Vie universitaire

Mémorisation 101

Un peu d’organisation dans votre manière d’étudier peut rapporter beaucoup

Par : Renée Larochelle
Fermez les yeux et imaginez que vous possédez une immense bibliothèque, tellement bien garnie que les livres, classés un peu n’importe comment, débordent des étagères. Imaginez-vous ensuite en train d’essayer de trouver une information sur un sujet précis. À défaut d’avoir une mémoire d’éléphant ou encore une volonté à toute épreuve, vous risquez de passer des minutes sinon des heures précieuses à chercher, alors qu’un peu d’ordre aurait fait probablement toute la différence, question d’efficacité.
   
«C’est la même chose quand on étudie», a expliqué Marie-Hélène Simard, consultante en counseling au Centre d’orientation et de consultation psychologique (COCP), lors d’un exposé ayant pour titre «La mémorisation et la lecture: comment être plus efficace?» «Vous devez organiser adéquatement votre étude afin de vous y retrouver le plus facilement possible, a-t-elle insisté. En fait, ce n’est pas tout de remplir sa bibliothèque, c’est-à-dire son cerveau, sa mémoire, il faut aussi être capable de retrouver rapidement l’information, par exemple, en sélectionnant les éléments les plus importants d’un texte, en faisant des résumés de lecture, des tableaux, bref, tout ce qui peut contribuer à être plus efficace.»

Panique à l’examen
La question de l’efficacité en ce qui a trait à la mémorisation et à la lecture semble préoccuper les étudiants, à en juger par le nombre élevé de personnes à avoir assisté à cet atelier, le 2 octobre, au pavillon Charles-De Koninck. «Il ne suffit pas de comprendre, mais il faut également mémoriser les concepts», a rappelé Marie-Hélène Simard. Des trucs? Relire ses notes de cours tout de suite après le cours, alors que la matière est encore fraîche à son esprit; diviser la matière en sections; prendre des notes en lisant; souligner les éléments importants au surligneur; établir des liens avec des concepts déjà connus; réviser, répéter; choisir un moment où on est au sommet de sa forme pour étudier; soigner l’éclairage de la pièce dans laquelle on étudie et, surtout, être attentif à ce qu’on lit.
   
Malgré la mise en application de tous ces conseils, que faire si la mémoire nous joue de mauvais tours lors d’un examen? Surtout, ne pas paniquer et respirer par le nez, indique Marie-Hélène Simard. «Si on est trop anxieux, la capacité de retrouver l’information sera encore plus difficile, souligne-t-elle. Dès qu’on est devant sa copie d’examen, on peut écrire les éléments de réponse qu’on connaît déjà alors qu’on est encore en forme. Devant une question plus difficile, le mieux est encore de ne pas se laisser abattre et de passer à la prochaine. Il arrive souvent que des éléments de réponses s’y trouvent.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!