Vie universitaire

Campus express

Colloque sur les technologies et l’apprentissage
Le Centre interuniversitaire de recherche sur les technologies et l’apprentissage (CIRTA) organise un colloque sur le thème de la «Recherche et pratique du e-learning en 2009» et qui aura lieu du 16 au 18 novembre au Centre de formation continue de l’Université Laval. Le CIRTA permet aux chercheurs de différentes disciplines et aux praticiens de l’éducation de partager leurs connaissances, leurs expériences, les résultats de leurs recherches et leurs idées concernant la conception, le développement et l’utilisation de méthodes, techniques et outils dans le domaine des technologies de l’apprentissage. Au programme de ce colloque: communications scientifiques, partage de pratiques, points de vue sur le domaine et plusieurs conférenciers nationaux et internationaux invités. Le Bureau des services pédagogiques collabore à la tenue de cet événement organisé par les membres du comité de coordination du CIRTA. Pour en savoir plus: www.cirta.org ou www.bsp.ulaval.

Le plagiat dans les universités québécoises
Plusieurs enseignants seront intéressés par l’atelier «Le plagiat dans les universités québécoises à l’ère du numérique» organisé par le sous-comité sur la pédagogie et les TIC (SCPTIC) de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ). Cet atelier aura lieu le jeudi 29 octobre à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). En matinée, les conférenciers proposeront une réflexion générale sur la réalité et les enjeux liés à ce type de plagiat en lien avec l’évaluation des apprentissages, les outils de détection, les compétences informationnelles et le rôle de l’administration universitaire. En après-midi, plusieurs initiatives seront présentées. Quatre conférenciers proviendront de l’Université Laval: André Gascon, vice-doyen de la Faculté des sciences de l’administration, Florence Cauchy, vice-présidente à l’Association des étudiants en sciences de l’administration, Serge Talbot, directeur général du premier cycle à la Direction générale des programmes de premier cycle, et François Pichette, chargé de cours à la Faculté des lettres. Cet atelier sera disponible en webconférence. Pour s’y inscrire: www.profetic.com.

Activité physique et santé mentale
Sophie Bonneville, étudiante à la maîtrise en santé communautaire, prononcera une conférence portant sur son essai intitulé Les conditions facilitant la pratique de l’activité physique par les personnes ayant un problème de santé mentale. Cette communication aura lieu le lundi 5 octobre, à 12 h, au local 2115 du pavillon de l’Est. L’essai de Sophie Bonneville s’appuie sur le fait que la pratique de l’activité physique est recommandée comme principale stratégie de lutte contre l’obésité, un problème très présent chez les individus souffrant de maladie mentale. Pour connaître les conditions pouvant faciliter la pratique de l’activité physique chez cette clientèle désavantagée, elle a donné la parole à des utilisateurs de services en santé mentale et à cinq organisations offrant des services en activité physique à cette clientèle. Elle a ensuite analysé les données recueillies à la lumière d’une approche constructiviste pour mettre en évidence les points de vue de ces deux groupes d’acteurs, leur concordance et leur divergence. Ces résultats lui ont permis d’énoncer quelques recommandations à ceux qui offrent des services en activité physique et aux intervenants en santé mentale.

Santé dentaire et santé communautaire
Élise Bertrand, étudiante à la maîtrise en santé communautaire, viendra présenter son projet d’intervention intitulé «Simulation du coût-efficacité d’un programme universel, financé par des fonds publics, de l’application de scellants» le mardi 13 octobre, à 12 h, au local 2115 du pavillon de l’Est. Cette étude a pour objectif de comparer, en ce qui a trait aux parents et au système de santé, les ratios coût-efficacité de la situation actuelle (c’est-à-dire un programme sélectif d’application de scellants de puits et de fissures dentaires en milieu scolaire financé par les fonds publics) et ceux de programmes universels d’application de scellants, financés par les fonds publics dans les milieux de pratique public et privé. Après avoir analysé trois options sur une population composée d’enfants de 8 ans sur un horizon temporel de 10 ans, l’étudiante en est venue à la conclusion que la situation actuelle et le programme universel en milieu scolaire sont des options plus efficaces en terme de coût que le programme non sélectif en milieu privé. L’efficacité varie notamment selon l’incidence de la carie et la proportion d’enfants dits à risque.

