Vie universitaire

Mise au point

Le vice-recteur exécutif et au développement apporte des précisions dans le dossier de l’augmentation des frais technologiques

Par : Yvon Larose
Éric Bauce: «Nous voulons les bons outils technologiques pour les étudiants, et ce, au moindre coût possible».
Éric Bauce: «Nous voulons les bons outils technologiques pour les étudiants, et ce, au moindre coût possible».
«Suite à la décision du Conseil d’administration de hausser les frais technologiques, il est important d’assurer un suivi sur certaines informations entourant le dossier.» Cette mise au point, Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement, la fait d’abord sur la consultation menée, il y a deux semaines, auprès des étudiants. Rappelons que cette consultation a précédé la décision du Conseil, le 22 janvier, de hausser, à compter de l’automne 2008, les frais technologiques facturés aux étudiants de 1,65 $/crédit à 5 $/crédit. L’objectif derrière cette hausse est de permettre la mise à niveau et le développement des systèmes et technologies d’information du campus. Douze pour cent de la population étudiante a participé à la consultation. Quatre répondants sur cinq se sont prononcés contre la hausse. «Nous avons pris en considération la réponse des étudiants, affirme Éric Bauce. C’est pourquoi nous avons introduit dans la résolution le fait que si nous avons des investissements gouvernementaux spécifiques au développement de nos systèmes d’information, on va réduire d’autant la hausse.»

Avec la hausse annoncée, les frais technologiques à l’Université Laval rejoindront la moyenne des frais technologiques que doivent assumer les étudiants des autres universités au Québec. «La hausse représente une augmentation de 23 % de l’ensemble des frais dits afférents que doivent assumer les étudiants, indique le vice-recteur. Malgré cela, nous demeurons 15 % en dessous de la moyenne des frais afférents chargés au Québec.»

En novembre 2007, le Conseil d’administration a donné son accord unanime au projet d’environnement numérique d’apprentissage de deuxième génération (ENA). Des étudiants ont porté à l’attention de la Direction de l’Université la possibilité d’utiliser un logiciel libre, donc moins coûteux, que la solution prévue. Le logiciel en question héberge présentement 200 sites de cours à la Faculté des sciences et de génie, sur les 1 600 hébergés par l’institution. «Ce logiciel est un prototype et sa capacité d’hébergement est atteinte, souligne Éric Bauce. Il nous coûterait au minimum aussi cher, et probablement plus, que la solution que nous avons choisie. Avec un résultat qui ne répondra pas aux attentes. Cela dit, certains éléments du prototype seront utilisés dans l’environnement ENA, lequel fait aussi appel, dans ses composantes, à des logiciels libres.»

Le vice-recteur tient à préciser que la hausse des frais technologiques ne concerne pas que le projet ENA. «Elle vise, dit-il, à financer un ensemble de services technologiques qui touchent directement les étudiants.» Le système de gestion des bourses et de l’aide financière aux étudiants est l’un de ces services.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!