Vie universitaire

Campus express

Temps et liberté
Étudiants, professeurs et grand public sont tous invités à assister à la conférence «Temps et liberté» de Christophe Bouton, professeur de philosophie à l'Université Michel de Montaigne (Bordaux III). Organisée par la Chaire La philosophie dans le monde actuel, cette activité aura lieu le mercredi 18 mars, à 19 h 30, à l’auditorium Jean-Paul-Tardif (local 1334) du pavillon La Laurentienne. Durant cette communication, le professeur Bouton abordera le problème du temps sous l'angle de la philosophie pratique. De quelle manière la liberté humaine peut-elle se manifester dans le temps? «Comment le temps peut-il accueillir le processus de l'agir? Ces questions, qui ont été abordées par certains philosophes tels que Kant, Schelling, Bergson ou Heidegger, donnent à penser que la temporalité de la liberté suppose la plasticité du temps, c'est-à-dire sa capacité à être modifiée et configurée par l'individu selon diverses modalités. Elles suggèrent également que, dans sa dimension temporelle, la liberté est comprise comme choix et décision dont l'entrelacement complexe constitue l'avenir en son imprévisibilité.»

Colloque des chercheurs étudiants et postdoctoraux de l’INAF
Le 3e Colloque des chercheurs étudiants et postdoctoraux de l'INAF aura lieu les 19 et 20 mars au Centre de congrès et d’expositions de Lévis. Placée sous le thème «Prendre son envol», cette rencontre propose un programme où figurent des communications scientifiques présentées par des membres étudiants de l’INAF et des conférences prononcées par des représentants de l’industrie. En effet, cette année, le comité organisateur de la rencontre a choisi de mettre l'accent sur les perspectives d'emploi ainsi que sur la création de liens avec des représentants des entreprises liées aux différents domaines d'expertise des chercheurs étudiants et postdoctoraux de l'INAF. Pour consulter le programme du colloque, rendez-vous à www.inaf.ulaval.ca/9624.html.

La FSA se rapproche des assureurs de la région
À partir du trimestre d’automne 2009, la Faculté des sciences de l’administration (FSA) reconnaîtra jusqu’à 12 crédits à toute personne du secteur de l’assurance et des services financiers qui aura déjà réussi quatre cours de la Life Office Management Association (LOMA) et qui choisira de s’inscrire au programme de certificat de premier cycle en administration. Ainsi, cette personne n’aura qu'à cumuler 18 crédits pour obtenir le certificat qui en compte normalement 30. Les cours qui seront crédités sont LOMA 311, 320, 330 et 356. Une dispense partielle de trois, six ou neuf crédits sera aussi consentie aux personnes qui n’auront suivi qu’un, deux ou trois de ces cours. Fondée en 1924, LOMA est une association internationale qui offre des activités de recherche et d’enseignement à plus de 1 200 compagnies d’assurance et de services financiers dans plus de 80 pays dans le but de les aider à améliorer leurs opérations. Renseignements: www.fsa.ulaval.ca/certificats.

Accompagnement spirituel des malades
Dans une société laïque où les croyances religieuses deviennent très minoritaires, il peut être difficile de continuer d’évoquer la dimension spirituelle de l'être humain, à moins de la redéfinir et d’arrêter de la confondre avec une approche religieuse. En effet, il devient urgent d’interroger le mot «spirituel» afin d’en cerner les contours, les manifestations et de lui reconnaître sa place en toute personne. C'est là le sujet de la conférence «Comment entendre la dimension spirituelle présente en chaque humain? Accompagner l’expérience de la maladie» donnée par Gwennola Rimbaut, professeure de théologie pratique et de méthodologie à la Faculté de théologie de l’U.C.O. à Angers, le mardi 24 mars, à 19 h, au local 813 du pavillon Félix-Antoine-Savard. Celle-ci parlera d'une nouvelle approche qui permet un accompagnement respectueux des personnes malades, comme en témoignent les aumôneries hospitalières de France où la conférencière a travaillé plusieurs années à titre de responsable. La professeure Gwennola Rimbaut a notamment publié Soutenir une démarche spirituelle en milieu hospitalier (Novalis-Lumen Vitae, 2006). Cette conférence fait partie de la série des Conférences publiques de la Chaire Religion, spiritualité et santé.

