Vie universitaire

Plus qu'un simple déménagement

D’ici le début juin, près de 375 personnes provenant de trois facultés associées aux sciences de la santé auront déménagé dans la nouvelle partie du pavillon Ferdinand-Vandry

Par : Yvon Larose
Le projet de construction du futur complexe intégré de formation en sciences de la santé, sur l’emplacement du pavillon Ferdinand-Vandry, franchit actuellement une nouvelle étape. Depuis la fin avril, après deux années de travaux et avec un mois d’avance sur les échéanciers prévus, la nouvelle partie du pavillon, maintenant complétée, a commencé à accueillir ses occupants. D’ici au 9 juin, près de 375 personnes, soit les personnels enseignant, administratif et de soutien des facultés de Médecine, de Pharmacie et des Sciences infirmières, auront quitté leurs locaux des pavillons Ferdinand-Vandry (médecine, pharmacie) et Paul-Comtois (sciences infirmières) pour le nouvel emplacement.

«La nouvelle partie du pavillon Ferdinand-Vandry n’abritera que les activités administratives des trois facultés, précise Diane Morin, doyenne de la Faculté des sciences infirmières, ce qui veut dire que les activités d’enseignement se donneront dans d’autres pavillons.» Ce commentaire vise en premier lieu les enseignants et les étudiants en médecine et en pharmacie car l’ancienne partie du pavillon Vandry, qui date de 1957, sera réaménagée de fond en comble. «Il n’y aura plus de locaux d’enseignement dans ce pavillon avant la fin des travaux prévue dans un an et demi, indique la doyenne. Cela veut dire que les enseignants devront se déplacer.» En sciences infirmières, les activités d’enseignement sont déjà distribuées entre quatre pavillons.

Le comité stratégique dont fait partie Diane Morin a déjà entrepris de sensibiliser le corps enseignant des trois facultés à ce qui sera leur nouvelle réalité d’ici quelques semaines. «Nous allons les appuyer dans la planification en amont de leurs besoins», explique-t-elle. Selon la doyenne, les gens sont très stimulés et le déménagement se passe très bien. «Il y aura des adaptations au changement, mais à très court terme les bénéfices seront évidents, poursuit-elle. Je dirais que les gens s’en vont vers de meilleures conditions matérielles. La proximité de nos partenaires naturels, la qualité des lieux, le rehaussement et la mise à niveau de nos installations d’enseignement, tout cela représente, à terme, un gros gain dont tout le monde, je pense, est conscient.» Selon Diane Morin, le nouveau regroupement physique procurera non seulement une valeur ajoutée aux collaborations interfacultaires, mais permettra de les pousser plus loin.
Diane Morin souhaite que les étudiants s’approprient la nouvelle partie du Ferdinand-Vandry. «Ils pourront le faire par les locaux des associations étudiantes et les espaces communs, soutient-elle. On aura une cafétéria extraordinaire. Le Centre de ressources et d’apprentissages sera là. Nos secrétariats également. De toute façon, la circulation étudiante sera importante puisqu’ils viendront voir notamment des professeurs et des directeurs de programmes.»

Le pavillon Ferdinand-Vandry, agrandi et modernisé, sera le point d’ancrage du Projet Santé, soit la première expérience de formation interprofessionnelle dans l’Est du Canada à regrouper neuf disciplines liées aux sciences de la santé. Nécessitant un investissement de 65 millions de dollars, le nouveau complexe devrait être pleinement opérationnel à l’automne 2010.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!