Vie universitaire

L'après suicide: s'organiser pour mieux supporter

Le 10 septembre, Journée mondiale de la prévention du suicide

Par : Renée Larochelle
On entend beaucoup parler de suicide dans les médias, mais beaucoup moins de l’après suicide. Pourtant, à la suite du suicide d’une personne, bien des gens sont touchés, à commencer par la famille et les amis proches évidemment. Quand ce drame touche un collègue de classe, tous ceux qui l’entourent ou font partie du même programme d’études peuvent se sentir démunis face à cette brusque perte souvent inexplicable.

C’est dans cet esprit que le Comité de prévention du suicide du Centre d’aide aux étudiants procèdera le 10 septembre à l’envoi de dépliants à tous les départements, facultés et écoles de l’Université, à l’occasion de la Journée mondiale de la prévention du suicide. «Il est très important que l’ensemble de la communauté universitaire sache qu’il existe des ressources sur le campus à l’intention des étudiants qui vivent de près ou de loin le suicide d’un collègue de classe, explique Véronique Mimeault, psychologue et coordonnatrice, avec Louise Careau, du Comité de prévention du suicide. «On parle beaucoup de prévention du suicide mais beaucoup moins de postvention qui réfère aux activités d’intervention pouvant être mises en place auprès des personnes exposées au suicide d’une personne de leur entourage. À cet égard, le bon fonctionnement de la procédure de postvention repose sur le signalement du décès par suicide par tout membre de la communauté universitaire.» On peut trouver de plus amples informations au  www.aide.ulaval.ca  (onglet psychologie)

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!