Arts

La réalité au bout du crayon

Par : Pascale Guéricolas
Un homme et son accordéon. Et des étudiants attentifs autour de lui, l’œil aux aguets et le crayon à la main. Voilà la scène qu’un photographe ou un peintre aurait pu croquer cet automne en pénétrant dans le cours de dessin d’observation de Marie Lessard. Cette professeure au Département de communication graphique, illustratrice de profession, a invité Albert Gogan, un fier musicien de 70 ans bien connu dans le quarter Saint-Roch, à venir poser, accordéon en main. «Il n’a pas pu s’empêcher de jouer tout doucement, indique en souriant la professeure. Cette matinée a permis bien sûr aux étudiants de découvrir le dessin de modèle vivant, mais également de partir à la rencontre d’un inconnu.»

«J’ai vraiment senti le contact se créer, un lien naître simplement en l’observant», confirme Joëlle Ouellette. Adepte du dessin depuis sa plus tendre enfance, la jeune fille, qui démarre son baccalauréat en communication graphique, découvre une nouvelle façon d’appréhender la réalité avec ces séances de modèle vivant. Au-delà des techniques propres au dessin et des précieuses informations sur l’anatomie humaine permettant de schématiser rapidement un personnage, Marie Lessard cherche surtout à affûter le regard de ses étudiants. «Le dessin d’observation nourrit l’imaginaire, confie-t-elle. Rien n’est banal si on sait bien regarder, et même on découvre des beautés inattendues. Le temps pris pour dessiner nous permet de regarder le monde de façon unique.»

À l’entendre, cette pratique artistique favorise la créativité sous toutes ses formes; elle s’apparente à une gymnastique du cerveau. L’enseignante invite donc ses étudiants à tenir un carnet personnel pour garder leur esprit en alerte, et crayonner le plus souvent possible. Mais au fait, le dessin se laisse-t-il facilement apprivoiser? «Certains étudiants se trouvent malhabiles au début du cours, admet Marie Lessard. Très vite, ils se rendent compte des progrès accomplis en s’abandonnant à ce qu’ils regardent.» Les techniques enseignées les guident également, notamment les schématisations de groupes musculaires. Patiemment, la professeure dissèque le corps humain un crayon à la main, soulignant une attache de muscle dans le dos, le rôle de la taille comme pivot. Ainsi guidés, les étudiants apprennent à tracer rapidement les lignes directrices du corps, de manière à pouvoir esquisser une silhouette réaliste. Un outil très pratique lorsqu’il faut rapidement expliquer une idée de dessin ou de composition d’image à un client, notamment pour les futurs graphistes.  À l’heure du règne de l’informatique, le cours de dessin ramène donc les étudiants vers des matériaux plus traditionnels. Ils découvrent le poids du papier, sa texture, son épaisseur, mais aussi la variété des crayons, comme le fait remarquer Alexei Podgouzov, un étudiant de première année en communication graphique, épris de dessin. «J’ai pu explorer le graphite qui donne une ligne très grasse, le crayon-feutre au fini très achevé, les crayons à aquarelle. Des méthodes dont je vais désormais pouvoir me servir.»

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!