Concours oratoire sur l'équité des sexes en politique
L’Association des femmes diplômées des universités de Québec (AFDU-Québec) invite la population universitaire à assister au concours oratoire «L’équité homme femme en politique, un défi pour les filles!» Le concours, qui se déroulera toute la journée du 21 mars, se tiendra à l’amphithéâtre Hydro-Québec à compter de 10 h. Les neuf équipes sélectionnées feront chacune une présentation de 30 minutes sur le thème du concours. Les candidates proviennent de divers champs d’études universitaires. Un jury composé de Françoise Guénette, Renée Hudon, Esther Lapointe et Françoise Mercure choisira deux équipes gagnantes. Les candidates de la première équipe gagnante gagneront un voyage en France où elles seront accueillies par les membres de l’Association française des femmes diplômées des universités de Montpellier (AFFDU Montpellier). En plus des billets d'avion, un montant d'argent sera remis aux candidates pour les dépenses personnelles. Les candidates de l’équipe qui arrivera en deuxième position obtiendront chacune un montant de 500 $. L’AFDU-Québec est un organisme privé et à but non lucratif qui a pour mission principale de promouvoir l’éducation supérieure chez les femmes.

Handicap, perspectives et changement social
Le Réseau international sur le processus de production du handicap organise une série de conférences-échanges sur les récents changements de la compréhension du phénomène social qu'est le handicap. Patrick Fougeyrollas, professeur au Département d'anthropologie de l'Université Laval, est l'auteur des quatre conférences qui couvriront plusieurs thématiques, dont les approches conceptuelles, le plein exercice des droits humains des personnes handicapées et l'historique des politiques sociales concernant le handicap. Ces communications, qui s'intituleront «La funambule, le fil et la toile: transformations réciproques du handicap», auront lieu les 17 et 31 mars, ainsi que les 19 et 28 avril, de 16 h 45 à 18 h, à l'auditorium de l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), 525, boul. Wilfrid-Hamel Est. Patrick Fougeyrollas est directeur de l'enseignement et du soutien scientifique de l'IRDPQ et chercheur au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale.

Vous avez dit «IVIP»?
Le prochain Rendez-vous du CRIEVAT (Centre de recherche et d'intervention sur l'éducation et la vie au travail) aura pour thème «La version électronique d’un outil d’exploration de soi et du monde du travail: l’inventaire visuel d’intérêts professionnels» et se tiendra le jeudi 26 mars, à midi, au local 182 du pavillon des Sciences de l'éducation. L'Inventaire visuel d'intérêts professionnels (IVIP) est un outil d'exploration de soi et du monde du travail destiné à des clientèles jeunes et adultes peu scolarisées. Le principal objectif de l'IVIP est de contribuer à éveiller davantage toutes ces personnes à des activités professionnelles pouvant leur être accessibles en les encourageant à les explorer de façon concrète. Trois spécialistes du sujet, Marcelle Gingras, chercheuse régulière au CRIEVAT à l'Université de Sherbrooke, Bernard Tétreau, chercheur associé au CRIEVAT à l'Université de Montréal, ainsi que Bruno Thériault, chargé de projet au Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec, mettront leur expertise à contribution.

Rendez-vous de la recherche en communication
C’est aujourd’hui, le jeudi 12 mars, qu’a lieu la troisième édition du Rendez-vous de la recherche en communication. L’activité, présentée par l’Association des étudiants-chercheurs en communication de l’Université, se tient dans deux locaux du troisième étage du pavillon Louis-Jacques-Casault. Seize étudiants et étudiantes aux cycles supérieurs, dont neuf de l’Université Laval, feront la présentation de leurs travaux de recherche. Les autres participants viennent d’universités québécoises, françaises et belge. La journée commence à 9 h 15 par une conférence de Guy Lochard, chercheur associé au Centre national de la recherche scientifique de France. Son exposé s’intitule: «Médiation et médiatisation: des notions complémentaires ou antagonistes?». Les communications étudiantes se répartissent entre six ateliers. Dans l’atelier Communication et citoyenneté, Jason Luckerhoff (doctorat en communication publique, UL) fera son intervention à 10 h 15 sur «Médias et contre-démocratie». Dans l’atelier Communication et journalisme, Geneviève Drolet (maîtrise en communication publique, UL) traitera à 14 h 30 du changement de format du quotidien Le Soleil. Quant à l’exposé de Seima Souissi (doctorat en communication publique, UL) à 15 h 30 dans l’atelier Communication et culture, il portera sur la réception des programmes de la télé québécoise par les immigrants nouvellement arrivés. Pour plus d’information: aeccul@asso.ulaval.ca, www.com.ulaval.ca.

