Vie universitaire

Hommage à un grand amoureux de la nature

L'Université a honoré la mémoire de Frédéric Back par la plantation de trois arbres sur le campus, ainsi que par l'installation d'une plaque commémorative

Par : Matthieu Dessureault
De gauche à droite: Suzanne Leblanc, vice-doyenne de la Faculté d'aménagement, d'architecture, d'art et de design, Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement, Stéphane Roche, vice-doyen de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, et Mathieu Gagnon, directeur du Service des résidences.
De gauche à droite: Suzanne Leblanc, vice-doyenne de la Faculté d'aménagement, d'architecture, d'art et de design, Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement, Stéphane Roche, vice-doyen de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, et Mathieu Gagnon, directeur du Service des résidences.
L'âme du regretté Frédéric Back n'était sûrement pas loin, le 21 septembre, devant le pavillon Charles-De Koninck. Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement, ainsi que des représentants de différentes unités et facultés ont procédé au dévoilement d'une plaque commémorative et à la plantation de trois arbres – un chêne, un bouleau et un mélèze – en mémoire du cinéaste et militant écologiste. «Frédéric Back a su mettre en images des valeurs très importantes, qui sont à la base du développement durable. Il s'agit d'un personnage marquant de notre culture. Cette place que l'Université Laval lui fait aujourd'hui, c'est pour pérenniser la vision du développement durable et du pacifisme qu'il portait», a déclaré le vice-recteur exécutif et au développement.

Frédéric Back a été artiste-peintre, illustrateur, muraliste et réalisateur de films d'animation. Né en Allemagne en 1924 et ayant grandi en France avant d'émigrer au Canada, il a tôt fait de laisser sa marque dans le milieu artistique. En 1981, il a reçu une première mise en nomination aux Oscars pour son film Tout-rien, allégorie sur le désir humain d'accaparer toutes les richesses et les beautés de la nature. L'année suivante, il a remporté la statuette dorée avec Crac!, un hommage à son pays d'adoption. Son plus grand succès, L'Homme qui plantait des arbres, également couronné d'un Oscar, raconte l'histoire d'un berger qui fait revivre sa région en plantant des arbres. Sa filmographie comprend aussi Le Fleuve aux grandes eaux, qui porte sur le fleuve Saint-Laurent. La passion de l'artiste pour la nature ne se reflétait pas que dans ses oeuvres cinématographiques. Tout au long de sa vie, il s'est engagé dans plusieurs causes environnementales et sociales.

Soutenu par le Fonds de développement durable, ce projet d'hommage a été mené par le Service des résidences, la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, ainsi que la Faculté d'aménagement, d'architecture, d'arts et de design. Il s'agit d'une initiative d'EVB-CSQ, soit l'Établissement vert Brundtland de la Centrale des syndicats du Québec, un réseau d'établissements qui prônent les valeurs d'éducation à la viabilité.




ouvriers-plantation-arbres-frederic-back-credit-louise-leblanc

Trois arbres, soit un chêne, un bouleau et un mélèze, ont été plantés près de l'entrée du pavillon Charles-De Koninck. Photo: Louise Leblanc.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!