Chroniques

Dans les médias

Yvon Gasse, Valérie Harvey et Jean-Marie De Koninck sur les incubateurs d'entreprises, les congés parentaux et les garderies subventionnées et les nouveaux radars photos

Sur les incubateurs d'entreprises


Bien implantés en milieu universitaire, les incubateurs d'entreprises offrent des locaux et facilitent l'accès à des services professionnels aux entreprises émergentes. Sauf que n'entre pas qui veut en ces lieux. Selon Yvon Gasse, les incubateurs n'acceptent d'héberger une entreprise que si elle a un plan d'affaires bien monté avec des précisions financières. «Idéalement, dit-il, le client a déjà fait quelques ventes. Le conseil d'administration de l'incubateur veut avoir des gagnants.» Il ajoute que ces PME doivent être rentables rapidement. «C'est souvent le problème de ces entreprises, poursuit-il. Elles n'arrivent pas assez rapidement à faire des ventes.»

Yvon Gasse, Département de management
La Presse Plus, 18 septembre


Sur les congés parentaux et les garderies subventionnées


La politique d'austérité mise de l'avant par le gouvernement Couillard pourrait toucher les congés parentaux et les garderies subventionnées. L'étudiante-chercheuse Valérie Harvey estime que ces programmes ont contribué à une remontée du taux de natalité au Québec et elle conteste l'idée qu'ils sont trop généreux. «Le parent qui opte pour un congé parental d'une année voit son revenu diminuer de 30% pour quelques semaines, puis de 45% pour au moins la moitié du congé. Peut-on vraiment dire que le programme est généreux? Sommes-nous plusieurs à renoncer à près de 50% de notre salaire pour six mois, un an?»

Valérie Harvey, Département de sociologie
La Presse, 19 septembre


Sur les nouveaux radars photos


Dans son plan d'action sur la sécurité routière, le gouvernement du Québec  prévoit l'installation de nouveaux radars photo mobiles, dont quatre dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. Il s'agit là d'une très bonne chose, selon Jean-Marie De Koninck. «Ils vont mettre les radars dans des endroits à risque. Comment on peut être contre ça? On nous le dit d'avance, en plus. C'est l'obligation des conducteurs d'être alertes et de suivre la signalisation. S'ils ne la suivent pas, tant pis pour eux. Je trouve que ce n'est pas juste de dire que c'est un piège parce que c'est tout le contraire.»

Jean-Marie De Koninck, Département de mathématiques et de statistique
Le Journal de Québec, 18 septembre

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone: 418 656-2131 1 877 785-2825

Demande d’information

Suivez nous!