Vie universitaire

Campus express

Le droit en mutation
La conférence «Gouvernance réflexive et lois, quelles transformations pour le droit?» de Louise Lalonde, professeure à l’Université de Sherbrooke, présentée par l’Institut d’éthique appliquée de l'Université Laval, abordera deux phénomènes législatifs, relativement récents, qui convergent tous deux vers une exigence de réflexivité des lois dans leur application: la transformation des dispositifs d’application de normes légales et la transformation du type de contenu de normes légales. Cette exigence de réflexivité des lois signifie globalement que ces lois sollicitent, tant dans l’interprétation de leur contenu normatif que dans leurs dispositifs d’application, divers acteurs de la société civile de même que les juges afin de la réfléchir dans le monde vécu lors du règlement des conflits qu’elles souhaitent gérer. Ainsi, le problème fondamental posé par ces lois réflexives peut synthétiquement se résumer ainsi: comment comprendre l’application de ces lois à exigence réflexive dans l’état actuel du droit et son dépassement vers leur effectivité? Louise Lalonde prononcera cette conférence aujourd’hui, le 5 novembre, à 12 h, au local 413 du pavillon Félix-Antoine-Savard. Pour information: IDEA@fp.ulaval.ca, 418 656-2131, poste 11226 ou www.ethiques.ca.

La Conquête et les élites canadiennes: mythes et réalités
Depuis l’élaboration de la fameuse thèse de la «décapitation», il est souvent dit que la Conquête britannique de la Nouvelle-France a eu comme résultat la déchéance de l’élite canadienne (d’origine française). Mais qu’en est-il réellement? L’élite canadienne disparaît-elle? Les différents groupes d'élite sont-ils exclus du pouvoir, ou réussissent-ils à tirer leur épingle du jeu? Dans sa conférence «La Conquête et les élites canadiennes: mythes et réalités», Donald Fyson, professeur au Département d'histoire, fera une mise au point à la fois des traditions populaires et historiennes, mais aussi des dernières recherches scientifiques à l’égard du sort des élites canadiennes pendant les premières décennies de la domination britannique. Donald Fyson, également codirecteur du Centre interuniversitaire des études québécoises, est spécialiste en histoire du Québec aux 18e, 19e et 20e siècles. Il s’intéresse entre autres aux rapports entre État, droit et société, notamment par l’étude de la justice criminelle, la police et l’administration étatique. L’exposé aura lieu le mardi 10 novembre à 17 h 30, à la Chapelle du Musée de l’Amérique française située au 2, côte de la Fabrique. Coût: 8 $, 6 $ pour les amis du Musée et les étudiants.

Résoudre ses conflits par la culture
Le Centre de recherche et d’intervention sur l'éducation et la vie au travail (CRIEVAT) présente la conférence d’Andrée Bérubé: «Intervention et culture: le conflit dans une perspective interculturelle». Praticienne en gestion des conflits au Bureau de la prévention et de la résolution des conflits du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada, Andrée Bérubé tracera le portrait de son travail en prévention et en résolution de conflits auprès de personnes de cultures diverses, issues de plus de 15 pays différents. Elle traitera plus spécifiquement du rôle important que joue la culture dans le processus de résolution de conflits, de la nécessité d’adaptation mutuelle des acteurs impliqués, et ce, quelle que soit la nature du processus utilisé (coaching, facilitation, médiation, processus de groupe, etcCette activité aura lieu ce midi 5 novembre, à 12 h, au local 182 du pavillon des Sciences de l’éducation.

Les armes du bioterrorisme
La Chaire CRSNG - Industrielle Alliance pour les femmes en sciences et génie au Québec s'associe avec la Faculté des sciences et de génie pour offrir la conférence grand public intitulée «Détection des armes du bioterrorisme: optimisation des systèmes et développements technologiques». Donnée par Caroline Duchaine, professeure au Département de biochimie et de microbiologie, et chercheuse au Centre de recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, elle aura lieu le 17 novembre, à 12 h 30, au local 2850 du pavillon Alexandre-Vachon. Le système canadien de la défense (FLAPS), utilisé présentement dans le monde, met à profit la fluorescence bactérienne induite par les UV afin de détecter les spores bactériennes dans l’air et de répondre rapidement aux attaques bioterroristes à l’anthrax. Des travaux ont permis de corréler la fluorescence des spores et la viabilité, permettant de mieux interpréter les signaux reçus et d’améliorer le temps de réponse des équipes médicales. Cette présentation résumera ces avancées scientifiques dans le domaine de la détection du bioterrorisme.