Nouveau club Toastmasters sur le campus
La Faculté des sciences de l’administration (FSA) a mis sur pied un club Toastmasters dans le but d’aider les membres de la communauté universitaire qui souhaitent développer leurs talents de communicateur. D’abord offerte aux étudiants de la FSA, cette activité est maintenant ouverte à tous les étudiants et au personnel du campus. La mission des clubs Toastmasters est d’offrir un environnement d’apprentissage dans lequel les membres s’encouragent mutuellement de façon positive afin de permettre à chacun d’améliorer ses capacités de communicateur et de leader, ce qui génère confiance en soi et développement personnel. Les rencontres ont lieu chaque mercredi à 19 h au local 1609 de la salle Télésystème du pavillon Palasis-Prince. Il en coûte, pour adhérer au club, 25 $, en plus des frais de 35 $ pour une session. La première visite est gratuite. Pour information et inscription: cvcc@fsa.ulaval.ca

François Bon et l'engagement littéraire
La professeure de littérature Marie-Andrée Beaudet reçoit François Bon, écrivain, lors du séminaire du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) intitulé Littérature et société II: Politique et littérature (XXe siècle). Cette rencontre ouverte à tous aura lieu le jeudi 19 mars, à 15 h 30, au local 7160 du pavillon Charles-De Koninck. Auteur de plusieurs romans, récits, essais et textes dramatiques, François Bon anime également des ateliers d’écriture dans des milieux où souvent les mots manquent. Son récit, Prison (éditions Verdier, 1998), issu de sessions d’animation dans un centre de jeunes détenus de Gratignan, près de Bordeaux, invite à réfléchir aux formes contemporaines de l’engagement littéraire. Tenant farouchement la littérature comme intransitive, François Bon n’en demeure pas moins un écrivain qui écrit pour se comprendre et comprendre le monde dans sa complexité et ses non-dits. Cette activité sera l’occasion d’échanger avec l’auteur autour de son récit Prison et des modalités contemporaines de prise en compte par la littérature des réalités sociales.

Journée-conférence sur l'enfance
Les problèmes vécus par les enfants d’âge primaire seront le sujet de la 2e édition de la Journée-conférence sur l’enfance au Québec qui aura lieu le dimanche 15 mars, de 9 h 30 à 15 h, au Grand Salon du pavillon Alphonse-Desjardins. Pour l’occasion, un quatuor d’experts, tous réputés dans leur domaine respectif, abordera différents sujets liés à l’enfance. Au programme: «Pour une éducation qui nous apprend à vivre» avec Charles E. Caouette, professeur au Département de psychologie de l'Université de Montréal; «Les jeunes déprimés: l'expérience des intervenants de Jeunes, J'écoute» avec André-Anne Provençal, intervenante et finissante au doctorat en psychologie communautaire à l'UQAM; «Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité: mythe ou réalité» par Richard Goulet, pédiatre à la Clinique pédiatrique Laennec inc. de Québec; «Enfance, famille et société ou la tyrannie de l’estime de soi» avec Mounir Samy, psychiatre et psychanalyste à l’Hôpital de Montréal pour enfant et professeur de psychiatrie à l’Université McGill). Cette journée est organisée par les membres du Comité des relations internationales et de l’action communautaire (CRIAC), composé de plusieurs étudiants au programme de médecine de l’Université Laval. La journée-conférence est ouverte à tous. Le coût d’entrée est de 10 $ incluant le repas du midi. On doit s'inscrire à journee.enfance@gmail.com

Gestion de la relève
La Chaire en gestion de la santé de la santé et sécurité au travail organise un colloque sur le thème «Gestion de la relève: opportunités et contraintes». Celui-ci se tiendra le mercredi 25 mars à l'Hôtel Palace Royal. Ce colloque permettra aux participants de réfléchir sur deux grandes questions: quels sont les effets de la gestion des âges sur la santé et la sécurité au travail? et quelles sont les contributions possibles des organisations à la gestion de la relève? Pour y répondre, des témoignages et des expériences seront livrés, des résultats de recherche seront présentés et des solutions, exposées. Pour plus d'information et pour l'inscription, on se rend sur le site www.cgsst.com ou encore on communique avec Marie-Ève Lécine au 418 656-2131, poste 12931. Le coût est de 250 $ (taxes en sus).

La mystique dans la gnose et chez Plotin
Les journées d’études internationales sur La mystique dans la gnose et chez Plotin se dérouleront au local 413-Z du pavillon Félix-Antoine-Savard les 20 et 21 mars. Elles réuniront neuf spécialistes universitaires qui apporteront un éclairage nouveau sur les premiers textes de notre tradition à relater une union intime de l'âme avec le divin. Les trois premiers siècles de l'ère chrétienne, principalement à Alexandrie et à Rome, furent le théâtre de la rencontre entre la tradition grecque, notamment platonicienne, et différents courants de pensée gnostiques et hermétiques venus d'Orient ou imprégnés d'influences orientales. L'école de Plotin, au 3e siècle à Rome, fut au cœur de ce croisement, Plotin comptant parmi ses auditeurs des gnostiques dits «séthiens», c'est-à-dire des gnostiques chrétiens platonisants, et c'est peut-être ainsi, pour une part au moins, qu'est né le «néoplatonisme» proprement dit, fruit de ces échanges qui allaient communiquer au platonisme classique une sensibilité neuve, et finalement faire naître ce qui, depuis, nous est retransmis diversement sous le vocable de «mystique». Entrée libre.