Histoire de l’architecture à Beauport
La Société d’art et d’histoire de Beauport organise une conférence qui permettra de mieux connaître le milieu beauportois et ses 375 ans d’histoire, le mercredi 14 octobre, à 19 h 30, à la salle Jean-Paul-Lemieux de la bibliothèque Étienne-Parent (3515 rue Clémenceau). Pour l’occasion, l’historienne Denyse Légaré parlera de l’histoire de l’architecture religieuse, publique et privée à Beauport et la situera dans un contexte de production régional. Les participants pourront ainsi apprécier les principaux bâtiments de Beauport, mais aussi l’évolution de l’architecture résidentielle, de la maison de ferme à la résidence urbaine. Denyse Légaré enseigne à l’Université Laval et est titulaire d’un doctorat en histoire, avec une spécialisation en histoire de l’art et de l’architecture. Elle est l’auteure de plusieurs études sur le patrimoine québécois et de nombreux ouvrages, articles et expositions visant à familiariser un large public à l’histoire et au patrimoine. Sur Beauport, plus particulièrement, elle a corédigé trois brochures.

L’exemple de la foresterie suisse
Les forestiers neuchâtelois sont reconnus à travers l’Europe pour leur sylviculture fine proche de la nature. Ils pratiquent le jardinage forestier et la méthode du contrôle (inventaires systématiques) depuis plus d’un siècle et sont de fervents défenseurs d’une foresterie multifonctionnelle intégrée. Six ingénieurs forestiers suisses du canton de Neuchâtel, de passage au Québec, viendront partager leur expérience et leur vision de la foresterie à la Faculté de  foresterie, de géographie et de géomatique. Cette rencontre unique est ouverte au grand public, étudiants, professeurs et professionnels de la forêt. Elle se tiendra le lundi 5 octobre, à la salle 2320-2330 du pavillon Gene-H.-Kruger, de 8 h 30 à 10 h 30. On confirme sa présence auprès de Guillaume Giroud, au 418 627-8669, poste 4162 ou par courriel à giroudguil@hotmail.com.

Jeunes couples en quête d’égalité
Les jeunes couples modernes vivent-ils des valeurs différentes de celles de leurs aînés et innovent-ils dans leur quête de l’égalité entre partenaires? Dans quelle mesure réussissent-ils, en tant qu’individus et parents, à rompre avec les modèles traditionnels de rapports de sexe? C’est notamment ce qu’a voulu savoir Marie-Éve Surprenant qui a interrogé, pour l’écriture de son livre Jeunes couples en quête d’égalité qu’elle vient de publier aux éditions Sisyphe, huit jeunes hommes et autant de jeunes femmes vivant en couple. Celle-ci viendra donner une conférence sur les résultats de l’étude qu’elle a menée le jeudi 15 octobre, à 11 h 30, au local 1475 du pavillon Charles-De Koninck. Selon la chercheuse et professeure Francine Descarries, de l’UQAM, cette «analyse […] arrive à point nommé. Non seulement elle ouvre sur un champ d’observation insuffisamment traité, celui des pratiques quotidiennes de l’(in)égalité au sein de jeunes couples, mais encore elle propose une lecture féministe critique qui fait contrepoids aux discours dépolitisants propagés par les médias et la mouvance antiféministe.» Cette conférence est organisée par la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes.

Le point sur le droit à l’avortement
Quelle est la meilleure solution pour assurer aux femmes un accès libre et gratuit à des services de qualité en matière d’avortement? C’est là le sujet de la prochaine table ronde organisée par la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes, intitulée «Vingt ans après l’affaire Daigle, où en sommes-nous sur le droit à l’avortement?». Celle-ci aura lieu le mercredi 7 octobre, à 19 h, à l’auditorium Jean-Paul-Tardif du pavillon La Laurentienne. En 1989, la Cour suprême du Canada décidait que le fœtus et le père en puissance n’avaient pas de droit: la femme enceinte pouvait donc décider de se faire avorter et aucune injonction ne pouvait l’en empêcher. La Cour supérieure et la Cour d’appel du Québec avaient auparavant accordé l’injonction pour interdire à Chantal Daigle d’avorter. Vingt ans plus tard, des projets de loi fédéraux qui ont pour but de criminaliser de nouveau l’avortement, le projet de loi 34 sur les centres médicaux spécialisés et le manque de ressources nous font croire que tout n’est pas gagné. Participeront à cette activité Louise Desmarais, militante féministe et auteure de Mémoire d’une bataille inachevée. La lutte pour l’avortement au Québec, Catherine Denis, directrice de S.O.S. Grossesse, Diane Lamoureux, professeure au Département de science politique, et Louise Langevin, titulaire à la Chaire d’étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes.