Soins et spiritualité
L’annonce d’une maladie grave provoque une rupture profonde dans le cours de la vie d’une personne. Elle modifie toutes les projections que la personne avait faites sur son avenir et rompt souvent son équilibre global de vie. Cette expérience de la maladie engendre une vulnérabilité importante, qui elle-même engendre une responsabilité éthique et sociale des soignants. Cette responsabilité éthique devrait encourager les soignants à considérer la personne malade dans sa globalité. Toutefois, l’évaluation de la dimension spirituelle nécessite une expertise, tout comme l’exige l’évaluation des autres dimensions biologique, psychologique ou sociale. Invitée par la Chaire Religion, spiritualité et santé, Stéfanie Monod, médecin gériatre à l’Hôpital universitaire de Lausanne en Suisse, viendra donner toutes les précisions autour de cette question lors de la conférence publique intitulée «Soins et spiritualité: comment prendre en compte la dimension spirituelle des patients?» qu’elle prononcera le 17 novembre, à 19 h, au local 1E du pavillon Charles-De Koninck. Stéfanie Monod est responsable de l’unité de consultation gériatrique ambulatoire et communautaire. Depuis 2004, elle développe, en collaboration étroite avec le pasteur Étienne Rochat, une modélisation de la prise en compte de la dimension spirituelle des patients âgés hospitalisés

Ravageurs de forêts oubliés
Les forestiers accordent moins d’intérêt aux racines qu’à la cime des arbres parce qu’elles sont peu visibles. Les pourridiés, ou maladies des racines, subissent le même sort, d’autant plus que les arbres atteints de pourridiés ne montrent pas ou peu de symptômes. Néanmoins, les pourridiés causent des pertes majeures aux forêts en réduisant la croissance des arbres et en provoquant la mort de ces derniers. Ces champignons pathogènes sont des éléments importants de nos écosystèmes forestiers qu’on ne peut ignorer dans une approche d’aménagement forestier durable. Pour contrer les pourridiés, il faut être proactif, intégrer les connaissances de plusieurs disciplines scientifiques et aussi mieux connaître l’écologie de tous ces champignons pathogènes causant des pourridiés. Ces pourridiés tiendront la vedette lors de la conférence «Les pourridiés dans nos écosystèmes forestiers: d’importants ravageurs invisibles et oubliés» de Gaston Laflamme, chercheur scientifique, au Centre de foresterie des Laurentides. L’activité aura lieu en matinée aujourd’hui, le 5 novembre, à 10 h 30, à la salle Lionel-Daviault du Service canadien des forêts, Centre de foresterie des Laurentides, situé au 1055, rue du PEPS. Pour information: 418-648-7032

Participation publique et groupes environnementaux
La procédure d’évaluation environnementale et le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) font actuellement l’objet de nombreuses critiques, tant des milieux économiques qu’environnementaux. La Chaire de recherche du Canada en droit de l’environnement (CRCDE) et le Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE) souhaitent contribuer au développement d’un meilleur processus de participation publique au Québec en organisant un atelier qui s’adresse aux groupes environnementaux. Cet atelier, intitulé «La participation publique au Québec: quels enjeux pour les groupes environnementaux?», se tiendra le samedi 14 novembre, de 9 h à 16 h 30, à la salle 2320-2330 du pavillon Gene-H.-Kruger. Des conférenciers expérimentés en matière de participation publique présenteront leurs réflexions, constats et propositions de réforme avant de laisser une large place aux discussions entre les participants. Il s’agit d’un atelier fermé destiné aux groupes voués à la protection de l’environnement, trop souvent laissés à l’écart de ce type de discussions. Pour obtenir les détails et s’inscrire: www.crcde.ulaval.ca/11556.html

Histoire du judaïsme et du christianisme antiques
Les midis de l’Institut d’études anciennes de la Faculté de philosophie présentent la conférence intitulée «Histoire du judaïsme et du christianisme antiques. Quelques remarques épistémologiques et méthodologiques». Prononcée le mardi 10 novembre par Simon C. Mimouni, de l’École pratique des hautes études — section des sciences religieuses, la conférence abordera notamment les phénomènes de continuité et de discontinuité dont les incidences peuvent être redoutables dans les élaborations idéologiques contemporaines. On parlera des rapports entre judaïsme et christianisme à l’époque où ce dernier n’est qu’un mouvement parmi d’autres lié au premier, et des questions de légitimité qui ont débouché sur des conflits engendrant la séparation et la mise en place progressive de deux religions. On donnera enfin des éléments d’analyse sur le judaïsme en Palestine et en Diaspora qui permettront de comprendre les conceptions temporelles et spatiales sur lesquelles repose l’idée même du peuple judéen dans l’Antiquité et du peuple juif aux époques postérieures. Pour en savoir davantage sur le sujet, on se présente à 11 h 30 au local 5242 du pavillon Charles-De Koninck. L’entrée est libre.

20 ans de recherche féministe en France
Le documentaire Marie-France, Simone et les autres, réalisé en 2006 par Soline Blanchard et Josette Costes à l’occasion des 20 ans de l'équipe Simone de l’Université Toulouse II-Le Mirail, retrace l'histoire de cette équipe de recherche, sa genèse, son évolution, ses différentes problématiques ainsi que ses réalisations. Il consiste en des entrevues d'une douzaine de ses membres fondateurs, statutaires, associés et doctorants. Une projection-discussion intitulée «20 ans de recherche féministe en France: l’équipe Simone (1986-2006)» replacera la vidéo dans son contexte avant son visionnement qui sera suivi par un échange sur les thématiques abordées dans le film, soit l'institutionnalisation des études féministes, la transmission, le lien avec les groupes militants, etc. L’activité se tient le jeudi 12 novembre, de 11 h 30 à 13 h, au local 1475 du pavillon Charles-De Koninck. Elle sera animée par Soline Blanchard, doctorante au CERTOP (Centre d’étude et de recherche Travail, organisation, pouvoir) et membre de l’équipe Simone.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!