simuler
Le professeur Côté n’est pas un devin qui lit l’avenir dans les tripes d’un animal sacrifié, mais il peut établir l’état de précarité d’un troupeau à partir de la condition physique des bêtes. «La condition corporelle des caribous influence leur reproduction, leur survie et conséquemment la démographie du troupeau», souligne-t-il. Ainsi, même si le troupeau de la rivière George a décliné au cours des dernières années, le poids des caribous y est en hausse, ce qui est de bon augure. À l’inverse, le poids des caribous du gigantesque troupeau de la rivière aux Feuilles est en baisse, ce qui n’annonce rien de bon pour l’avenir.
   
Dans quel sens les changements climatiques entraîneront-ils ces troupeaux? Difficile à dire pour l’instant, répond le professeur Côté. «L’effet pourrait être positif si la hausse des températures stimule la production des végétaux dont se nourrit le caribou.» Les chercheurs utiliseront différents dispositifs expérimentaux — enneigement prolongé, fonte hâtive, serres portatives, broutement simulé, exclos — pour simuler différents scénarios associés au réchauffement climatique et en mesurer les effets sur les plantes.
   
Un autre élément important à considérer concerne les migrations de ces troupeaux. Les caribous croisent de nombreux plans d’eau au fil des 5000 km qu’ils parcourent chaque année et les données existantes indiquent que les températures sont en hausse dans le Nord québécois et que la glace se forme plus tardivement sur les grands réservoirs hydroélectriques. L’absence de ponts de glace sur les réservoirs ou sur certains lacs de grande dimension pourrait contraindre les caribous à emprunter de nouvelles routes migratoires, anticipe le chercheur.
   
La société Hydro-Québec est donc très intéressée par les travaux de l’équipe du CEN, tout comme Xstrata Nickel (mine Raglan), une compagnie minière dont les installations sont situées tout près de l’aire de mise bas du troupeau de rivière aux Feuilles. Les deux entreprises, qui veulent minimiser l’impact de leurs activités sur le caribou, accordent d’ailleurs un soutien au projet, tout comme le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, la Fédération des pourvoyeurs du Québec et la Société Makivik. «Nous espérons que cette recherche, qui s’inscrit dans le cadre de l’Année polaire internationale, aidera à la gestion des troupeaux de caribous dans un contexte de changement», conclut Steeve Côté.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!