La biomasse forestière pour chauffer les bâtiments institutionnels
Quatre étudiants du programme de génie du bois ainsi qu’un chercheur du Centre de recherche sur le bois ont reçu une formation d’une semaine, au début mars au pavillon Gene-H.-Kruger, sur le chauffage institutionnel à la biomasse forestière. Sept autres personnes composaient ce groupe sélect qui se rendra en France, en mai, pour un complément de formation d’une durée de deux semaines. Cette formation a eu lieu peu de temps après le lancement, par le gouvernement du Québec, du Plan d’action sur la valorisation de la biomasse forestière. Ce plan réserve 30 % de la biomasse forestière pour le chauffage institutionnel en remplacement des combustibles fossiles beaucoup plus polluants. La formation est donnée par quatre spécialistes québécois, tous de l’extérieur de l’Université, et cinq spécialistes français. Sa mise sur pied a été rendue possible grâce au Fonds franco-québécois pour la coopération décentralisée. L’idée de départ est venue du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Meurthe-et-Moselle de Nancy, en France. L’Université Laval a agi comme porteur de dossier québécois pour la demande de financement. «Grâce aux technologies modernes de contrôle de la pollution atmosphérique, explique Yves Fortin, directeur du Département des sciences du bois et de la forêt, le chauffage institutionnel à la biomasse forestière constitue un moyen efficace et sécuritaire à long terme de substitution des combustibles fossiles.» Le Département travaille présentement à la mise sur pied, avec le Centre de recherche sur le bois, d’un projet de recherche structurant, incluant une chaire de recherche, sur la valorisation de la biomasse forestière en lien avec la bioénergie et le bioraffinage.

Une société postmortelle?
L'enjeu fondamental de la vie humaine est sans contredit en lien avec la finitude et la mort. Cependant, on constate que, dans les sociétés actuelles, cette finitude est constamment repoussée; la mort est de plus en plus cachée, oubliée, voire éliminée complètement des consciences. Par ailleurs, de nouvelles croyances sont venues peu à peu changer le paysage religieux et proposer d'autres conceptions de la vie après la mort. Le midi-rencontre «Vie, mort et après-mort : jeux et enjeux de la jeunesse dans une société postmortelle », qui aura lieu le lundi 16 mars, de 11 h 30 à 13 h, au local 813 du pavillon Félix-Antoine-Savard, traitera de ces enjeux. Pour en discuter, deux conférenciers: Jean-Philippe Perreault, doctorant en sciences des religions, et Mathieu Dagenais, étudiant à la maîtrise en sciences des religions. Ils réfléchiront sur la définition même de la jeunesse actuelle comme temps de vie et des enjeux qui y affleurent, puis ils analyseront le phénomène des jeux vidéo qui véhiculent plus ou moins consciemment la conception de la réincarnation comme vie après la mort. Cette conférence est une initiative de la Faculté de théologie et de sciences religieuses et du Regroupement des étudiants en sciences des religions (RÉSR).

Les nouveaux enjeux de la communication
Le Département de sociologie, en collaboration avec le comité d’activités de la revue Aspects sociologiques, présente la conférence «Les nouveaux enjeux démocratiques de la communication» le mercredi 18 mars à 15 h 30, au local 2419 du pavillon Charles-De Koninck. La conférencière, Anne-Marie Gingras, professeure au Département de science politique, se penchera sur les dynamiques contradictoires en lien avec les nombreux enjeux démocratiques de la communication, souvent complexes. L’exposé débutera par un rappel du concept habermassien d’espace public pour en souligner la bonne fortune malgré son caractère peu réaliste. Par la suite, deux nouveaux enjeux démocratiques de la communication seront analysés: l’usage des communications comme moyen d’action du public dans la fabrication des politiques publiques et l’instrumentalisation des technologies de communication comme moyens de contrôle des populations. Anne-Marie Gingras a publié des travaux sur la sociologie politique et la communication politique. Elle est notamment l’auteure du livre Médias et démocratie: le grand malentendu (Presses de l’Université du Québec, Québec).

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!