Premier symposium sur les études postdoctorales
L’Association des stagiaires postdoctoraux de l’Université Laval (ASPUL) organise, le 5 décembre, de 10 h à 17 h, au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack, le 1er Symposium sur les études postdoctorales à l’Université. Le but de cette journée est, d’une part, de faire connaître au plus grand nombre la diversité des domaines d’études postdoctorales et, d’autre part, de promouvoir l’attachement de tous les étudiants envers les études aux cycles supérieurs, composante essentielle d’une société du savoir. L’accent sera mis sur la vulgarisation des thèmes de recherche afin de les rendre accessibles au plus grand nombre. Des stagiaires postdoctoraux de plusieurs disciplines présenteront des affiches et des communications orales et une table ronde portera sur quelques aspects du stage postdoctoral avec tous les étudiants présents. Ceux qui désirent présenter leur sujet de recherche ont jusqu’au vendredi 23 octobre pour envoyer leur résumé à stagpostdoculaval@gmail.com (renseignements complémentaires lors de l’assemblée générale du 8 octobre, à 17 h 30, dans le hall du pavillon Alphonse-Desjardins ou sur le site www.aspul.asso.ulaval.ca). Cette activité est parrainée par la Faculté des études supérieures et s’adresse autant aux étudiants, tous cycles confondus, qu’aux directeurs de recherche.

Conférence sur les innovations pédagogiques
Le Bureau des services pédagogiques invite les membres de la communauté universitaires à assister à la conférence «Le temps des innovations pédagogiques: pourquoi et pour qui?» qui sera prononcée par Denis Bédard, professeur à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke et coauteur du livre Innover dans l’enseignement supérieur. Cette activité se tiendra ce vendredi 2 octobre, de 13 h 30 à 15 h 30, au local 1210 du pavillon Charles-Eugène-Marchand. Depuis quelques années, la pédagogie en enseignement supérieur est souvent remise en question, tant pour ses acquis que pour ses dogmes ou ses conceptions des apprenants. Dans les institutions d’enseignement, cela entraîne nécessairement un questionnement allant de la haute direction jusqu’à la relation enseignant et étudiant en salle de classe. En pareil contexte, on peut se demander: que veut dire innover?; qu'est-ce que cela implique d’un point de vue structurel, organisationnel et pédagogique?; quelles sont les caractéristiques d’une innovation pédagogique en enseignement supérieur? Denis Bédard abordera les perspectives conceptuelles de l’insertion de l’innovation pédagogique dans le contenu des cours et traitera des conditions susceptibles de favoriser l’émergence et le développement continu et durable d’un contenu innovant. Pour s’informer sur cette activité et s’y inscrire, on consulte le site www.bsp.ulaval.ca
 
Deux activités de l’Institut EDS
L’Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société (Institut EDS) organise deux activités publiques au mois d’octobre. La toute première consiste en une conférence portant sur «La convention d'Aarhus: un instrument universel de démocratie environnementale» qui sera prononcée par Michel Prieur, le mercredi 14 octobre, à 11 h 30, au local 2419 du pavillon Charles-De Koninck. Ce dernier est professeur à la Faculté de droit de l’Université de Limoges et président du Centre international de droit comparé de l’environnement ainsi que vice-président de la Commission droit de l’environnement de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). La seconde activité est un colloque sur la gouvernance de l’eau dans les Amériques qui aura lieu les 15 et 16 octobre, et qui fait suite à un colloque qui s’était tenu en 2004. Cette édition a pour objectif de comprendre de quelle façon la pluridisciplinarité favorise la genèse de nouveaux domaines d’action − régionaux et locaux − et la création scientifique dans les Amériques. Pour prendre connaissance du programme et s’inscrire avant le 4 octobre, on consulte les sites Web de l’Institut EDS (www.ihqeds.ulaval.ca) et des HEI (www.hei.ulaval.ca). Cette activité est également organisée par l’Observatoire en recherches internationales sur l’eau (ORIE) et le Centre d’études interaméricaines (CEI) des HEI. Pour toute information: eau-ameriques@hei.ulaval.ca.

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!