Vie universitaire

Un traîneau de secours en matière ligneuse

Le mode de transport conçu et construit par des étudiants en génie du bois servira à transporter entre autres les skieurs blessés à la Forêt Montmorency

Par : Yvon Larose
Une équipe de cinq étudiants inscrits au baccalauréat coopératif en génie du bois vient de terminer la construction, pour la Forêt Montmorency, d’un traîneau entièrement fait de bois. Ce mode de transport inhabituel servira cet hiver à l’évacuation, entre autres, des adeptes du ski de fond qui se blessent en pratiquant leur sport. La Forêt Montmorency, propriété de l’Université Laval, sert à l’enseignement et à la recherche en foresterie, ainsi qu’à la pratique d’activités de plein air. L’hiver dernier, plus de 10 000 fondeurs ont fréquenté cet endroit. La plupart du temps, les blessures subies par les fondeurs sont des foulures ou des fractures. Certains souffrent d’épuisement. Beaucoup plus rares sont les cas de traumatisme crânien ou nécessitant un massage cardiaque.

«L’idée est venue du coordonnateur d’opérations de la Forêt Montmorency, Hugues Sansregret, raconte l’étudiant Pierre-Emmanuel Bossis. Il est venu me voir après avoir vu le tacot en bois que nous avions construit pour participer à la course de tacots du Carnaval de Québec, l’hiver dernier. Il m’a dit qu’il devait remplacer son traîneau d’évacuation qui était rudimentaire et qu’il se verrait bien utiliser un traîneau tout en bois.»

Pierre-Emmanuel Bossis, Jonathan Caouette, Khalid Guendeli, Francis Moisan et Étienne Simard ont réalisé leur projet à l’extérieur de leurs cours et sans la supervision de professeurs. Ils ont utilisé des équipements spécialisés qui se trouvent dans les laboratoires du pavillon Gene-H.-Kruger. Ils ont trouvé eux-mêmes le financement nécessaire. En tout, chaque étudiant a consacré une quarantaine d’heures à la conception et à la construction de cette application originale du matériau bois.

Un bois léger et résistant
Le traîneau mesure 82 cm de large par 3,05 m de long. Sa hauteur varie de 30 cm à 85 cm. Il pèse environ 100 kg. La traction est assurée par une motoneige à l’aide d’un crochet de métal. Le traîneau est fait de cèdre à environ 90 %. «On voulait un traîneau pas trop lourd et fait d’un bois léger et résistant naturellement», précise Francis Moisan. Les deux patins sont faits d’une pièce de bois qui était droite à l’origine et qu’on a courbée en appliquant de la vapeur à haute pression. Les étudiants ont posé un plastique téflon sous le traîneau afin d’optimiser la glisse sur la neige ainsi que la durabilité. Ils ont collé les pièces de bois les unes aux autres avec un adhésif résistant à l’eau et à l’humidité.

La contribution de membres de la patrouille canadienne de ski  affectés à la Forêt Montmorency a été déterminante. «Ils voulaient qu’un patrouilleur puisse se tenir debout à l’arrière du traîneau de façon à avoir un contact visuel avec les yeux du blessé dans les cas de traumatisme crânien, explique Francis Moisan. Ils voulaient aussi que les côtés soient assez bas pour pouvoir faire des massages cardiaques. Ils demandaient que le blessé soit protégé de la neige rejetée par la motoneige. Ils voulaient avoir un espace de rangement pour leur matériel de secours. Enfin, ils voulaient pouvoir glisser facilement la civière à l’intérieur et la fixer au traîneau.»

Selon Francis Moisan, le traîneau d’évacuation est très adapté à la fonction secourisme. «Il est plus polyvalent que ceux que l’on trouve sur le marché et qui sont principalement faits de matière plastique et de métal. Il sera dur à surpasser.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!