Vie universitaire

De jour, de soir, de nuit

Des étudiants en architecture avaient 72 heures pour plancher en équipe sur la requalification du secteur de Québec qui sera touché par l’enlèvement des bretelles inutilisées de l’autoroute Dufferin-Montmorency

Par : Yvon Larose
«Ça a été une super belle expérience, il y a eu beaucoup de discussions et beaucoup de travail, mais ça en valait la peine.» Benoît Provost Mc Namara, étudiant au bac en architecture, était tout sourire le lundi 13 novembre à l’atrium de l’Édifice La Fabrique. Avec son confrère Olivier Tardif, également inscrit au bac, il venait de se voir attribuer, par un jury, le premier prix à une «charrette» d’architecture et de design organisée par l’architecte et chargée de cours Odile Roy. Une bourse de 1 000 $ accompagnait la récompense. Le concours d’idées avait pour thème la requalification du secteur qui sera touché par l’enlèvement, vraisemblablement cet hiver par le ministère des Transports, des deux bretelles inutilisées de l’autoroute Dufferin-Montmorency. Le secteur touché est compris approximativement entre l’ancien Carré Lépine et l’îlot des Palais. La charrette s’est déroulée du 10 au 12 novembre. Trente-six étudiants, la plupart au deuxième cycle, étaient inscrits. L’activité a été particulièrement intense durant la fin de semaine, les étudiants travaillant de jour, de soir et de nuit à leur projet. Vendredi et samedi, plusieurs consultants externes étaient présents pour intervenir auprès des neuf équipes.

Un grand axe piétonnier et vert
Le projet de Benoît Provost Mc Namara et Olivier Tardif s’intitule «Un silence dans la ville». Il consiste en la création d’un grand axe piétonnier et vert reliant les plaines d’Abraham au quartier de Limoilou en passant par le quartier Saint-Roch. «Nous avons réalisé notre projet du samedi matin au dimanche midi, raconte Olivier. Nous nous étions promenés sur les lieux toute la journée du vendredi.»
Ce projet de parc linéaire propose la démolition du tablier de l’autoroute au niveau des deux bretelles inutilisées et la déviation de la circulation vers le boulevard Jean-Lesage. Il propose également l’appropriation d’une voie de circulation sur l’avenue Honoré-Mercier. «Dans notre projet, explique Benoît, l’autoroute est démolie sur environ un kilomètre, mais nous conservons tous les piliers pour meubler l’espace. Ces vestiges, une quarantaine au total, cadrent le parc linéaire. Ils constituent les éléments d’un jardin chinois qui est aménagé sous les bretelles, en référence à l’ancien quartier chinois qu’on y trouvait dans le passé.» L’architecte Jacques Plante faisait partie du jury. Selon lui, le projet des deux étudiants «offre véritablement des pistes de solution pour le raffermissement du tissu urbain, pour la reconstruction des espaces disponibles, mais aussi pour en faire un lieu d’agrément et un lieu que les citoyens peuvent s’approprier facilement».

Marginalité urbaine
Le deuxième prix d’une valeur de 600 $ a été accordé à Jean-Sébastien Forest, Patricia Couture, Madeline Leroux, Patrick Lavoie, Konstantin Demin, Hélène Cloutier et Jean-Philippe Parenteau pour leur projet «Marginalité urbaine». Skate park, scène extérieure, murs de graffitis, camping urbain, commerces, maison de jeunes, auberge de jeunesse composent un espace public festif situé sous les bretelles autoroutières inutilisées. Sur l’une d’elles, une terrasse offre une vue panoramique sur le quartier. L’autre conduit à une salle de spectacle aménagée dans le tunnel creusé dans le roc de la falaise à l’époque de la construction des bretelles.

Deux projets se sont partagé le troisième prix d’une valeur de 400 $. Avec «Mésopolis», Louis-Philippe Lauzé, Étienne Bernier, Marie-Ève Dostie, Majorie Bradley-Vidal, Louis-Guy Roy, Mathieu Turgeon et Maxime Turgeon proposent un parcours piétonnier qui va du haut de la falaise jusqu’au bout des bretelles inutilisées qu’on aura sectionnées, ainsi qu’une grande place publique aménagée sous les deux autres bretelles autoroutières. Quant au projet de Jonathan Aubin, intitulé «Le bon grain de l’ivraie», il s’articule autour d’un grand espace public caractérisé par la présence de piliers des anciennes bretelles, de logements sociaux et haut de gamme, de bureaux, de commerces et d’un accès à la haute ville par ascenseur et escalier.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!